Gert Verheyen n'a jamais frappé du poing sur la table, ni quand il jouait, ni quand il procède à une analyse technique. Il n'est pas un opportuniste qui retourne sa veste, passe d'un camp à l'autre en même temps que les droits TV. Il reste donc fidèle à Belgacom, pour lequel il analyse un match par week-end. Ce ne sont pas toujours des affiches mais il s'incline. Une première journée déclenche son lot d'émotions et de surprises. Qui aurait pu prévoir qu'Anderlecht tomberait à genoux chez les brasseurs louvanistes ? Des Dragons courageux ont accroché le Standard. Genk et le Club Bruges ont quitté les starting-blocks avec décision et ambition. Deux joueurs arrivés en droite ligne de la D3 (le Louvaniste Patrick Amoah, ex-White Star et Thomas Meunier du Club Bruges, ancien de Virton) ont marqué et défrayé la chronique.
...

Gert Verheyen n'a jamais frappé du poing sur la table, ni quand il jouait, ni quand il procède à une analyse technique. Il n'est pas un opportuniste qui retourne sa veste, passe d'un camp à l'autre en même temps que les droits TV. Il reste donc fidèle à Belgacom, pour lequel il analyse un match par week-end. Ce ne sont pas toujours des affiches mais il s'incline. Une première journée déclenche son lot d'émotions et de surprises. Qui aurait pu prévoir qu'Anderlecht tomberait à genoux chez les brasseurs louvanistes ? Des Dragons courageux ont accroché le Standard. Genk et le Club Bruges ont quitté les starting-blocks avec décision et ambition. Deux joueurs arrivés en droite ligne de la D3 (le Louvaniste Patrick Amoah, ex-White Star et Thomas Meunier du Club Bruges, ancien de Virton) ont marqué et défrayé la chronique. Le divorce entre le duo Herman Van Holsbeek-Ariël Jacobs et les supporters mauves s'accentuera-t-il ? Genk et le Club Bruges se détacheront-ils vite en tête du classement ? Le Standard tournera-t-il facilement la page après les bouleversements dans son actionnariat, son staff technique et, surtout, son effectif ? La phase classique ne constituera-t-elle qu'une longue mise en bouche avant le plat consistant, les PO1 ? Une journée ne suffit pas pour percer les secrets de la saison qui vient de commencer mais des tendances se dégagent quand même. Gert Verheyen : " En tout cas, c'est bizarre : personne n'ose parler du titre. Genk redoute la saison qui suit son sacre, le Standard perd beaucoup de joueurs et évoque une saison de transition, le Club l'espère peut-être mais sans oser l'avouer et Anderlecht ne manque pas de problèmes. " Gert Verheyen : Oui, un club n'a finalement rien à dire. Genk a tenté de conserver Thibaut Courtois mais quand les joueurs insistent et n'honorent pas certains rendez-vous, le club n'a pas le choix. Nous n'aurions jamais osé nous comporter ainsi mais actuellement, un gamin de 19 ans n'a pas de problème à brosser la journée des supporters. Je pense qu'ils sont influencés par les managers. Cela complique la vie des clubs. C'est une perte. On connaît moins bien Casteels mais j'ai entendu dire beaucoup de bien de lui. Si le Racing parvient à conserver le reste, tout dépendra de la soif de gagner de chacun, l'année qui suit le titre n'est jamais facile à négocier. Certains parviennent à tourner la page rapidement, d'autres ont plus de mal à oublier l'euphorie de la saison précédente. Genk compte beaucoup de jeunes, qui ont donc une marge de progression : Jelle Vossen, Kevin De Bruyne et Marvin Ogunjimi. C'est exact mais je ne pense pas que le problème soit là. C'est devant que se trouvait et se trouve encore la qualité. Les départs défensifs peuvent être compensés. Figurer en tête est surtout une question de mentalité. Genk a un entraîneur qui ne manque pas d'expérience et ne permet pas à ses joueurs de se laisser aller mais la situation a quand même changé. Depuis qu'il est là, il n'a cessé d'affûter ses troupes et il doit en rajouter une couche. Cela marchera-t-il encore ? Si, après Axel Witsel, Mehdi Carcela et Steven Defour s'en vont aussi, il faudra tout reprendre à zéro et je me demande, spontanément, ce qu'en pensent Jelle Van Damme et Mémé Tchité ? Ils ne se satisferont pas d'une septième place ni d'une saison de transition durant laquelle leur club mise sur les jeunes. Van Damme n'est pas revenu en Belgique pour ça, Tchité encore moins. Autre question intéressante : quelles seront les conséquences sportives de la reprise ? Luciano D'Onofrio entretenait une relation spéciale avec les joueurs. C'était davantage qu'une relation direction-joueur, comme dans les autres clubs. Il promettait à ses joueurs de veiller sur eux, de les aider à