Dimanche dernier, on n'a pas eu droit à un grand match pour le Clasico entre Anderlecht et le Standard. Certains journaux en ont fait des tonnes en disant que le vainqueur de cette rencontre serait champion. C'est n'importe quoi, il reste trois matches capitaux et les écarts sont très serrés : tout peut encore changer. Dimanche prochain, le Standard reçoit le Club Bruges et Anderlecht se déplace à Genk. En cas de victoire des deux équipes flamandes, le classement serait à nouveau chamboulé. Une chose m'étonne aussi, c'est que l'on parle très peu de Genk. Pourtant les Limbourgeois ne sont qu'à trois points de la tête et jeudi ils disputent la finale de la Coupe de Belgique face au Cercle Bru...

Dimanche dernier, on n'a pas eu droit à un grand match pour le Clasico entre Anderlecht et le Standard. Certains journaux en ont fait des tonnes en disant que le vainqueur de cette rencontre serait champion. C'est n'importe quoi, il reste trois matches capitaux et les écarts sont très serrés : tout peut encore changer. Dimanche prochain, le Standard reçoit le Club Bruges et Anderlecht se déplace à Genk. En cas de victoire des deux équipes flamandes, le classement serait à nouveau chamboulé. Une chose m'étonne aussi, c'est que l'on parle très peu de Genk. Pourtant les Limbourgeois ne sont qu'à trois points de la tête et jeudi ils disputent la finale de la Coupe de Belgique face au Cercle Bruges : ils peuvent encore faire le doublé ! Je pense quand même toujours que le Sporting va être champion dans la douleur. Dimanche, les Mauves ont fait la différence sur phases arrêtées mais aussi grâce à leur banc. Alors que John van den Brom peut se permettre de laisser l'excellent Dennis Praet sur la touche, Mircea Rednic, lui, est dans la merde quand Kanu n'est pas disponible. Il n'a pas de réserves : il suffit de voir la montée au jeu d'Adrian Cristea. Le Roumain est talentueux sur phase arrêtée mais il n'a aucune condition physique, il n'apporte aucune valeur ajoutée. Dieumerci Mbokani, même s'il n'a pas marqué, a de nouveau été brillant. C'est sans conteste le meilleur attaquant de Belgique et Anderlecht ne devra pas se louper pour lui trouver un successeur. Pour ne pas changer, mon coup de gueule de la semaine va à l'Union Belge : après le match à 1,5 point en phase classique, ils viennent de nous pondre le match à 0 point ! Que les choses soient claires : Brecht Dejaegere de Courtrai est entré au jeu contre Mons alors qu'il n'était pas sur la feuille de match. L'Union belge aurait dû donner la victoire et les 3 points aux Montois sur tapis vert. Une nouvelle fois, le règlement est à la carte, on retire les points à Courtrai sans les attribuer à Mons. L'exemple doit venir d'en haut : comment voulez-vous expliquer à un gamin qu'il ne peut pas jouer le week-end parce qu'il n'a pas sa carte d'identité ? Qu'on ne me dise pas qu'il n'y pas une nouvelle fois eu du copinage communautaire ! Par cette décision, Gand était qualifié pour la finale des PO2 avant même de jouer son dernier match. Il faut se mettre à la place du président Dominique Leone : déjà qu'il ne dispose que d'un stade à moitié fini et qu'il y a peu de spectateurs généralement au Tondreau, il se retrouve avec une rencontre à disputer pour du beurre ! C'est honteux, c'est un manque de respect. Si j'étais lui, je crois que j'aurais aligné une équipe de jeunes face aux Gantois pour me foutre de la gueule de l'Union Belge ! Ce match aura tout de même été l'occasion de rendre hommage à un vieux serviteur de l'Albert : Cédric Berthelin. Voilà un mec qui a toujours eu une excellente mentalité même quand ça tournait mal pour lui et son équipe. C'est un véritable gentleman à l'image d'un Thomas Chatelle ou d'un Karel Geraerts. Il y a encore des mecs bien dans notre championnat, des sportifs qui font le boulot, quoi qu'il arrive. Berty a signé à Ostende où il sera chargé de coacher les gardiens et de faire figure de troisième portier dans le noyau. Dommage qu'il n'ait pas pu endosser cette fonction à Mons qui, avec Lens, est le club de son coeur. Je lui souhaite bonne chance à Ostende. PROPOS RECUEILLIS PAR JULES MONNIER " On parle peu de Genk, pourtant il peut encore faire le doublé ! "