Les vacances sont terminées depuis le 19 juillet et reprendre le collier avec mon équipe équivaut pratiquement à jouer les prolongations ; tant mon bonheur est total de retrouver les terrains d'entraînement et goûter à nouveau au contact avec les joueurs.

La météo de Sicile bien que caniculaire m'est apparue bien agréable, même si ce séjour m'a un peu coupé de l'actualité. De Wimbledon, je n'ai pas vu une seule image mais la victoire de Roger Federer s'inscrit dans une certaine logique en confirmant qu'il sera peut-être le tennisman de la décennie 2000-2010. La seule fois où j'ai interrompu la cassure que je m'étais volontairement accordée pour moi-même mais aussi pour toute la famille qui doit supporter mon amour du sport (et quand je dis supporter ce n'est évidemment pas dans le même sens que les inconditionnels d'Anderlecht ou du Standard), c'est pour suivre la finale de l'EURO.

Et pour constater que mes pronostics de début de tournoi ne se sont pas vraiment vérifiés. J'ai des excuses à faire valoir car j'avais prévenu que j'étais très mauvais pronostiqueur. Il est vrai que le type qui a osé miser un petit pactole avant la compétition sur la victoire de la Grèce aura réussi une plus-value que la Bourse ne lui offrira jamais. Je n'ai ni entendu ni lu tous les commentaires suite à cette surprenante victoire des Hellènes mais d'après ce que j'ai cru comprendre, le jeu et la tactique utilisés ont été fortement critiqués notamment par l'UEFA. Il serait évidemment fou de déclarer que les protégés d' OttoRehhagel ont produit un football spectaculaire, mais pour moi leur triomphe est amplement mérité rien que pour les matches gagnés contre la France, la Tchéquie et deux fois contre le pays organisateur, agrémenté du match nul contre l'Espagne. Et la Grèce avait remporté son groupe de qualification obligeant ces mêmes Espagnols à passer par les barrages pour justifier leur présence au Portugal ! De toute façon, dans le sport collectif, et à ce niveau, il n'existe pas de petit champion et le titre de la Grèce est pour moi logique dans le sens où les adversaires n'ont pas réussi à trouver la parade au système mis en place par Otto 1er. Tout cela avec un groupe en grande partie inconnu du grand public. Chapeau !

Le Tour de France ! J'ai raté tout des dix premières étapes et en particulier le lancement au départ de ma ville. On n'avait jamais vu tant de monde en Principauté. Heureusement, la montagne a commencé après mon retour de vacances et j'ai donc pu assister aux moments forts. Sans vouloir diminuer les mérites du Texan qui triomphe avec panache (au contraire de MiguelIndurain), Lance organise toute sa saison en fonction du Tour au contraire de JacquesAnquetil, EddyMerckx et BernardHinault. Deux choses me déçoivent dans ce Tour. La première vient des déclarations de Greg LeMond qui déclare son compatriote dopé. Pourquoi un ancien champion de sa classe jette-t-il le discrédit sur un sport qui a énormément de mal à se refaire une éthique ? Ses paroles sont peut-être crédibles, mais qui peut affirmer avec certitude dix ans après sa retraite sportive que le premier Américain vainqueur à Paris était tout à fait clean ?

Ma deuxième déception vient de la septième consécration de RichardVirenque en tant que meilleur grimpeur. Il se bat tout seul dans les cols de début d'étape, explose en fin de journée, gagne une étape chaque année grâce à une chevauchée au long cours et grâce à la bénédiction du peloton. De plus, il termine 38ème à 4 minutes 30 d'Armstrong dans le contre la montre de l'Alpe d'Huez. Décevant pour le soi-disant meilleur grimpeur du Tour. Personnellement, je changerais le règlement en chronométrant chaque coureur lors de chaque ascension et on s'apercevrait que le maillot à pois reviendrait largement à Armstrong lui-même.

NB : mon noyau de joueurs a repris les entraînements le jour où la liste de nos nouveaux ministres a été rendue publique. J'espère en tant qu'entraîneur que mes footballeurs seront dotés d'une aussi grande polyvalence que nos politiciens capables de changer de poste avec le même bonheur. Bonne reprise à tous !