rejoindre ensuite une équipe plus cotée et ils restaient plus longtemps. Sans ce lien... Je pense qu'il constituait la seule raison de rester aux yeux de Defour. Le Standard devient un club comme les autres à présent. Oui. Il convient à son style de jeu et à son comportement en général. Je ne suis pas un fin connaisseur du football portugais mais il me semble ne pas subir la même pression que les équipes anglaises, allemandes ou italiennes, qui se tiennent de plus près. Techniquement, le football est meilleur que le nôtre et s'accorde bien à celui de Witsel. Je regrette toujours que des joueurs partent en Russie. Je les comprends car il y a beaucoup d'argent là et le championnat est bon mais on les perd de vue. C'est à peine si on voit les résultats. Un match opposant le Spartak au Zenit ou à Kazan, cela ne nous dit rien. Oui. Maintenant, si Defour et Carcela partent, le Standard devra réagir. Pape Camara a bien joué la saison dernière mais à leurs côtés, pas en leader. C'est comme Cheikhou Kouyaté à Anderlecht. Il est méritant mais quand Lucas Biglia n'est pas là et qu'il doit faire le jeu, c'est le drame. Il en va de même pour Camara. Cela reste à voir. J'ignore ses projets exacts. Chaque club a ses particularités et il est important de les conserver, d'écouter les supporters. Pas trop car il ne faut pas faire ce qu'ils veulent mais il faut tenir compte de leur opinion. Le Club Bruges a trouvé un bon équilibre de ce point de vue. Pour le moment, tout le monde est sur la même longueur d'ondes. On ne peut pas comparer le Standard à Saint-Trond. Duchâtelet va-t-il se mêler de tout ou désigner des personnes compétentes à chaque poste, responsables de la gestion ? A priori, il semble rechercher des renforts en Belgique, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Un grand club belge a intérêt à transférer les bons éléments des autres clubs. Mais il faut se rappeler que la barre est placée plus haut au Standard. Duchâtelet a commis cette erreur à Saint-Trond : il a enrôlé des joueurs ou a dit à son entraîneur de le faire alors qu'ils n'étaient même pas assez bons pour Saint-Trond. Il ne peut pas se le permettre au Standard, dont les supporters sont encore plus chauds. Bon, il est intelligent et en plus, contrairement à Saint-Trond, le Standard obtient du rendement des joueurs qu'il embauche. On peut y réaliser un bénéfice en investissant dans un bon jeune. Cela reste Saint-Trond. Placez Mignolet dans le but du Standard et vous gagnerez beaucoup d'argent. La présentation des nouveaux a été étrange. Quand, sur la photo du journal, on voit un short, un t-shirt, cette tenue... Enfilez un veston, pour avoir un peu d'allure, surtout à Anderlecht ! Cela m'a déçu et cela en dit long sur la personnalité. Je peux difficilement imaginer que Roger Vanden Stock était content en voyant des joueurs dans cette dégaine. Ils auraient aussi bien pu être des gamins en train de jouer en rue. Mais bon, cette remarque n'a rien à voir avec leurs qualités. Ronald Vargas est un bon transfert. Ajoutez-y Milan Jovanovic et éventuellement Dieumerci Mbokani. Avec Romelu Lukaku (s'il reste), le Sporting aurait une excellente équipe. La saison passée, le manque de bagage footballistique, qui est quand même la caractéristique d'Anderlecht, était flagrant dans les play-offs. Il fallait intervenir. Biglia doit rester et jouer car s'il faut commencer avec Kouyaté et Lukasz Marecek plus Roland Juhasz et Ondrej Mazuch derrière, c'est pas suffisant pour Anderlecht. Ce club doit être plus exigeant et ne pas revoir son registre technique à la baisse. Ce que j'ai constaté lors des play-offs c'est que ça n'avait plus rien à voir avec Anderlecht. Avant, son bagage footballistique était plus élevé que le reste de la Belgique, sur l'ensemble de la saison. Mais pas l'année dernière. C'est fréquent quand un joueur très important s'en va. Les autres s'exclament qu'ils vont recevoir leur chance et montrer ce dont ils sont capables mais ils oublient la pression que leur ôtait la star. On ne parlait pas d'Anderlecht mais de Boussoufa. A-t-il bien joué ou pas ? Mbark encaissait le poids de toute la meute pendant que les autres étaient à l'aise dans le vestiaire. Puis il part et Biglia est sur la touche. Les gens se sont alors focalisés sur Kouyaté ou sur Marecek. Ont-ils bien joué ? On les tue, ils ne le supportent pas et c'est fini. Ils s'écroulent. Ils comprennent alors ce que cela représente, de faire la différence pour Anderlecht. Il y a un monde entre faire partie du groupe et l'emmener dans un grand club. Si, mais il ne faut pas