Supporter de City et de l'OM

" Je n'ai pas beaucoup de temps libre à côté du hockey. Depuis deux ans, je ne fais plus que ça. Je suis passé pro. Il faut compter entre 20 et 25 heures d'entraînement par semaine. Mais pour gagner convenablement sa vie avec un sport comme le nôtre, il faut aussi donner cours. Ce que je fais à l'école des jeunes du Racing. Un plaisir qui me permet de vivre entièrement de ma passion.
...

" Je n'ai pas beaucoup de temps libre à côté du hockey. Depuis deux ans, je ne fais plus que ça. Je suis passé pro. Il faut compter entre 20 et 25 heures d'entraînement par semaine. Mais pour gagner convenablement sa vie avec un sport comme le nôtre, il faut aussi donner cours. Ce que je fais à l'école des jeunes du Racing. Un plaisir qui me permet de vivre entièrement de ma passion. Je roule peu pour l'instant mais sinon j'aime beaucoup le vélo. Le vélo de route. J'ai découvert cette discipline il y a deux ou trois ans. Je m'y adonne quand j'en ai l'occasion. J'utilise un Cannondale. Une super bécane. Le sport, j'aime aussi le regarder à la télé. Surtout le foot anglais dont je suis un grand amateur. Je suis supporter de City. J'avoue surtout depuis que Vincent Kompany y joue. Avant, du temps de Thierry Henry, je préférais Arsenal. J'ai un grand écran plat Samsung dans ma chambre. Je regarde Match of the day et Téléfoot tous les week-ends. En France, je tiens pour l'OM. " " J'ai reçu une Peugeot 508 du club mais je n'ai pas encore eu le temps de beaucoup la tester. J'ai mon permis de conduire depuis moins d'un mois. Je ne suis pas sûr que les bagnoles me fassent rêver. J'aime bien les petites voitures discrètes. Je ne me projette pas trop dans l'avenir et je ne suis pas très matérialiste. Ce que j'adore en fait, c'est voyager. J'essaie d'ailleurs dès que c'est possible de prolonger quand on part en séjour en Malaisie ou en Argentine avec l'équipe nationale. Dans le cas contraire, il est difficile de visiter. Quand ça tombe bien dans le calendrier, j'en profite. L'Argentine m'a permis de décompresser. Je me suis promené dans le pays. C'est joli. L'ambiance est vraiment particulière. Tout le monde est souriant. Mais je n'ai pas nécessairement l'envie d'y retourner. Je veux partir ailleurs. Découvrir d'autres choses. "" Je suis assez classique en matière de look. Pour m'habiller, comme pour pas mal d'autres choses, je ne me prends vraiment pas la tête. Je suis plutôt cool. Généralement, je porte un jeans, un T-shirt et un sweat à capuche. Pour les pantalons, je mets du Levis et pour les pulls, je suis branché Five Yards, mon sponsor. Les chaussures ? J'en ai trois paires et ça me suffit. Je suis la plupart du temps en baskets. Adidas ou ce genre de trucs. Je n'ai pas vraiment de magasin de prédilection mais j'aime bien une boutique style underground comme Mister Ego dans le centre de Bruxelles. "" Je suis très ouvert en matière de musique mais je n'en écoute pas tant que ça. J'aime bien le cinéma. J'y vais de temps en temps. On parle d'une fois tous les deux ou trois mois. A quoi je dépense mon argent ? J'ai un faible pour les nouvelles technologies. Je suis au Mac depuis quatre ans et je n'y vois que des avantages. Je le trouve simple. Rapide. J'ai aussi un iPhone et j'en suis un grand consommateur. Je ne joue à rien. Je n'ai même pas de PlayStation. Par contre, je passe beaucoup de temps sur internet et tous les réseaux sociaux. Puis, j'aime aller faire un tour sur les sites des magazines et journaux. Je n'ai pas d'autres petits gadgets. L'ordi et le téléphone, c'est déjà bien assez. "" Je ne suis pas un grand gastronome mais j'ai quand même quelques adresses de restaurants à conseiller. Au Repos de la Montagne à Uccle est un établissement tenu par un ancien équipier. On y mange classique. Un américain, une sole meunière, un pavé de b£uf. Sinon, j'aime bien le Blue Chocolate, Place Saint Job. De la cuisine traditionnelle là aussi. Ce sont des restos abordables, avec des tarifs plus que raisonnables. Pour boire un verre, j'apprécie le Tavernier, à Ixelles. Il possède une très chouette et agréable terrasse. ". PAR JULIEN BROQUET