1. Bertrand Laquait : par sa mentalité et ses performances, il est devenu plus qu'un pilier de cette formation. A tout connu : les galères de la lutte pour le maintien jusqu'à la course à l'Europe. Est parti un an à Huelva mais il n'a rien perdu de son niveau. Un des maîtres achats de Mogi Bayat.
...

1. Bertrand Laquait : par sa mentalité et ses performances, il est devenu plus qu'un pilier de cette formation. A tout connu : les galères de la lutte pour le maintien jusqu'à la course à l'Europe. Est parti un an à Huelva mais il n'a rien perdu de son niveau. Un des maîtres achats de Mogi Bayat. 2. Fabien Camus : arrivé en même temps que le défenseur Rémi Ribault de Marseille, il a dû attendre un an avant de percer. Mais depuis deux saisons, c'est le métronome de l'entrejeu. Par ses accélérations et sa technique, il sait faire mal. 3. Michaël Ciani : a certainement moins marqué le public que les deux premiers puisqu'il n'est resté dans le Hainaut qu'un an. Pourtant, les Bayat, eux, s'en souviennent très bien car il a rapporté pas mal d'argent. Il fut le seul à rebondir en Ligue 1 française (Auxerre, Sedan et maintenant Lorient). 4. Majid Oulmers : sans sa grave blessure encourue face au Burkina Faso lors de sa seule sélection avec le Maroc, il ne serait plus à Charleroi. Est devenu un incontournable grâce à sa polyvalence (peut jouer back ou médian), son abnégation et sa technique. 5. Sébastien Chabaud : l'homme de l'ombre. L'histoire va peut-être moins le retenir que les flamboyants Camus ou Oulmers mais dieu qu'il fut efficace et important dans le dispositif de Jacky Mathijssen. Une assurance tous risques en quelque sorte. 6. Cyril Théréau : serait plus haut dans le classement... s'il n'était pas revenu en Belgique. Car son passage éclair (3 buts en 4 matches) s'était apparenté au plus bel hold-up du football belge (puisqu'il fut vendu près d'un million d'euros au Steaua). Son retour n'est pas mauvais mais n'est pas à la hauteur des espérances. 7. Laurent Macquet : arrivé au Sporting en même temps que Laquait lors de la première vague française. A laissé de belles traces (une technique et une vision du jeu à l'ancienne). Manquait un peu de vitesse mais a su se mettre au service du collectif. Est aujourd'hui à Grenoble (L2). 8. Grégory Christ : précédé par une belle réputation (meilleur donneur d'assists de National), il sait alterner le très bon avec le médiocre. Ses crochets sont réputés et ses passes aveugles peuvent être tranchantes. Néanmoins, qui dit aveugle dit parfois mauvaise vision. Quand il n'est pas dans un bon jour, il devient un joueur... de banc. Depuis un an, est devenu le joker de luxe. 9. Loris Reina : typiquement le joueur au service du collectif. Régulier sans être exceptionnel. Une particularité : sa qualité de passe. Il pouvait s'avérer très bon sur les coups francs (soit directs, soit indirects). On n'en voulait plus à Charleroi mais a rebondi à Zulte Waregem où il est titulaire indiscutable depuis deux ans. 10. Mohammed Chakouri : un peu tôt pour le placer dans ce top-10 mais il a déjà montré de belles choses. Il s'est directement imposé dans le onze de base.