Fondé le 23 juillet 1902, l'Excelsior Rotterdam fête son accession en Eredivisie au moment même de son centenaire. En plus, l'Excelsior est actuellement plus sain que la majorité des clubs du football professionnel. C'est peut-être logique dans la mesure où il est le satellite de Feyenoord mais il ne faut pas oublier qu'il y a une décennie, le club était menacé de relégation en Amateurs, faute de moyens.
...

Fondé le 23 juillet 1902, l'Excelsior Rotterdam fête son accession en Eredivisie au moment même de son centenaire. En plus, l'Excelsior est actuellement plus sain que la majorité des clubs du football professionnel. C'est peut-être logique dans la mesure où il est le satellite de Feyenoord mais il ne faut pas oublier qu'il y a une décennie, le club était menacé de relégation en Amateurs, faute de moyens. Martin de Jager, son président depuis dix ans, est à l'origine de ce redressement. Président du SVV pendant sept ans, il a été approché par l'Excelsior, qui était alors moribond. "Il n'y avait aucune organisation. Même pas quelqu'un pour répondre au téléphone. L'administration ne valait pas mieux qu'un sac-poubelle. La situation financière du club était épouvantable. Les matches de l'équipe fanion attiraient ... 198 spectateurs en moyenne". De Jager a relevé le défi, par amour pour le football, comme il l'affirme. Pendant plusieurs saisons, il a été obligé d'y aller de sa poche pour maintenir le club en vie. L'Excelsior ne perdra jamais son surnom de "vieux papier". Ce n'est pas nécessaire non plus, selon son directeur, Simon Kelder. "Je ferais insulte aux gens qui,pendant des années, se sont tués à récolter des milliers de gulden par an en vendant du vieux papier si je trouvais ce surnom négatif. En plus, pourquoi devrions-nous rougir de notre passé?" Simon Kelder est supporter du club depuis 50 ans, un demi-siècle après sa fondation par Johan Blok et huit autres passionnés de football. Les Kralingers n'ont pas raté les débuts du football rémunéré en 1954 et ne l'ont jamais quitté, même s'ils ont plus souvent fréquenté ses bas-fonds que le haut du pavé. Ils ont quand même connu quelques succès. Thijs Libregts, Ton Pattinama, Graeme Rutjes et Nico Jalink ont fait trembler maints adversaires, jusqu'à une énième relégation, en 1987, une descente qui a failli être fatale au club. L'Excelsior est surtout connu pour être le petit frère de Feyenoord. Leur collaboration a pris forme en 1996. "Je commençais à en avoir marre de féliciter le président de l'autre camp pour sa victoire, semaine après semaine", avoue Martin de Jager. Après un début difficile -l'équipe a terminé les deux premières saisons dans la cave de la D2-, elle a renoué avec le succès. A partir de 1998, sous la direction sportive de Koster, elle s'est attiré les compliments de tous, en terminant successivement sixième, quatrième et deuxième. Le club a permis à des joueurs comme David Connolly et Thomas Buffel d'éclater. La saison passée, l'Excelsior a même longtemps été le favori au titre. Il l'a finalement cédé au FC Zwolle mais il a assuré sa promotion au détriment du Sparta dans les playoffs. Martin de Jager savoure son succès. "C'est quand même fantastique, non?", s'exclame le président: "Pendant des années, nous n'avons même pas eu les moyens d'acheter des clous, j'ai souvent dû payer le salaire des joueurs de ma poche et voilà que nous pouvons goûter aux plaisirs de l'élite". (F. Vanheule)