Voici un an précisément à l'occasion de Liège-Bastogne-Liège est né ce que l'on appelle communément le tandem Schleck. A l'époque, Frank (3e) et Andy (4e) Schleck s'étaient contentés de répéter : " C'était émouvant de se retrouver ensemble en tête dans le final d'une grande classique. Nous n'avons pas été très heureux mais cela ira mieux l'année prochaine. "
...

Voici un an précisément à l'occasion de Liège-Bastogne-Liège est né ce que l'on appelle communément le tandem Schleck. A l'époque, Frank (3e) et Andy (4e) Schleck s'étaient contentés de répéter : " C'était émouvant de se retrouver ensemble en tête dans le final d'une grande classique. Nous n'avons pas été très heureux mais cela ira mieux l'année prochaine. " Paroles de circonstance, peut-être, mais les frérots en ont remis une couche lors de la 95e Doyenne et Andy a finalement décroché le premier grand succès de sa carrière. Le talentueux Luxembourgeois (24 ans en juin) tournait autour d'une grande victoire comme on avait pu le voir quelques jours plus tôt lorsqu'il terminait deuxième de la Flèche Wallonne. Qui plus est, il s'est imposé en solitaire après avoir démarré dans la Côte Roche aux Faucons (1,5km à 9,9 %), l'avant-dernière des 12 difficultés dont le sommet se trouvait à 19,5 km de l'arrivée. On n'avait plus assisté à un numéro pareil depuis 2003 et le succès de Tyler Hamilton. Andy Schleck n'avait pas oublié que, l'année dernière, le passage de cette côte avait créé la cassure décisive parmi les favoris et avant le départ, il avait même laissé entendre que c'était là qu'il allait attaquer. C'est ce qu'il a fait. " Quand ça marche comme ça, le cyclisme est facile ", disait-il après avoir remercié ses équipiers (son frère, AlexandrKolobnev et KarstenKroon ont bien couvert sa fuite) et s'être déclaré heureux d'être le deuxième Luxembourgeois à remporter l'épreuve après Marcel Ernzer en 1954. Et son frère aîné (29 ans) n'était pas moins heureux que lui. Huit jours plus tôt, il avait chuté à l'Amstel Gold Race et l'impressionnante image sur laquelle on le voyait étendu sur l'asphalte, comme paralysé, les bras et les jambes ouverts a fait le tour du monde. Frank Schleck, qui est resté sans connaissance pendant une vingtaine de minutes, a répété qu'il ne se souvenait de rien. Chiche que l'éblouissante prestation tactique des Saxo Bank tout au long de l'épreuve restera inoubliable. L'Espagnol Joaquim Rodriguez, le lieutenant d' Alejandro Valverde, est sorti sous la flamme rouge pour devancer le reste du groupe des battus qu'a réglé l'inusable DavideRebellin. Deuxième la saison dernière, le doyen de la Doyenne (38 ans en août) n'a pas soldé le compte ouvert qu'il avait avec l'épreuve mais son bilan ardennais n'a quand même pas de quoi le déprimer, lui qui a remporté sa troisième Flèche Wallonne. Parmi les déçus, on retrouve Philippe Gilbert et Valverde. Quatrième comme à l'Amstel, le Liégeois a tenté de devancer tout son monde en démarrant à la sortie de la Côte de Sprimont. Si l'on ajoute à cela sa troisième place au Ronde, Gilbert a quand même le droit de se montrer satisfait de sa longue campagne printanière. On savait l'Espagnol encore un peu court pour doubler son succès de l'année dernière mais cette fois, il n'a même pas sprinté. Peut-être qu'il songeait déjà au 11 mai, jour où le CONI, le comité olympique italien, rendra son jugement le concernant avec une possible suspension de deux ans à la clé.