Durant les trois premiers matches de Bundesliga, avant la trêve imposée par le calendrier international, ce ne sont pas des footballeurs titrés tels Luca Toni (Bayern) ou Claudio Pizarro (Werder Brême) qui ont fait impression mais l'attaquant polonais Artur Wichniarek (31 ans), d'Arminia Bielefeld. Celui-ci a inscrit quatre buts, ce qui n'a valu que deux petits points à son équipe. Son opportunisme a toutefois valu à Wichniarek d'être élu Footballeur du mois d'août.
...

Durant les trois premiers matches de Bundesliga, avant la trêve imposée par le calendrier international, ce ne sont pas des footballeurs titrés tels Luca Toni (Bayern) ou Claudio Pizarro (Werder Brême) qui ont fait impression mais l'attaquant polonais Artur Wichniarek (31 ans), d'Arminia Bielefeld. Celui-ci a inscrit quatre buts, ce qui n'a valu que deux petits points à son équipe. Son opportunisme a toutefois valu à Wichniarek d'être élu Footballeur du mois d'août. C'est d'autant plus surprenant qu'il n'est que le deuxième joueur de l'histoire d'Arminia, après Patrick Owomoyela en 2005 à y parvenir. Michael Frontzeck, l'entraîneur, ne tarit évidemment pas d'éloges sur son attaquant. " C'est un footballeur fantastique pour une équipe ", a-t-il expliqué au Kicker. " Artur marque aisément mais il n'attend pas d'être servi ni de recevoir une occasion. Il pense toujours en termes collectifs. C'est pour cela que nos supporters l'ont surnommé le Roi Artur. " Ce surnom n'est pas récent. Flash-back. Entre 2000 et 2002, Wichniarek est devenu le préféré du public, en devenant le meilleur buteur de 2e Bundesliga deux saisons de suite, avec respectivement 18 et 20 réalisations. Wichniarek, dont le contrat prend fin avec la saison en cours, compte également 17 sélections nationales. Il a marqué quatre buts pour la Pologne. Le 16 janvier dernier, après une absence de quatre saisons, il a fêté son retour dans la sélection face à la Tchéquie mais depuis, il n'a plus été invité. Wichniarek a ainsi raté l'EURO. Frontzeck ne peut comprendre la décision du sélectionneur : " Vu la façon dont Artur joue actuellement, il mérite sa place en équipe nationale. La Pologne doit disposer d'attaquants de très grande qualité et particulièrement productifs pour ne pas avoir besoin d'Artur ", commente-il avec un brin de cynisme. L'avant lui-même, qui dédie chaque but à sa mère décédée depuis le début de la saison, a compris le message. La semaine dernière, il a annoncé qu'il ne se mettrait plus à la disposition de la sélection polonaise aussi longtemps qu'elle sera dirigée par le Néerlandais Leo Beenhakker. MIROSLAV KLOSE a joué le rôle principal du match spectaculaire d'Helsinki. L'avant a retrouvé son opportunisme après 236 minutes stériles. La Mannschaft et son avant ont refait à trois reprises un retard pour arracher un point à la Finlande. ÜMIT ÖZAT (31 ans) ignore de quoi son avenir sera fait. Le capitaine turc de Cologne, victime d'un virus, souffre d'une inflammation du muscle cardiaque. Contre Karlsruhe, le 29 août, il s'est effondré sur le terrain. Le défenseur doit observer au moins six semaines de repos avant de nouveaux examens. KARL-HEINZ FÖRSTER (50 ans), l'ancien libéro international, actuellement manager de joueurs tels que Kevin Kuranyi, paie les conséquences de sa carrière. Il a subi une dixième opération, cette fois au pied. Ses chevilles, ses ménisques et ses genoux lui ont déjà valu des passages sur le billard. RENÉ ADLER a fêté son retour en championnat le week-end dernier, lors du match entre Leverkusen et Hambourg. Le gardien est rétabli de sa blessure à l'épaule. REPORT : le match entre l'Eintracht Francfort et Karlsruhe a été reporté, le terrain étant trop dangereux suite au concert de Madonna le mardi précédent. La pelouse a été ravagée. LA TRÊVE HIVERNALE va être limitée à quatre ou cinq semaines au lieu de six à sept, comme l'a annoncé la Ligue Pro allemande vendredi dernier. La Coupe va être remaniée. FRANCK RIBÉRY (Bayern) a repris les entraînements en groupe. L'international français s'était déchiré les ligaments de la cheville contre l'Italie à l'EURO. Ses actions et sa vista semblent manquer à la formation de Jürgen Klinsmann. FRÉDÉRIC VANHEULE