Anderlecht-La Louvière : la commission d'évocation a entamé l'examen du pourvoi d'Anderlecht contre la décision du comité d'appel de faire rejouer la rencontre face à La Louvière car il estimait qu'il y a eu faute d'arbitrage. Le parquet de l'Union Belge (que la commission n'a aucune obligation de suivre) a estimé que le recours du Sporting devait être pris en considération. Anderlecht a fait valoir différents moyens, comme le fait que des irrégularité...

Anderlecht-La Louvière : la commission d'évocation a entamé l'examen du pourvoi d'Anderlecht contre la décision du comité d'appel de faire rejouer la rencontre face à La Louvière car il estimait qu'il y a eu faute d'arbitrage. Le parquet de l'Union Belge (que la commission n'a aucune obligation de suivre) a estimé que le recours du Sporting devait être pris en considération. Anderlecht a fait valoir différents moyens, comme le fait que des irrégularités constatées par l'arbitre concernant le terrain ou le but doivent figurer au dos de la feuille de rapport et qu'il doit en aller ainsi du ballon, ce qui ne fut nullement le cas. Et un dernier argument, nouveau celui-là, avancé par Me Daniel Spreutels le conseil d'Anderlecht, est que le fait de savoir si le dégonflement du ballon a eu une influence sur le résultat est réglementairement du ressort du comité sportif et pas du comité d'appel. La commission, qui rendra son prononcé lors de la prochaine séance, peut confirmer ou casser la décision d'appel. Dans ce cas, l'affaire serait renvoyée devant une autre chambre du comité d'appel, qui pourrait à son tour décider qu'il y a eu faute d'arbitrage. Du coup, l'affaire reviendrait devant le comité sportif pour dire si cette faute a eu une influence sur le résultat Gand-G. Beerschot 5-0 : la commission d'évocation a confirmé la décision prise par le comité d'appel dans l'affaire Daniel Cruz. Le joueur du Germinal avait été aligné à Gentbrugge mais s'il était bien en possession de la licence de joueur délivrée par la fédération, il ne possédait pas de permis de travail. La commission a estimé que la qualification du ressortissant colombien était soumise à la possession d'une licence de joueur fournie par l'UB et d'un permis de travail. L'affaire n'est peut-être pas terminée pour autant : le club anversois a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux civils. Il estime que la fédération n'est pas conséquente avec ses règlements. Sans oublier que Cruz avait écopé d'un carton jaune et qu'il ne devrait donc pas être comptabilisé puisque le match a été sanctionné d'un score de forfait. Denderhoutem (leader en D3A) devrait subir le même sort, à cette différence près qu'il perdra 22 points pour avoir aligné un joueur sans licence. (G. Lassoie)G.Lassoie