Les différents changements de règle concernant les gardiens de but ont évidemment influencé le jeu durant ces dernières années. L'interdiction pour le gardien de prendre la balle avec les mains suite à une passe volontaire d'un de ses défenseurs a quelque peu modifié le comportement des keepers. Cette passe transmise du pied ou de tout autre surfac...

Les différents changements de règle concernant les gardiens de but ont évidemment influencé le jeu durant ces dernières années. L'interdiction pour le gardien de prendre la balle avec les mains suite à une passe volontaire d'un de ses défenseurs a quelque peu modifié le comportement des keepers. Cette passe transmise du pied ou de tout autre surface du corps à partir du moment où le joueur a voulu contourner les règles sera sanctionnée par l'arbitre d'un coup franc indirect (un joueur qui soulève le ballon volontairement du pied avant de le transmettre de la tête à son gardien sera sanctionné car il contourne le règlement).L'autre règle modifiée concernant les six secondes accordées au gardien pour dégager l'oblige à ne pas traîner pour relancer l'équipe, mais d'un autre côté, lui facilite la relance puisqu'il peut traverser le rectangle ballon en mains. On voit donc de plus en plus de gardiens reconstruire le jeu très vite avec un long dégagement à la main. D'où la possibilité de jouer la contre-attaque de manière plus efficace avec cette nouvelle règle concernant le gardien.La passe volontaire d'un joueur de champ vers un gardienOn remarque que même à l'heure actuelle, alors que les derniers remparts ont eu le temps de s'adapter à la nouvelle règle, les buts encaissés suite à une erreur consécutive à cette réglementation sont encore nombreux.En tant qu'entraîneur, comment remédier à cette lacune? Il existe à mon avis trois manières:Eviter les erreurs pouvant coûter cher.Le comportement du gardienConclusionA l'heure actuelle, il y a encore trop de buts consécutifs à la règle de la passe en retrait, et travailler ce concept dans les entraînements débouchera certainement sur une diminution de ces erreurs.Etienne Delangre,