non plus aller au bout du monde quand on a l'occasion de chiper un joueur connu à un concurrent. Vargas a été meilleur la saison dernière que lors de sa première année au Club Bruges. C'est un bon transfert pour Anderlecht. Reste à voir quand il sera en état de jouer. Ce sera peut-être juste avant les play-offs. Or, la pression a augmenté après cette saison décevante. Les supporters n'attendront pas jusqu'aux play-offs : ils veulent qu'Anderlecht soit bon dès le début, d'où la pression. Or, la saison passée a montré que ces footballeurs ne savaient pas gérer la pression. Ils n'étaient pas prêts pour Anderlecht, ni qualitativement ni mentalement. Si ça ne marche toujours pas, ils vont succomber. Il est clair qu'il faut accorder du temps à Vargas. Je ne puis croire qu'il va casser la baraque dès le mois d'octobre. Il est tenté, je le comprends, mais il est encore très jeune et a encore le temps. Partir maintenant n'a aucun sens. Ce n'est pas facile de refuser mais un transfert ne l'aidera pas à progresser maintenant. Quand cela ne marche pas, on remplace l'entraîneur et on garde le groupe... ou vice-versa. Je suis très curieux. Je comprends très bien l'intention de la direction, les achats, la recherche d'un équilibre entre talent et mentalité. Il faut opérer des choix. Et il le faudra encore. J'ai regardé l'équipe : si on aligne tous les éléments offensifs, elle sera déséquilibrée. Il est bien d'en avoir autant mais de là à les aligner de concert... Il faut trancher. Allier travail et abattage à la technique. J'ai toujours apprécié la façon d'Adrie Koster de gérer les choses. Son manque de fermeté, ceci placé entre guillemets, est peut-être moins problématique avec un noyau qui est prêt à travailler d'arrache-pied. Les autres sont encore en proie au doute, je crois. Mais quand on a opéré des changements aussi draconiens, il faut attendre. Si cela marche vraiment, si les transferts sont aussi bons qu'annoncé, le Club peut avoir une excellente équipe. La défense ne doit pas être spectaculaire, tant qu'elle est convenable. Devant, le Club a perdu deux buteurs, Vargas et Perisic. D'autres doivent prendre la relève. Ici aussi, la pression sera intense d'emblée, puisque le Club n'a plus gagné de titre depuis cinq ans. C'est difficile pour les nouveaux. Quel est le niveau réel de Lior Refaelov et de Victor Vazquez ? C'est bien parti mais on verra avec le temps. Il ne faut pas dix minutes pour constater que Refaelov sait jouer au football. Si les actions de Vazquez ne sont pas spectaculaires, j'ai quand même déjà repéré de belles passes typiquement barcelonaises. Ses qualités ne s'exprimeront que si ses coéquipiers sont sur la même longueur d'ondes que lui. Enfin, combien de buts vont marquer ces deux joueurs ? Il faut espérer que la production ne dépendra pas du seul Björn Vleminckx. Ils apportaient trop peu. Le Club a bien fait de s'en défaire. Idem avec Geraerts et Simaeys. Que le Club ait raison ou pas, une fois qu'il a décidé de bifurquer et de ne plus avoir recours à ces footballeurs, il devait s'en défaire ! J'admire les gens qui savent prendre de telles décisions. C'est souvent dur, on déçoit des gens mais c'est la seule façon d'aller de l'avant. On ne peut pas dire qu'ils n'étaient pas assez bons mais ils n'ont pas amélioré le Club. Ils ont eu leur chance, plusieurs années, sans réussir. Il faut être plus strict quand on veut redevenir champion et obtenir des résultats. Avant de répondre, je préfère attendre un peu ! Gand a été étonnamment discret. Trond Sollied réussit toujours à former une équipe et à obtenir des résultats. Il est difficile de dire s'il figurera parmi les quatre premiers ou s'il terminera sixième. S'il parvient à stabiliser la défense... La construction, nous la connaissons. Mais même quand l'adversaire la connaît sur le bout des doigts, il peine car l'organisation de Sollied fonctionne toujours. Il n'a manqué qu'une chose à Lokeren la saison passée : un bon avant, qui marque. Il l'a, en Hamdi Harbaoui, mais il est possible que l'équipe joue mieux et gagne un rien moins de points. Peter Maes est un bon entraîneur. Egaler sa performance ne lui suffira pas. Lokeren ne va pas non plus terminer douzième. Le groupe a compris ce dont il était capable, il sait que sa position ne relevait pas du hasard la saison passée. PAR PETER T'KINT" La relation entre Luciano D'Onofrio et ses joueurs était plus intense qu'entre direction et joueurs ailleurs. "" Ce que j'ai vu dans les play-offs n'avait plus rien à voir avec Anderlecht. "" Partir maintenant n'aiderait pas Lukaku à progresser. "