En principe, le Club Brugeois alignera pour la toute première fois, le week-end prochain, face à Westerlo, sa nouvelle recrue norvégienne, Rune Lange. Au moment de mettre sous presse dimanche dernier, les dirigeants des Bleu et Noir disposaient encore d'une journée, en effet, pour finaliser le dossier du joueur, étant donné que la limite pour la clôture des transferts, sur notre sol, était postposée au lundi 2 avril, premier jour ouvrable après la date-butoir du samedi 31 mars.
...

En principe, le Club Brugeois alignera pour la toute première fois, le week-end prochain, face à Westerlo, sa nouvelle recrue norvégienne, Rune Lange. Au moment de mettre sous presse dimanche dernier, les dirigeants des Bleu et Noir disposaient encore d'une journée, en effet, pour finaliser le dossier du joueur, étant donné que la limite pour la clôture des transferts, sur notre sol, était postposée au lundi 2 avril, premier jour ouvrable après la date-butoir du samedi 31 mars. Normalement, on n'aurait jamais dû en arriver à cette extrémité, dans la mesure où, depuis le mois de janvier, les Flandriens ont perdu un temps précieux dans la régularisation de cette affaire, soucieux de réaliser le deal le plus propice pour eux. Dans l'intervalle, ils n'en ont pas moins perdu de vue l'essentiel : la dégradation en matière de résultats, due à l'absence d'un buteur hors-pair. A l'image de Rune Lange, précisément. Chronologie des faits. Au mois de juillet passé, l'intéressé, meilleur artificier en Norvège avec un total de 23 goals, quitte Tromsö, où il a relayé Ole-Martin Aarst (transféré au Sporting d'Anderlecht) en '97, à destination de Trabzonspor, le cercle turc où ont milité entre autres, Jean-Marie Pfaff et Jean-Jacques Missé Missé, comme footballeurs, et Georges Leekens comme entraîneur. Au départ, tout se passe à merveille, Rune Lange faisant office de valeur sûre dans une formation appelée, une fois encore, à jouer les trouble-fête dans une compétition dominée par les clubs stambouliotes : Galatasaray, Fenerbahce et Besiktas. Mais dès le mois de novembre, la situation se dégrade : le Nordique n'est plus payé et, compte tenu d'une révolution de palais tant au sein de la direction sportive que dans le staff technique, il n'a plus l'occasion, non plus, de faire montre de ses aptitudes sur le terrain. A l'image de Jean-Jacques Missé Missé, Rune Lange avait toutefois pris soin, au moment de parapher son contrat, d'y insérer une clause stipulant qu'en cas de non-paiement de salaire excédant quarante-cinq jours, il recouvrait automatiquement sa liberté. Et c'est sur base de cet artifice qu'il réclama son indépendance à la FIFA, nonobstant un bail courant théoriquement jusqu'au 30 juin 2003.Trabzonspor, qui avait dû céder gratuitement Jean-Jacques Missé Missé à Dundee United, en 1998, pour non-respect de la même mesure, ne veut évidemment plus retomber dans les mêmes travers, dans le cas présent, et s'empresse de rétablir la situation, versant au joueur son salaire et ses primes, assortis des intérêts. Du même coup, la FIFA somme le joueur de respecter son engagement envers le club.Comme Trabzonspor ne tient pas spécialement à conserver Rune Lange et que celui-ci est enclin à rejoindre son compatriote Trond Sollied à Bruges, les deux clubs trouvent un terrain d'entente quant au montant de transfert concernant le joueur : quatre-vingt millions de francs belges, soit moins de la moitié de la somme que les dirigeants turcs avaient déboursée quelques mois plus tôt pour son acquisition. Dans l'entourage de Rune Lange, on conteste cependant ce joli pactole en arguant que, puisque Trabzonspor n'a pas daigné honorer les termes du contrat, le joueur est donc libre et le club ne peut rien réclamer en échange. Saisie de cette plainte, la cour d'arbitrage d'Oslo s'est d'ailleurs prononcée en ce sens, la semaine passée, avant que le club turc n'interjette appel. Si les tractations se sont éternisées le week-end dernier, c'est en raison du fait que le Club Brugeois, flairant le bon coup, ne veut plus négocier que le bail de Rune Lange lui-même - un engagement jusqu'en 2005 - alors que ceux qui ont oeuvré pour le joueur, lisez son avocat et son manager, sont d'avis qu'une part de la somme convenue devrait être rétrocédée à leur client et à eux-mêmes. Dans les hautes sphères brugeoises, on s'en offusque, sous prétexte qu'il ne peut être question de dédommager à la fois Trabzonspor, Rune Lange ainsi que ceux qui gèrent ses intérêts. "Je conçois que chacun prêche pour sa chapelle", observe Harald Svain, le manager de Rune Lange. "Mais à force de palabrer et de rogner tant et plus, la direction du Club a probablement perdu de vue l'essentiel : c'est qu'en bénéficiant plus tôt du concours de ce joueur, les Bleu et Noir n'accuseraient sans doute pas le retard qui est le leur aujourd'hui sur Anderlecht. Et que représentent quelques millions, en définitive, à côté du jackpot de la Ligue des Champions?" Bruno Govers