"Allez gamin !" Pas de doute, on est à Liège. A Ougrée pour être précis puisque c'est là, sur ce terrain synthétique avec vue sur les terrils, que se joue le sommet du week-end. En deuxième provincial B liégeoise, du moins. L'équipe locale reçoit le leader, Herstal, et son joli contingent de supporters, tout de rouge et noir vêtus. En cas de victoire, Ougrée gommerait une partie de son léger retard sur ses hôtes du jour qui, à l'inverse, pourraient creuser un écart décisif s'ils repartaient avec la floche. Pas mal, le niveau, bleu et blanc contre rouge et noir, un but de chaque côté à la mi-temps : les équipes s...

"Allez gamin !" Pas de doute, on est à Liège. A Ougrée pour être précis puisque c'est là, sur ce terrain synthétique avec vue sur les terrils, que se joue le sommet du week-end. En deuxième provincial B liégeoise, du moins. L'équipe locale reçoit le leader, Herstal, et son joli contingent de supporters, tout de rouge et noir vêtus. En cas de victoire, Ougrée gommerait une partie de son léger retard sur ses hôtes du jour qui, à l'inverse, pourraient creuser un écart décisif s'ils repartaient avec la floche. Pas mal, le niveau, bleu et blanc contre rouge et noir, un but de chaque côté à la mi-temps : les équipes se neutralisent, même si autour du pré, les visiteurs prennent clairement l'avantage : mégaphone et chants collectifs (à trois ou quatre, on est quand même un collectif) en avant, les Herstaliens mènent la danse à coups de " marin d'eau douce !" et de " Il est vraiment, il est vraiment, il est vraiment phénoménal, la la la la !". " Aux aaaaaarmmmeessss ", poussent-ils même à quelques-uns, sans que la tribune d'en face y réponde, forcément, puisqu'il n'y a pas de tribune en face. Mais l'intention y est. Et c'est déjà ça. Derby liégeois oblige, on se lève comme un seul homme dans la buvette, à la pause, quand, à la télé, le Standard manque de prendre l'avantage à Bruges. Petite faim du dimanche après-midi. " Vous pouvez prendre une de mes frites ", nous assène gentiment un inconnu en nous présentant son paquet (façon de parler), alimentant les clichés de chaleur et de simplicité qui accompagnent généralement la région. Le temps de s'engraisser un minimum, les 22 acteurs repartent déjà à l'assaut de leurs concurrents du jour. " Fred, il gagne le match !", lance un supporter d'Herstal, avant que ce jugement soit traduit en chanson : " Fredo on t'aime, Fredo on t'adore !" C'est définitivement là, près du banc d'Herstal, que les choses sérieuses se passent. D'autant que les visiteurs plantent rapidement de quoi rappeler à Ougrée qui domine ce championnat. " Qué beau goal !" De fait, la frappe est jolie, attisant encore la déjà grande forme témoignée par la fan-base des rouge et noir : " Va gamin ! Allez, la troisième guerre mondiale " " Non, les Russes l'ont déjà faite. " Même si on ne comprend pas toujours toutes les formes d'encouragement, reconnaissons-leur une véritable ferveur. " Referee, y'a pas de petites fautes. Y'a pas de fautes anodines !" Tant qu'à parler de l'arbitre, rappelons qu'à Liège, " l'arbitre est un artisss " et qu'il siffle " comme un pied ". " Si tu gagnes ici, c'est que t'es un vrai champion ", lance encore un supporter : enfonçant méritoirement le clou, faisant en tout cas montre d'une belle efficacité, les Herstaliens vont chercher le 1-3 puis le 1-4. Dans les bras les uns des autres, supporters et joueurs se font la fête dans un élan d'enthousiasme réjouissant. Forcément, chez les partisans d'Ougrée, l'ambiance n'a pas vraiment décollé. A 1-4, c'en est même trop. " Bon, on va boire un verre ?" On se console comme on peut !PAR GUY VERSTRAETEN - PHOTOS: BELAGAIMAGE" Va gamin ! Allez, la troisième guerre mondiale. "