En arrivant à Sclessin, le nouveau patron des Rouches avait dans sa poche la carte de visite de MogiBayat que Pierre François connaissait déjà. Comme un marchand de remèdes pour grand-mères, cet agent de joueurs sort par la porte et rentre par la fenêtre avec un catalogue long comme un match sans bons footballeurs. Il a placé des joueurs à Saint-Trond. De plus, suite à une idée de Duchâtelet, Bayat a été cité en son temps comme directeur technique des Trudonnaires malgré qu'il ne soit pas du tout considéré comme un fin connaisseur mais plutôt comme un représentant de commerce. Le Standard lui a confié quelques transferts sortants : MbayeLeye, Franck Berrier, AloysNong.

C'est dire si son influence auprès de Duchâtelet et de François n'est pas négligeable et c'est quand même un peu inquiétant. " Duchâtelet apprend vite mais ce n'est pas un footeux ", nous confie un agent. " J'ai placé un joueur à Saint-Trond : Duchâtelet a consulté son directeur technique mais c'est quand même lui qui a conclu le deal. Il en va comme cela au Standard : il écoute et puis, c'est lui qui tranche. C'est clair qu'il n'a pas le passé d'un autre grand businessman du football comme Constant Vanden Stock, qui avait joué en D1 et été sélectionneur des Diables Rouges. J'espère qu'il ne songera jamais à remplacer la pelouse de Sclessin par du synthétique. "

A Liège, certains se demandent ce que Duchâtelet trouve à Reza, muet depuis des mois. L'Iranien est un joueur moyen d'un club qui chute en D2 : le Standard a besoin de renforts d'un autre niveau. Si Bayat est influent, on note quand même que les agents reviennent plus nombreux qu'avant au Standard. Jean-François de Sart étudie les offres des agents Christian Negouai, KismetEris, Youri Selak,CvijanMilosevic, Christophe Henrotay, etc. Tous ont leurs idées, leurs joueurs, leurs façons de voir le football. Un agent occupe le haut du pavé : Jorge Vidal.

Liégeois d'origine espagnole, ce supporter acharné du Standard a fait ses premières armes en s'occupant durant des années de jeunes comme Axel Witsel et Mehdi Carcela. On le voit de plus en plus souvent dans les tribunes officielles auprès des huiles du Standard. François l'apprécie. Vidal est un inconditionnel de Riga et il a compris ce que le coach et de Sart apprécient comme football. Il est l'agent d' Anthony Moris, de Paul-JosephMpoku mais surtout de NachoGonzalez et de Luis- Manuel Seijas. Vidal a saisi l'importance du marché espagnol (frappé par la crise économique, tous les joueurs ont revu leurs prétentions salariales à la baisse) et sud-américain où on peut trouver de bons joueurs pour 400.000 euros. Les prix s'écroulent mais de Sart a quand même convaincu Duchâtelet de dépenser 1,2 million d'euros pour YoniBuyens et 1,4 million pour William Vainqueur.

En arrivant à Sclessin, le nouveau patron des Rouches avait dans sa poche la carte de visite de MogiBayat que Pierre François connaissait déjà. Comme un marchand de remèdes pour grand-mères, cet agent de joueurs sort par la porte et rentre par la fenêtre avec un catalogue long comme un match sans bons footballeurs. Il a placé des joueurs à Saint-Trond. De plus, suite à une idée de Duchâtelet, Bayat a été cité en son temps comme directeur technique des Trudonnaires malgré qu'il ne soit pas du tout considéré comme un fin connaisseur mais plutôt comme un représentant de commerce. Le Standard lui a confié quelques transferts sortants : MbayeLeye, Franck Berrier, AloysNong. C'est dire si son influence auprès de Duchâtelet et de François n'est pas négligeable et c'est quand même un peu inquiétant. " Duchâtelet apprend vite mais ce n'est pas un footeux ", nous confie un agent. " J'ai placé un joueur à Saint-Trond : Duchâtelet a consulté son directeur technique mais c'est quand même lui qui a conclu le deal. Il en va comme cela au Standard : il écoute et puis, c'est lui qui tranche. C'est clair qu'il n'a pas le passé d'un autre grand businessman du football comme Constant Vanden Stock, qui avait joué en D1 et été sélectionneur des Diables Rouges. J'espère qu'il ne songera jamais à remplacer la pelouse de Sclessin par du synthétique. " A Liège, certains se demandent ce que Duchâtelet trouve à Reza, muet depuis des mois. L'Iranien est un joueur moyen d'un club qui chute en D2 : le Standard a besoin de renforts d'un autre niveau. Si Bayat est influent, on note quand même que les agents reviennent plus nombreux qu'avant au Standard. Jean-François de Sart étudie les offres des agents Christian Negouai, KismetEris, Youri Selak,CvijanMilosevic, Christophe Henrotay, etc. Tous ont leurs idées, leurs joueurs, leurs façons de voir le football. Un agent occupe le haut du pavé : Jorge Vidal.Liégeois d'origine espagnole, ce supporter acharné du Standard a fait ses premières armes en s'occupant durant des années de jeunes comme Axel Witsel et Mehdi Carcela. On le voit de plus en plus souvent dans les tribunes officielles auprès des huiles du Standard. François l'apprécie. Vidal est un inconditionnel de Riga et il a compris ce que le coach et de Sart apprécient comme football. Il est l'agent d' Anthony Moris, de Paul-JosephMpoku mais surtout de NachoGonzalez et de Luis- Manuel Seijas. Vidal a saisi l'importance du marché espagnol (frappé par la crise économique, tous les joueurs ont revu leurs prétentions salariales à la baisse) et sud-américain où on peut trouver de bons joueurs pour 400.000 euros. Les prix s'écroulent mais de Sart a quand même convaincu Duchâtelet de dépenser 1,2 million d'euros pour YoniBuyens et 1,4 million pour William Vainqueur.