Etienne Delangre

Les vacances sont terminées depuis le 19 juillet et reprendre le collier avec mon équipe équivaut pratiquement à jouer les prolongations ; tant mon bonheur est total de retrouver les terrains d'entraînement et goûter à nouveau au contact avec les joueurs. La météo de Sicile bien que caniculaire m'est apparue bien agréable, même si ce séjour m'a un peu coupé de l'actualité. De Wimbledon, je n'ai pas vu une seule image mais la victoire de Roger Federer s'inscrit dans une certaine logique en confirmant qu'il sera peut-être le tennisman de la décennie 2000-2010. La seule fois où j'ai interrompu la cassure que je m'étais volontairement accordée pour moi-même mais aussi pour toute la famille qui doit supporter mon amour du sport (et quand je dis supporter ce n'est évidemment pas dans le même sens que les inconditionnels d'Anderlecht ou du Standard), c'est pour suivre la finale de l'EURO. Et pour constater que mes pronostics de début de tournoi ne se sont pas vraiment vérifiés. J'ai des excuses à faire valoir car j'avais prévenu que j'étais très mauvais pronostiqueur. Il est vrai que le type qui a osé miser un petit pactole avant la compétition sur la victoire de la Grèce aura réussi une plus-value que la Bourse ne lui offrira jamais. Je n'ai ni entendu ni lu tous les commentaires suite à cette surprenante victoire des Hellènes mais d'après ce que j'ai cru comprendre, le jeu et la tactique utilisés ont été fortement critiqués notamment par l'UEFA. Il serait évidemment fou de déclarer que les protégés d' OttoRehhagel ont produit un football spectaculaire, mais pour moi leur triomphe est amplement mérité rien que pour les matches gagnés contre la France, la Tchéquie et deux fois contre le pays organisateur, agrémenté du match nul contre l'Espagne. Et la Grèce avait remporté son groupe de qualification obligeant ces mêmes Espagnols à passer par les barrages pour justifier leur présence au Portugal ! De toute façon, dans le sport collectif, et à ce niveau, il n'existe pas de petit champion et le titre de la Grèce est pour moi logique dans le sens où les adversaires n'ont pas réussi à trouver la parade au système mis en place par Otto 1er. Tout cela avec un groupe en grande partie inconnu du grand public. Chapeau ! Le Tour de France ! J'ai raté tout des dix premières étapes et en particulier le lancement au départ de ma ville. On n'avait jamais vu tant de monde en Principauté. Heureusement, la montagne a commencé après mon retour de vacances et j'ai donc pu assister aux moments forts. Sans vouloir diminuer les mérites du Texan qui triomphe avec panache (au contraire de MiguelIndurain), Lance organise toute sa saison en fonction du Tour au contraire de JacquesAnquetil, EddyMerckx et BernardHinault. Deux choses me déçoivent dans ce Tour. La première vient des déclarations de Greg LeMond qui déclare son compatriote dopé. Pourquoi un ancien champion de sa classe jette-t-il le discrédit sur un sport qui a énormément de mal à se refaire une éthique ? Ses paroles sont peut-être crédibles, mais qui peut affirmer avec certitude dix ans après sa retraite sportive que le premier Américain vainqueur à Paris était tout à fait clean ? Ma deuxième déception vient de la septième consécration de RichardVirenque en tant que meilleur grimpeur. Il se bat tout seul dans les cols de début d'étape, explose en fin de journée, gagne une étape chaque année grâce à une chevauchée au long cours et grâce à la bénédiction du peloton. De plus, il termine 38ème à 4 minutes 30 d'Armstrong dans le contre la montre de l'Alpe d'Huez. Décevant pour le soi-disant meilleur grimpeur du Tour. Personnellement, je changerais le règlement en chronométrant chaque coureur lors de chaque ascension et on s'apercevrait que le maillot à pois reviendrait largement à Armstrong lui-même. NB : mon noyau de joueurs a repris les entraînements le jour où la liste de nos nouveaux ministres a été rendue publique. J'espère en tant qu'entraîneur que mes footballeurs seront dotés d'une aussi grande polyvalence que nos politiciens capables de changer de poste avec le même bonheur. Bonne reprise à tous ! Etienne Delangre