Beveren sera donc en finale de la Coupe de Belgique contre Bruges le 23 mai prochain. Le nombre de joueurs ivoiriens qui y participeront sera... élevé. Comme vendredi dernier, quand dix d'entre eux figurèrent au coup d'envoi de la demi-finale retour contre Anderlecht. 1-1 au Parc Astrid et 0-0 au Freethiel. Le compte est vite fait : c'est l'équipe coachée par Herman Helleputte mais inventée par Jean-Marc Guillou qui va permettre au club de participer à sa cinquième finale de Coupe de Belgique. Et si son adversaire se qualifiait pour la Ligue des Champions, Beveren jouerait automatiquement en Coupe de l'UEFA la saison prochaine !
...

Beveren sera donc en finale de la Coupe de Belgique contre Bruges le 23 mai prochain. Le nombre de joueurs ivoiriens qui y participeront sera... élevé. Comme vendredi dernier, quand dix d'entre eux figurèrent au coup d'envoi de la demi-finale retour contre Anderlecht. 1-1 au Parc Astrid et 0-0 au Freethiel. Le compte est vite fait : c'est l'équipe coachée par Herman Helleputte mais inventée par Jean-Marc Guillou qui va permettre au club de participer à sa cinquième finale de Coupe de Belgique. Et si son adversaire se qualifiait pour la Ligue des Champions, Beveren jouerait automatiquement en Coupe de l'UEFA la saison prochaine ! Et ce, alors que ses meilleurs éléments sont partis au mercato û le milieu Gilles Yapi Yapo à Nantes, le milieu Yaya Touré puis le défenseur Arsène Né à Metallurg Donetsk, sans oublier Venance Zeze Zezeto parti à Gand l'été dernier. Cet hiver, ce sont N'Dri Koffi Romaric, Igor Lolo et Junior qui sont arrivés. Ils auraient débarqué plus tôt si un conflit n'avait pas opposé l'Académie à l'ASEC Abidjan, le club où les académiciens fourbissaient leurs premières armes parmi les seniors. La FIFA a tranché en faveur de Guillou mais cette querelle a retardé l'arrivée de l'attaquant Romaric, le joueur le plus spectaculaire de l'histoire ivoirienne belge. Depuis 2002, ce sont 19 joueurs formés à l'Académie Guillou qui ont débarqué à Beveren et profité du fait que le championnat belge de D1 ne limite pas le nombre d'étrangers dans ses équipes. Outre le fait qu'il donne à ces jeunes gaillards leur chance de gagner leur vie puis de faire le grand bond vers un club plus huppé et meilleur (comme Aruna Dindane à Anderlecht, Didier Zokora à Genk ou Kolo Touré à Arsenal !), Beveren permet aussi à tout le public belge de se réjouir chaque week-end à la vue de cette équipe de Blacks qui possède la technique et la vivacité nécessaires pour faire courir le ballon... et l'adversaire avec. Le 17 mars dernier, un Anderlecht quasi constamment privé de cuir s'était époumoné à le rattraper et une fois qu'il était en sa possession, il n'arrivait pas à créer le danger pour les Beverenois. Au retour, un but anderlechtois valable mais non accordé et le keeping de Barry Copa ajoutèrent des rides au front de Hugo Broos. D'accord, les Mauves sont loin d'être fringants depuis quelques semaines, mais recevoir une telle leçon de foot... Pourtant, les Beverenois avaient prévenu les futurs champions. " Nous voulons prendre notre revanche sur Anderlecht, qui nous avait injustement battus en championnat. Sur deux matches, nous pouvons éliminer les Bruxellois. Il n'y a quand même pas une énorme différence de classe ", avait dit Romaric. Helleputte avait également vu juste : " Beveren avait la réputation d'être le petit Anderlecht tant son football académique ressemblait à celui du grand club de la capitale. A présent, quand je vois le Sporting et mon Beveren à l'£uvre, je me demande qui est le petit et le grand Anderlecht ?" Marco Né allait encore plus loin, dès avant les demi-finales : " Pour moi, on a des chances de gagner la finale de la Coupe... Quel tam-tam cela ferait à Abidjan ". En attendant, le Club Brugeois risque de courir derrière les événements au Heysel dans deux mois, comme ce fut le cas jeudi dernier en huitièmes de finale de la Coupe UEFA contre les Girondins Bordeaux. Le système de Trond Sollied a vécu. Car comment peut-on appeler " système " un jeu qui consiste à balancer des longs ballons dans le rectangle vers deux taureaux noir bleu norvégiens, Bengt Saeternes et Rune Lange. D'autant que lesdits services n'étaient même pas des centres mais des ballons venant de la seconde ligne. Cela dit, Bordeaux a joué le coup : sa défense athlétique s'est coltinée les Scandinaves et son entrejeu vif et technique a fait souffrir Timmy Simons, Philippe Clement et Cie. Si Sollied continue avec le même football de combat, Beveren connaîtra une mort rapide si sa défense explose sous les coups de boutoir des champions en titre. Mais si Beveren résiste, tout est possible. Cela dit, Bruges est à un carrefour de son évolution. Si Sollied a rapidement titularisé Jonathan Blondel û et comment faire autrement face à tant de flair ? û il tient Andres Mendoza et Victor à l'écart. Incompréhensible. Qu'en pense le responsable sportif Marc Degryse ? par John BaeteLe système Sollied : des longs ballons vers DEUX TAUREAUX NOIR BLEU NORVÉGIENS...