Benjamin Deceuninck a reçu le Moustique d'Or du meilleur journaliste sportif devant Michel Lecomte, son chef, et Marc Delire, son ancien maître de stage.
...

Benjamin Deceuninck a reçu le Moustique d'Or du meilleur journaliste sportif devant Michel Lecomte, son chef, et Marc Delire, son ancien maître de stage. Vous vous considérez comme le meilleur journaliste sportif ?Certainement pas ! Même pas meilleur que Michel Lecomte et Marc Delire ?J'ai mon style mais de là à dire que je suis le meilleur... Le choix est biaisé : seuls les journalistes de la télévision sont représentés. Qu'on soit de la presse écrite ou de la radio, on fait tous le même métier. Mais c'est une récompense qui fait plaisir. Vu la nomination de Rodrigo Beenkens dans la catégorie Moustique de Diamant, je savais que les votes seraient serrés. L'année dernière, j'avais terminé deuxième devant Michel. La hiérarchie est restée la même. Mais je suis sûr que la présence de Rodrigo aurait tout changé. L'élève a-t-il dépassé les maîtres ?Au niveau des voix, oui. Pour le reste, nous avons chacun notre style. Peut-être que ma présence plus importante à l'antenne a plu au public. J'ai vécu un très bel Euro 2008 avec José Riga et Stéphane Pauwels. Puis j'ai enchaîné les JO. Sans compter l'incontournable Studio 1 du lundi soir. Chaque jour, quelqu'un m'en parle ! Après l'Euro, certains vous voyaient prendre plus de place à la présentation. Vous voilà en position de force pour négocier !Ce que j'ai accompli durant l'Euro était fun. Mais les grandes compétitions n'ont lieu que tous les deux ans. Et les journalistes de la chaîne qui présentent Studio 1 et Le Week-end sportif font très bien leur métier. Je me vois mal m'imposer. Même pas négocier une augmentation de salaire ?Impossible : à la RTBF, nous sommes considérés comme fonctionnaires et nos salaires sont fixés par des barèmes. RTL ne classe aucun candidat dans le top 3 : cela reflète la différence de niveau ? Je pense que RTL souffre d'un déficit d'image. Même s'ils se sont bien améliorés avec le temps. Il y a quelque temps, vous aviez déclaré que la rédaction des sports de la RTBF était meilleure que celle de RTL. Toujours vrai ? Oui. Nous sommes plus nombreux et nous suivons beaucoup plus de disciplines. La RTBF a aussi la chance de disposer de journalistes expérimentés, qui sont dans la maison depuis 25 ans. Ce qui n'enlève rien aux mérites de RTL. Qu'avez-vous fait de votre trophée ?Ma femme l'a déposé au-dessus d'une armoire. Mais il est transparent et on ne le voit pas ! Je vais le montrer aux copains qui viennent pour picoler. Puis je le mettrai ailleurs. Mais pas dans les toilettes !