Il paraît que l'Histoire, avec un grand " H ", s'écrit du bout de la plume des vainqueurs. Soigneusement. Les mots empruntés dessinent les contours des esprits neufs. Mais, parfois, la réalité se veut tout autre. " L'histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d'accord ", disait Napoléon Bonaparte, sûrement après en avoir dépeint des pleines pages à l'encre rouge.
...

Il paraît que l'Histoire, avec un grand " H ", s'écrit du bout de la plume des vainqueurs. Soigneusement. Les mots empruntés dessinent les contours des esprits neufs. Mais, parfois, la réalité se veut tout autre. " L'histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d'accord ", disait Napoléon Bonaparte, sûrement après en avoir dépeint des pleines pages à l'encre rouge. Sans parvenir à un tel constat quant à des usurpateurs potentiels, Bruno Dubois fait tomber le voile sur une plus que probable vérité, au début de ces années dix. Le football belge serait né à Spa en 1863, trois mois avant la création de la mythique Football Association anglaise (en novembre) et surtout 17 printemps avant la fondation de l'auto-désigné " Great Old " anversois. " Les Flamands ont donné le matricule 1 à l'Antwerp, mais cela ne veut pas dire que c'est le plus ancien club de Belgique. Des documents prouvent bien le contraire ", pose Louis Maraite, historien " Sang et Marine ", posté sur les hauteurs de Liège, à Cointe. Le document fondateur, Bruno Dubois le reçoit par internet, d'un descendant d'une famille de barons écossais. Ce médecin passionné d'histoire préside l'ASBL " Foot100 ", créée pour le centenaire de l'Union Belge, en 1995. Le document qu'il a sous les yeux relate la constitution du " Foot Ball Club Spa ". Elle est le fait de deux clans venus d'outre-Manche : les Blair et les Fairlie. Ils débarquent du comté d'Ayrshire, dans le sud-ouest de l'Écosse. Officiellement, le plus vieux club du monde sort de terre à Sheffield en 1857. Mais l'on trouve trace d'un Foot-Ball Club à Édimbourg dès 1824. 40 ans plus tard, Spa serait la source du sport-roi au-delà des frontières britanniques. Pourquoi ? " Spa était le Monaco ou le Megève de l'époque ", décrit Dubois. " L'aristocratie de l'Europe entière y venait en vacances pour passer l'été. Ce n'est pas pour rien que le terme " spa " est aujourd'hui utilisé partout dans le monde. C'était le rendez-vous des grands bourgeois. " Très tôt renommée pour ses bains de cure, la cité thermale devient " la Perle des Ardennes " et, surtout, ce " Café de l'Europe " où les riches villégiateurs européens se réunissent à chaque solstice ensoleillé. Ils y partagent détente et débauche, déjà, dans un 18e siècle de tentations. La Redoute, premier casino moderne, y est construit en 1771. " Ce trou nommé Spa " inspire même l'aventurier Giacomo Casanova dans son Histoire de ma vie : " Cet enclos où, au nom de je ne sais quelle convention, toutes les nations d'Europe accourent une fois l'an en été pour y faire mille folies ". On y fait tout autant des affaires que l'amour. Le terme " spa " prend son sens planétaire. Alexandre Dumas, Victor Hugo, puis les Tsars russes prennent le relais du siècle suivant, au moment où le cuir commence à être frappé du pied. Moment choisi par Sir Edward Hunter Blair, " Patron " de son clan et lieutenant de la Royal Navy, pour fonder le FC Spa. Dubois : " Dans les documents, les Écossais parlent de passer des vacances 'économiques' parce que l'été à Spa devait être moins cher qu'ailleurs ". À l'inverse, partout où les gros sous fleurissent, l'Empire britannique a ses attaches. Dans le port d'Anvers, dans le bassin sidérurgique liégeois et dans l'industrie lainière de Verviers. Partout, l'Union Jack développe son business avant de penser football. À Spa, les Britanniques prennent le temps de leurs loisirs. Les Blair et les Fairlie se disputent donc la gonfle en famille, dès 1863, au centre d'un Vélodrome détruit vraisemblablement en 1903. Sur les 23 premiers matricules recensés, 8 proviennent ainsi de la Province de Liège. Mais le FC Spa ne figure pas parmi ces précurseurs... " Le football naît toujours avec les Britanniques ", constate Maraite, en sirotant son verre d'eau. " Une fois qu'ils sont partis de Spa, l'activité du club n'a plus suivi et il a disparu. Et comme les matricules n'ont été attribués qu'en 1926 aux clubs toujours en vie, c'est un autre qui a pris le relais et le matricule 60. " Cet " autre ", c'est le Spa FC, fondé en 1897, avant de subir pas moins de quatre évolutions sous quatre entités différentes. Dans le dictionnaire des clubs affiliés à l'URBSFA, publié par " FOOT100 ", il apparaît comme directement lié au fameux " Foot Ball Club Spa ", soit " le plus vieux club de football créé en Belgique ". Finalement, sa forme actuelle naît officieusement en 1912, officiellement en 1914, pour devenir " Société Royale " en 1939. La revendication du matricule 1 devient dès lors compliquée... Quelque 154 ans après sa création potentielle, le Royal Spa FC évolue au plus faible niveau, en P4, où il ne côtoie quasiment que des réserves. Les deux meilleures périodes du club coïncident avec des batailles en D3, à la suite de la Deuxième Guerre et au début des années 2000. Paul Mathy est le président de la seconde : " Ce que je regrette, c'est qu'on n'a jamais fêté le centenaire, ni le 150e anniversaire de la fondation réelle du club. " Celui qui se définit plutôt comme " un homme d'avenir que du passé " plonge tout de même dans ses souvenirs pour se remémorer cinq montées en six ans, depuis la P4. " L'ambiance dans la ville était fantastique, Spa n'avait plus connu les séries nationales depuis si longtemps et le club était à nouveau sa fierté. C'est dommage qu'on n'ait pas réussi à maintenir ce club à un niveau de Promotion, voire de P1. Spa reste un précurseur du football en Belgique, mais aussi dans le monde ! " En 2014, sa passation de pouvoir chez les Bobelins s'organise en eaux troubles et le club tombe jusqu'en P3 après une rétrogradation administrative. Les Bleu et Noir ne se maintiennent pas. Le monument s'écharpe et la priorité n'est effectivement pas au passé. " Je ne sais plus trop bien quand le club a vraiment été fondé ", avoue l'actuel patron, Jean-Marc Jacquemin. " Pour tout vous dire, je ne m'en suis pas trop préoccupé vu les autres points importants que nous devions aborder. " Le club lutte actuellement pour le tour final. Et peut-être pour écrire l'Histoire, à nouveau... PAR NICOLAS TAIANA - PHOTO GROUNDHOPPINGDeux clans d'aristocrates écossais, les Blair et les Fairlie, se disputaient déjà le ballon en famille, dès 1863, au centre du vélodrome de Spa.