Il est l'âme du Match of the Day et jouit d'un grand prestige grâce à son passé d'international. Quand Gary Lineker dit quelque chose, ça fait mouche, surtout quand il égratigne son propre monde. C'est ce que l'ancien avant international a fait dans un de ses éditoriaux du Sunday Telegraph, un journal de qualité. En 2003, quand Harry Kewell avait quitté Leeds pour Liverpool, Lineker s'en était pris avec virulence au rôle des agents. Il avait critiqué l'implication de personnes qui ne disposaient pas de la licence FIFA mais s'enrichissaient grâce au transfert. Du c...

Il est l'âme du Match of the Day et jouit d'un grand prestige grâce à son passé d'international. Quand Gary Lineker dit quelque chose, ça fait mouche, surtout quand il égratigne son propre monde. C'est ce que l'ancien avant international a fait dans un de ses éditoriaux du Sunday Telegraph, un journal de qualité. En 2003, quand Harry Kewell avait quitté Leeds pour Liverpool, Lineker s'en était pris avec virulence au rôle des agents. Il avait critiqué l'implication de personnes qui ne disposaient pas de la licence FIFA mais s'enrichissaient grâce au transfert. Du coup, Kewell a déposé plainte. L'Australien avait coûté environ 7,5 millions d'euros aux Reds. Leeds, qui devait vendre des joueurs pour survivre, a versé trois millions à Max Sports, la société pour laquelle travaillait le manager personnel de Kewell, Bernie Mandic. Liverpool, quant à lui, a dû payer un extra de 1,6 million de commission à CSI, une société gérée par Nicola, le frère de Bernie, qui a bien une licence et a servi d'intermédiaire. En bref, expliquait Lineker, la moitié de l'indemnité de transfert a profité à des intermédiaires. Un scandale pour le monde du football. Kewell, qui était décrit comme le bouffon de l'affaire, n'a pas accepté la critique et s'est adressé au tribunal, estimant son honneur sali. Jeudi, le jury n'a pas réussi à rendre un jugement à l'unanimité et il n'y a pas eu condamnation mais l'affaire n'est pas finie. Elle a ressurgi dans la presse et la FA a demandé des articles de Lineker au Sunday Telegraph. Ils sont joints à des témoignages, dans un dossier que la FA veut transmettre à la FIFA. En principe, les clubs qui traitent avec des agents non reconnus peuvent être sanctionnés. Bernie Mandic a juré ses grands dieux que l'argent de Leeds n'avait rien à voir avec le transfert de Kewell mais avec des prestations antérieures pour l'équipe en Australie. Mais la FA s'en prendra-t-elle à un grand club ? Oui, répond la fédération anglaise. En janvier, Arsenal a discuté le transfert du grand espoir néerlandais Quincy Owusu- Abeyie avec un manager néerlandais sans licence mais qui était un collaborateur de 4 sports management, un bureau reconnu. Arsenal a malgré tout écopé d'une amende de 16.000 euros et d'une suspension conditionnelle de deux ans sur les transferts. LIVERPOOL a empoché 30,6 millions d'euros, grâce à sa victoire en Ligue des Champions. C'est le plus gros bénéficiaire de la dernière campagne. Demi-finaliste, Chelsea a reçu 28 millions. Comme la télévision anglaise paie plus que l'italienne, Chelsea a gagné plus d'argent que le finaliste perdant, l'AC Milan (26,2 millions). Arsenal a obtenu 23,4 millions, Manchester United, éliminé au même stade mais avec moins de victoires à son compteur, seulement 16,3 millions. Ces chiffres ne tiennent pas compte de la billetterie. TRANSFERTS. Scott Parker passe de Chelsea à Newcastle, El-Hadj Djouf de Liverpool à Bolton, Roy Caroll de Manchester United à West Ham, Laurent Robert de Newcastle à Portsmouth, Vladimir Smicer de Liverpool à Bordeaux, Jon Stead des Blackburn Rovers à Sunderland. Dean Routledge quitte Crystal Palace au profit de Tottenham, qui a également acquis le buteur AndyJohnson (22 goals). (P. T'Kint)