107 : c'est le nombre d'heures de direct que la RTBF a annoncé consacrer au Tour. Si le défilement des paysages, les longues échappées, l'attente d'une attaque en montagne et les centaines d'anecdotes préparées par Rodrigo Beenkens ne vous suffisent pas, allez effectuer un petit tour en librairie.

La littérature entourant Eddy Merckx était déjà fort fournie mais plusieurs auteurs ont pris le pari d'ajouter leur contribution. Paru aux Editions Racine/Lannoo, 1969-L'année d'Eddy Merckx de Johny Vansevenant est sans doute le plus original par son format (32 cm sur 26), ses images inédites et un prix (49.99 euros) qui le destine surtout aux collectionneurs.

Le Belge est la figure centrale d'une autre publication : On m'appelait le Cannibale (La Boîte à Pandore). Journaliste au Soir, Stéphane Thirion l'a coécrit avec Merckx et a davantage voulu dresser le portrait de l'homme derrière le champion. La Renaissance du Livre a sorti trois livres plus ou moins liés à la Grande Boucle.

Alors que le Tour y a fait escale, Binche et la petite reine de Frédéric Ansion revient sur l'histoire du cyclisme dans la cité des Gilles. Un ouvrage très fouillé et documenté qui s'achève avec un récit d'une cinquantaine de pages sur les souvenirs d' Omer Taverne (1904-1988), figure locale ayant participé au Tour.

Dans Les lieux sacrés du cyclisme. 11 pèlerinages à faire avant de crever, Laurent Willame présente avec un brin d'humour des " monuments " de la discipline (stèles, musées,...) en France, Belgique, Italie, Grande-Bretagne et Suisse. On peut même y trouver une interview décalée...des Alpes et des Pyrénées !

Si vous aimez les lectures non linéaires et axées sur les anecdotes, il y a le Complètement Tour de David Houdret, avec son lot d'interviews de personnalités médiatiques reprenant les concepts de l'émission de débat radio (top 3, un mot pour qualifier le Tour, etc.). Et si vous ne trouvez pas votre bonheur, il reste les nombreuses publications venues de France : L'Encyclopédie du maillot jaune, équipiers, etc.

107 : c'est le nombre d'heures de direct que la RTBF a annoncé consacrer au Tour. Si le défilement des paysages, les longues échappées, l'attente d'une attaque en montagne et les centaines d'anecdotes préparées par Rodrigo Beenkens ne vous suffisent pas, allez effectuer un petit tour en librairie. La littérature entourant Eddy Merckx était déjà fort fournie mais plusieurs auteurs ont pris le pari d'ajouter leur contribution. Paru aux Editions Racine/Lannoo, 1969-L'année d'Eddy Merckx de Johny Vansevenant est sans doute le plus original par son format (32 cm sur 26), ses images inédites et un prix (49.99 euros) qui le destine surtout aux collectionneurs. Le Belge est la figure centrale d'une autre publication : On m'appelait le Cannibale (La Boîte à Pandore). Journaliste au Soir, Stéphane Thirion l'a coécrit avec Merckx et a davantage voulu dresser le portrait de l'homme derrière le champion. La Renaissance du Livre a sorti trois livres plus ou moins liés à la Grande Boucle. Alors que le Tour y a fait escale, Binche et la petite reine de Frédéric Ansion revient sur l'histoire du cyclisme dans la cité des Gilles. Un ouvrage très fouillé et documenté qui s'achève avec un récit d'une cinquantaine de pages sur les souvenirs d' Omer Taverne (1904-1988), figure locale ayant participé au Tour. Dans Les lieux sacrés du cyclisme. 11 pèlerinages à faire avant de crever, Laurent Willame présente avec un brin d'humour des " monuments " de la discipline (stèles, musées,...) en France, Belgique, Italie, Grande-Bretagne et Suisse. On peut même y trouver une interview décalée...des Alpes et des Pyrénées ! Si vous aimez les lectures non linéaires et axées sur les anecdotes, il y a le Complètement Tour de David Houdret, avec son lot d'interviews de personnalités médiatiques reprenant les concepts de l'émission de débat radio (top 3, un mot pour qualifier le Tour, etc.). Et si vous ne trouvez pas votre bonheur, il reste les nombreuses publications venues de France : L'Encyclopédie du maillot jaune, équipiers, etc.