La saison dernière, alors qu'il était entraîneur, MichelPreud'homme s'était régulièrement plaint de l'arbitrage. Avant de conclure, presque résigné: "Maintenant, c'est terminé, je ne dis plus rien. On me reproche de voir des sorcières partout et, de toute façon, cela ne sert à riende se plaindre".
...

La saison dernière, alors qu'il était entraîneur, MichelPreud'homme s'était régulièrement plaint de l'arbitrage. Avant de conclure, presque résigné: "Maintenant, c'est terminé, je ne dis plus rien. On me reproche de voir des sorcières partout et, de toute façon, cela ne sert à riende se plaindre". Cette saison, aux yeux de certains, le Standard continuerait à être spécialement visé par l'arbitrage. En cause, notamment, les exclusions d' EricVanMeir à Mons et de GodwinOkpara contre St-Trond, alors que des fautes similaires, commises par des joueurs du camp opposé, n'étaient pas sanctionnées de la même manière. Mais les Liégeois ont-ils raison de se sentir lésés par l'arbitrage? Ou bien est-ce une excuse facile pour expliquer les mauvais résultats?L'avis de la directionLucianoD'Onofrio, manager du Standard: "Je préférerais que des observateurs neutres portent un jugement à ce sujet. Mon opinion risque d'être subjective, puisque je vis forcément les événements dans la peau d'un dirigeant et donc d'un spectateur plus intéressé qu'un autre. Néanmoins, j'ai constaté qu'à Mons, une faute commise au milieu du terrain a valu l'exclusion immédiate à Eric Van Meir. Qu'au Lierse, un but parfaitement valable à mes yeux a été annulé pour un hors-jeu imaginaire et qu'un penalty a été oublié. Que contre St-Trond, une faute commise sur un joueur désaxé a également valu l'exclusion immédiate à Godwin Okpara et qu'un autre penalty a été oublié. -NDLA: Calisa a repris le ballon de la main dans le rectangle et, en seconde période (56e), a commis une faute sur Goossens bien plus dangereuse que celle ayant valu l'exclusion à Okpara (59e). C'était, à chaque fois, une interprétation de l'arbitre, mais la décision nous a rarement été favorable. Je ne suis pas le seul à le dire. A la longue, cela commence à bien faire. J'ose espérer que ces décisions n'ont pas été prises volontairement à l'encontre du Standard. Je reste persuadé que les arbitres sont intègres. Mais, si tel est le cas, je ne peux qu'en déduire qu'ils font preuve d'incompétence. C'est alors à la Commission Centrale d'Arbitrage de prendre ses responsabilités. Chaque fois qu' EricBlareau a arbitré le Standard, il y a eu des problèmes. J'ignore s'il a une dent contre notre club, mais j'aimerais autant qu'il ne nous arbitre plus". Des témoins privilégiésYvesBouchard, journaliste à La Meuse: "Il est clair que, depuis le début de la saison, le Standard n'a pas été gâté par l'arbitrage. Plusieurs décisions ont été défavorables et le paroxysme a été atteint lors du match contre St-Trond. Il y a eu la main d'un joueur trudonnaire dans le rectangle, non sanctionnée, puis l'exclusion de Godwin Okpara qui m'est apparue très sévère. Je peux comprendre que la direction du club ait songé à récuser Eric Blareau après ce match-là. Je ne veux pas mettre en cause la bonne foi de l'arbitre. Son rôle est ingrat et on ne peut pas lui demander d'aider le Standard. Mais il faut se mettre à la place des supporters qui, déjà frustrés par les mauvais résultats, n'ont pas besoin d'un coup du sort supplémentaire. La plupart d'entre eux ont l'impression qu'une faute du style de celle commise par Godwin Okpara n'aurait pas été sanctionnée de la même manière si elle avait été commise par un joueur d'Anderlecht. On peut toujours se demander pourquoi un arbitre aurait éventuellement tendance à se montrer plus sévère envers le Standard. La saison dernière, déjà, Michel Preud'homme avait régulièrement critiqué le corps arbitral. Ses propos n'ont forcément pas fait plaisir à tout le monde et il est possible que son attitude se soit retournée contre le club. C'est aussi un avis partagé par beaucoup de supporters. Il est clair, aussi, que tout cela s'inscrit dans un contexte de crise et que chaque décision défavorable prend davantage d'ampleur qu'en temps normal. Mais il y a tout de même eu des faits troublants".FrédéricdeBiolley, journaliste à La Dernière Heure/Les Sports: "Les petites erreurs d'arbitrage dont le Standard a été victime ces dernières semaines n'ont pas arrangé ses affaires, c'est une certitude. Je ne pense pas que ces erreurs soient ciblées. Je ne me