Technique, pressing, abattage et discipline : contre Anderlecht, le Standard a été un rouleau compresseur par moments. Comme il le fait souvent dans les grands rendez-vous, dans le chaudron de Sclessin. Le Club Bruges en a fait l'expérience début octobre... Reste à bannir les caprices de forme. Michel Preud'homme s'y attache depuis le début de la saison. Contre Anderlecht, son équipe a affiché la même passion que lui. Voir un artiste comme Mehdi Carcela à l'oeuvre est un régal. Malheureusement, une série de personnes, prises par l'ambiance de ce match, n'ont pas été en mesure de se contrôler et se sont comportées avec puérilité. Il est grand temps que le club se penche sur ce problème en interne.

Si le Standard continue à faire preuve d'une telle grinta...

Vendredi, le Standard dispute un match crucial à Genk. Une victoire le ramènerait à huit points du leader, soit en fait à quatre unités. Dans l'atmosphère passionnante qui entoure la plupart des matches de PO1, le Standard ne manquera pas de motivation. Michel Preud'homme y réalise un travail de grand maître et il entrera carrément dans l'histoire s'il parvient à conserver le niveau qui a permis à son équipe de vaincre Anderlecht dimanche.

Les Bruxellois, éjectés provisoirement des PO1, sont restés étonnamment sereins. Il est difficile de faire autrement. Il a déjà enduré tant de corrections cette saison que le stock est épuisé. Fred Rutten compte maintenant sur ses nouveaux venus et sur le bagage footballistique que l'Autrichien Peter Zulj est censé apporter à l'équipe. Ainsi que sur le nouvel avant, Yannick Bolasie. Les Mauves peuvent s'appuyer sur leur bonne première mi-temps au Standard. Compte tenu du talent présent, il semble invraisemblable qu'ils ratent les PO1. Ce serait un scénario horrible et un uppercut pour les personnes qui y occupent maintenant des postes-clefs.

Michel Preud'homme, BELGAIMAGE
Michel Preud'homme © BELGAIMAGE

Le Club Bruges manque d'allant. Cette saison, il a perdu dix points dans son stade. Ça ne conforte pas la position d' Ivan Leko en prévision de la saison prochaine. Le Croate, qui s'est étonné que les négociations pour un nouveau contrat n'aient pas encore été ouvertes, a été pris pour cible par le public, dimanche, pour la première fois, quand il a remplacé Ruud Vormer. La réaction de celui-ci n'a pas facilité la tâche de l'entraîneur. Il est toujours étrange de constater que les footballeurs ont tant de mal à comprendre le pourquoi de leur remplacement, sans parler de leur inaptitude à analyser leur prestation. Ceci dit, les entraîneurs n'en sont souvent pas plus capables, enfermés dans leur univers régi par les émotions.

Gand n'a pas raté le début de l'année, avec sa qualification pour la finale de la coupe et un sept sur neuf. Jess Thorup a mis en place une organisation claire et il veille au respect des consignes et des règles. Le Danois est professionnel durant les conférences de presse mais en interne, il met le doigt sur la plaie. Il veut un encadrement professionnel. Si le club a été plutôt malheureux dans ses transferts ces dernières années, il semble avoir redressé le cap. Une victoire en coupe, certainement devant une foule de supporters, serait de nature à le relancer.

Pendant ce temps, Genk a fait oublier le faux-pas commis contre Mouscron, à Waasland- Beveren. Il détient le record européen du plus grand nombre de matches sans défaite en déplacement : douze cette saison. À trois matches away de la fin, il affiche le meilleur pourcentage à l'extérieur depuis l'introduction du système à trois points en 1995-1996 : 30 sur 36, soit 83%. Il marque également davantage en déplacement que sur ses terres.

Les chiffres ne disent pas tout mais ils sont quand même éloquents. Comme ceux de Lokeren. Il ne s'est pas imposé une seule fois à l'extérieur et n'y a pris que deux points sur 36...

Technique, pressing, abattage et discipline : contre Anderlecht, le Standard a été un rouleau compresseur par moments. Comme il le fait souvent dans les grands rendez-vous, dans le chaudron de Sclessin. Le Club Bruges en a fait l'expérience début octobre... Reste à bannir les caprices de forme. Michel Preud'homme s'y attache depuis le début de la saison. Contre Anderlecht, son équipe a affiché la même passion que lui. Voir un artiste comme Mehdi Carcela à l'oeuvre est un régal. Malheureusement, une série de personnes, prises par l'ambiance de ce match, n'ont pas été en mesure de se contrôler et se sont comportées avec puérilité. Il est grand temps que le club se penche sur ce problème en interne. Vendredi, le Standard dispute un match crucial à Genk. Une victoire le ramènerait à huit points du leader, soit en fait à quatre unités. Dans l'atmosphère passionnante qui entoure la plupart des matches de PO1, le Standard ne manquera pas de motivation. Michel Preud'homme y réalise un travail de grand maître et il entrera carrément dans l'histoire s'il parvient à conserver le niveau qui a permis à son équipe de vaincre Anderlecht dimanche. Les Bruxellois, éjectés provisoirement des PO1, sont restés étonnamment sereins. Il est difficile de faire autrement. Il a déjà enduré tant de corrections cette saison que le stock est épuisé. Fred Rutten compte maintenant sur ses nouveaux venus et sur le bagage footballistique que l'Autrichien Peter Zulj est censé apporter à l'équipe. Ainsi que sur le nouvel avant, Yannick Bolasie. Les Mauves peuvent s'appuyer sur leur bonne première mi-temps au Standard. Compte tenu du talent présent, il semble invraisemblable qu'ils ratent les PO1. Ce serait un scénario horrible et un uppercut pour les personnes qui y occupent maintenant des postes-clefs. Le Club Bruges manque d'allant. Cette saison, il a perdu dix points dans son stade. Ça ne conforte pas la position d' Ivan Leko en prévision de la saison prochaine. Le Croate, qui s'est étonné que les négociations pour un nouveau contrat n'aient pas encore été ouvertes, a été pris pour cible par le public, dimanche, pour la première fois, quand il a remplacé Ruud Vormer. La réaction de celui-ci n'a pas facilité la tâche de l'entraîneur. Il est toujours étrange de constater que les footballeurs ont tant de mal à comprendre le pourquoi de leur remplacement, sans parler de leur inaptitude à analyser leur prestation. Ceci dit, les entraîneurs n'en sont souvent pas plus capables, enfermés dans leur univers régi par les émotions. Gand n'a pas raté le début de l'année, avec sa qualification pour la finale de la coupe et un sept sur neuf. Jess Thorup a mis en place une organisation claire et il veille au respect des consignes et des règles. Le Danois est professionnel durant les conférences de presse mais en interne, il met le doigt sur la plaie. Il veut un encadrement professionnel. Si le club a été plutôt malheureux dans ses transferts ces dernières années, il semble avoir redressé le cap. Une victoire en coupe, certainement devant une foule de supporters, serait de nature à le relancer. Pendant ce temps, Genk a fait oublier le faux-pas commis contre Mouscron, à Waasland- Beveren. Il détient le record européen du plus grand nombre de matches sans défaite en déplacement : douze cette saison. À trois matches away de la fin, il affiche le meilleur pourcentage à l'extérieur depuis l'introduction du système à trois points en 1995-1996 : 30 sur 36, soit 83%. Il marque également davantage en déplacement que sur ses terres. Les chiffres ne disent pas tout mais ils sont quand même éloquents. Comme ceux de Lokeren. Il ne s'est pas imposé une seule fois à l'extérieur et n'y a pris que deux points sur 36...