Défaite historique du Real Madrid !

Depuis le départ de l'entraîneur brésilien WanderleyLuxemburgo, et son remplacement par JuanRamonLopezCaro, inconnu du grand public, le Real Madrid avait repris du poil de la bête. Le nouveau coach avait redistribué certains rôles et, en championnat, l'équipe avait bien redressé la tête. Puis, patatras ! Mercredi passé, en Coupe du Roi, elle a subi une défaite historique : 6-1 à Saragosse !
...

Depuis le départ de l'entraîneur brésilien WanderleyLuxemburgo, et son remplacement par JuanRamonLopezCaro, inconnu du grand public, le Real Madrid avait repris du poil de la bête. Le nouveau coach avait redistribué certains rôles et, en championnat, l'équipe avait bien redressé la tête. Puis, patatras ! Mercredi passé, en Coupe du Roi, elle a subi une défaite historique : 6-1 à Saragosse ! Dans les rangs aragonais, les matadors furent les mêmes que ceux qui avaient déjà porté l'estocade aux stars du FC Barcelone, lors du tour précédent : DiegoMilito, qui avait frappé à deux reprises face au Barça, a cette fois inscrit quatre buts, alors que le Brésilien Ewerthon, arrivé du Borussia Dortmund, a ajouté deux réalisations à l'addition finale. " Ce fut comme dans un rêve ", jubile Diego Milito, qui n'a pas manqué de recueillir le ballon du match au coup de sifflet final pour le garder comme souvenir. " On a joué le match parfait ", enchaîne l'entraîneur VictorMunoz. " Tous mes joueurs ont été extraordinaires, tant sur le plan défensif qu'offensif. Ils ont colmaté tous les espaces et se sont montrés très généreux. Avec un peu de réussite, on aurait même pu marquer... l'un ou l'autre but supplémentaire ". Lopez Caro, de son côté, s'efforce d'encore y croire. " On n'est pas encore éliminés, car au stade Santiago Bernabeu, on est toujours capables de se transcender, mais il est clair que ce ne sera pas évident ", a-t-il conclu. Malgré l'euphorie du moment, Diego Milito - dont le frère Gabriel avait, jadis, été recalé du Real Madrid après des examens médicaux qui avaient dévoilé des problèmes aux genoux - continue effectivement de se méfier. " Avec le Real Madrid, on ne sait jamais. L'histoire de ce club foisonne de matches qui ont donné lieu à des retournements de situation invraisemblables ". Quant à savoir s'il a une chance de participer à la Coupe du Monde 2006 avec l'Argentine ? " On verra, chaque chose en son temps. S'il a besoin de moi, JoséPekerman sait où me trouver. De mon côté, je dois continuer à travailler pour mériter une sélection ". 1 Eto'o (Barcelone) 18 buts ; 2 Villa (Valence) 14 ; 3. Ronaldinho (Barcelone) 11 ; 4 Milito (Saragosse) 11 ; 5. Tristán (Depor.), Ronaldo (Real)10.19/02 Villarreal - Espanyol, FC Sevilla - Celta, Santander - Bilbao, Sociedad - Valencia, Real Madrid - Alavés, Málaga - Mallorca, Getafe - Atlético Madrid, La Coruña - Zaragoza, Cádiz - Osasuna, Barcelona - Betis D. DEVOS