permettrais pas de mettre en doute l'intégrité des hommes en noir. Etant un ancien arbitre au niveau des jeunes, j'ai pu me rendre compte à quel point leur tâche était difficile. Mais erreurs il y a eu, cela me paraît une évidence. Au Lierse, HaraldMeyssen n'était pas en position hors-jeu lors du but annulé des Liégeois. Contre St-Trond, ClaudeKalisa a commis une faute de main. Elle n'a pas été sanctionnée par Eric Blareau qui, pourtant, se trouvait à quatre mètres de la phase. Par ailleurs, la faute de Godwin Okpara méritait, à mon sens, davantage un carton jaune que rouge. Car, si elle était dure, elle fut commise sur le flanc par un joueur encore couvert par deux équipiers. Il n'y avait pas danger de but dans l'immédiat. Ces derniers temps, je n'ai pas entendu les dirigeants ou l'entraîneur se plaindre ouvertement de l'arbitrage en public. Ils ont plutôt l'air de subir ces erreurs comme de nouvelles tuiles qui leur tombent sur la tête. Peut-être parce que Michel Preud'homme avait déjà jeté suffisamment d'huile sur le feu la saison dernière. Il l'avait d'ailleurs compris en décidant de se taire en fin de saison. Lorsqu'on possède une bonne équipe et un bon esprit, on devrait pouvoir passer au-dessus des erreurs d'arbitrage. Il est d'ailleurs symptomatique de constater que, lorsque l'équipe avait bouclé le premier tour en tête du classement la saison dernière, on ne se plaignait pas. Malheureusement, actuellement, la situation dans laquelle se trouve le Standard fait en sorte que chaque contretemps est monté en épingle. Si les Rouches avaient mené 3-0 au moment où Claude Kalisa avait commis sa faute de main, personne n'en aurait parlé".Qu'en pensent les adversaires?JackyMatthijssen, entraîneur de St-Trond: "Je peux concevoir que, dans le camp liégeois, on n'ait pas été très heureux des décisions prises par Eric Blareau. L'exclusion de Godwin Okpara était une question d'interprétation. On m'a toujours expliqué qu'un tackle par derrière méritait un carton rouge. Maintenant, on pourra rétorquer que la faute du joueur nigérian n'a pas été commise de façon intentionnelle sur un adversaire qui filait seul vers le but. En ce qui concerne la faute de main de Claude Kalisa dans le rectangle, je dois également reconnaître que si un penalty avait été sifflé, nous n'aurions rien pu reprocher à l'arbitre. Mais j'ai l'impression, au vu des images télévisées, qu'il n'y avait aucun mouvement de bras vers le ballon. Sur le coup, je n'avais rien vu alors que j'étais dans la même perspective que l'arbitre. Je suppose que, lui non plus, n'avait rien remarqué. Avant le match, je craignais qu'un arbitre wallon aurait plutôt tendance à siffler en faveur du Standard, surtout dans la position où se trouve le club liégeois au classement. Cela n'a pas été le cas, je dois le reconnaître. Eric Blareau a sifflé en fonction de ce qu'il a constaté, le plus correctement possible. Malgré l'exclusion d'un joueur et le soi-disant penalty oublié, le Standard était parvenu à prendre l'avance au marquoir. Ce n'est pas la faute de l'arbitre si l'un de ses propres joueurs nous a offert l'égalisation en fin de match. Je peux comprendre la déception des Liégeois, mais lorsque je les entends se plaindre de l'arbitrage, je pourrais rétorquer que la semaine précédente, RabiuAfolabi aurait mérité quatre fois le carton rouge". EmilioFerrera, entraîneur du Lierse: "Effectivement, lors du match au Lierse, Rabiu Afolabi aurait pu être exclu après 20 minutes. Pour le reste, je préfère ne pas faire trop de commentaires. Le hors-jeu, réel ou non, qui avait été signalé sur Harald Meyssen? Ce sont des choses qui arrivent dans un match. L'arbitrage est un faux problème. Lorsque cela ne tourne pas, il faut d'abord regarder ce qui ne va pas chez soi avant d'imputer la faute à autrui". MarcGrosjean, entraîneur de Mons: " Lorsqu'on revoit les images à la télévision, on remarque que la faute d'Eric Van Meir était grossière. Le pied avait largement décollé du sol lors du tackle. C'était une faute très dangereuse qui aurait pu avoir de graves conséquences pour le joueur et ce n'est pas parce qu'elle avait été commise au milieu du terrain qu'il fallait la tolérer. Je conçois que la sanction ait été dure à avaler pour les Liégeois, mais on ne peut pas reprocher à l'arbitre d'avoir pris ses responsabilités". Daniel Devos"J'ose espérer que ces décisions arbitrales n'ont pas été prises intentionnellement à notre encore" (Luciano D'Onofrio)