C'est précisément au moment où la Commission des licences examinait le dossier de l'Excelsior Mouscron, jeudi passé, qu'une personne se présentant comme OlivierDeGrox a téléphoné pour nous à la rédaction. Etant nous-mêmes en reportage, nous n'avons pas pu prendre la communication directement, mais avons trouvé, à notre retour, un message demandant de rappeler un numéro : celui de De Grox, que nous avions déjà. A notre grande surprise (le mois passé, nous avions aussi essayé de lui parler, sans succès), il décroche. Et tombe des nues : " J'aurais téléphoné à Sport/ ...

C'est précisément au moment où la Commission des licences examinait le dossier de l'Excelsior Mouscron, jeudi passé, qu'une personne se présentant comme OlivierDeGrox a téléphoné pour nous à la rédaction. Etant nous-mêmes en reportage, nous n'avons pas pu prendre la communication directement, mais avons trouvé, à notre retour, un message demandant de rappeler un numéro : celui de De Grox, que nous avions déjà. A notre grande surprise (le mois passé, nous avions aussi essayé de lui parler, sans succès), il décroche. Et tombe des nues : " J'aurais téléphoné à Sport/ FootMagazine, moi ? Impossible ! " Soit l'homme a été victime d'une subite crise d'amnésie, soit un plaisantin s'est fait passer pour lui. Mais alors, comment connaissait-il le numéro de De Grox ? Toujours est-il que, puisqu'on avait le vrai-faux investisseur de Mouscron au bout du fil, autant lui poser quelques questions. " Je ne réponds pas aux journalistes qui ont écrit des saloperies à mon sujet ", prévient-il d'emblée. " Je n'ai pas lu votre article, mais je ne donnerai pas d'information à votre torchon ! " ( sic) Comment peut-il juger un magazine qu'il n'a pas lu ? " Vous savez, j'ai lu tel et tel quotidien ( il les cite), j'ai regardé telle et telle chaîne de télévision ( il les cite également) et dans tous les cas, on n'a donné qu'une version : celle du club. " Il y a peut-être une raison à cela : lorsque nous avions essayé de le contacter, le mois passé, pour connaître sa version, De Grox n'avait jamais répondu. " Lorsque je vois un numéro caché ou que je ne reconnais pas, je ne réponds jamais ! " Sauf cette fois-ci apparemment ? " C'est vrai, je ne sais pas pourquoi j'ai décroché... ", avance De Grox. Une conférence de presse avait aussi été annoncée, on l'attend toujours. " J'ai envoyé un communiqué de presse : pour moi, c'est la même chose... " A force d'insister, De Grox finit tout de même par lâcher l'une ou l'autre indication qui n'engage que lui. Par exemple, pourquoi les 2,5 millions promis ne sont-ils jamais arrivés sur le compte de l'Excel ? " C'est la faute de BenoîtRoul ! C'est lui qui a mis fin aux tractations... " Peut-être parce qu'un ultimatum avait été fixé et que la date était dépassée ? " Il n'y a jamais eu d'ultimatum ! ". De Grox assure qu'il avait bien les moyens de verser 2,5 millions. Alors, pourquoi le deal a-t-il échoué ? " Lorsqu'à la veille d'un mariage, les deux fiancés racontent des histoires différentes, l'union ne voit pas le jour... "De Grox affirme qu'il attaquera les journalistes et groupes de presse qui ont salisonimage. En attendant, l'Excel a reçu sa licence sous conditions (le club sera soumis à un contrôle trimestriel) mais l'affaire a causé des dégâts. A force de voir chaque bonne nouvelle immédiatement suivie par une mauvaise, certains joueurs ont perdu confiance en leurs dirigeants... qui se disent eux-mêmes fatigués. Et EnzoScifo est perplexe. " Si l'on me garantit que l'Excel aura une équipe compétitive, je veux bien rester. Mais je n'ai pas envie de vivre une deuxième saison comme celle-ci. " DANIEL DEVOS