Depuis la rentrée, la rédaction des sports-radio de la RTBF a modifié son traitement de l'information. Le point avec Guy Géron, le responsable.
...

Depuis la rentrée, la rédaction des sports-radio de la RTBF a modifié son traitement de l'information. Le point avec Guy Géron, le responsable. Trois journalistes alternent chaque semaine la présentation du journal des sports : Pascal Scime, Lise Burion et François Zaleski. Comme chez RTL, on part du principe qu'il faut fidéliser le public avec des voix ?Oui, parce cela permet d'avoir une vue globale de l'actualité sur plusieurs jours. La matière ne se perd pas et on ne brûle pas les sujets. A 18 h 08, nous proposons aussi un dossier développé sur un thème. En tant qu'éditeur, mon rôle est d'agiter les idées et de trouver les angles. Erik Libois ne commente plus les matches phares et a été remplacé par le duo Thierry Luthers-Manuel Jous. Pourquoi ?On a cherché à rééquilibrer les couvertures des matches et à investir dans nos points forts : le direct mais aussi l'analyse. La troisième mi-temps rentre dans ce dernier créneau et Erik est parfait avec ses questions impertinentes. Ce côté impertinent ne convenait pas au direct ?Non, nous avons fait un choix en renforçant les qualités de chacun et en préférant miser sur un duo de commentateurs performants. Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l'info et des sports, disait attendre plus d'impertinence encore des journalistes. Des consignes ont-elle été données ou bien cette volonté est-elle restée lettre morte ?L'introduction des dossiers sur une question d'actualité s'inscrit dans cette lignée. Et plutôt que d'attendre l'information, nous la suscitons. Nos angles sont préparés et nous travaillons sur le long terme. Par exemple, un reportage sur l'équipe nationale de bobsleigh sera prochainement diffusé. Les autres médias, comme Bel RTL (voir Potins), sont touchés par la crise financière. La rédaction sportive radio de la RTBF va-t-elle devoir se serrer la ceinture ? Non car nous gardons nos points forts : les grands directs. Le mercredi 18 février, nous proposerons Braga-Standard et Gand-Anderlecht. Soit quatre heures de retransmission de 20 h à minuit. Quid de La Première, pour laquelle on annonçait une présence plus accrue de l'actualité sportive ? Lors du premier week-end de mars, nous lancerons un rendez-vous mensuel animé par Christine Hanquet : une rencontre avec un sportif en vue. Le rythme des radios nous force à fractionner nos interviews : 20 secondes pour une réponse, etc. Via cette nouvelle émission, nous voulons offrir aux sportifs la possibilité de s'exprimer dans la durée. L'invité pourra être quelqu'un de connu ou une découverte.