Compagnie sucrière sénégalaise Richard-Toll et Port autonome de Dakar. Pour les non-initiés au championnat sénégalais, ces quelques mots ne sonnent pas vraiment " foot ". Ils figurent pourtant tous deux sur le CV de Mamadou Fall, le nouvel élément offensif du Sporting Charleroi.
...

Compagnie sucrière sénégalaise Richard-Toll et Port autonome de Dakar. Pour les non-initiés au championnat sénégalais, ces quelques mots ne sonnent pas vraiment " foot ". Ils figurent pourtant tous deux sur le CV de Mamadou Fall, le nouvel élément offensif du Sporting Charleroi. Enfin nouveau, pas tout à fait, puisque le bonhomme est déjà sous contrat avec les Zèbres depuis son arrivée en Belgique en 2013 mais il n'a pourtant fait ses grands débuts sous les ordres de Felice Mazzu que fin juillet dernier, face à Waasland-Beveren pour la journée inaugurale de la Jupiler Pro League version 2016-2017. La raison ? Trois prêts successifs au White Star Bruxelles de John Bico, alors en D2. Etre prêté à trois reprises par le même club est rarement gage de réussite. Demandez plutôt à Marko Marin qui est passé successivement par le FC Séville, la Fiorentina, Anderlecht et Trabzonspor sans jamais réussir de retour à gagnant à Chelsea où il était sous contrat durant toutes ces saisons. C'est pourtant ce qu'est en train de réaliser au Mambour Mamadou Fall (24 ans). Titulaire sur le flanc droit depuis le début du championnat, le Sénégalais est le seul parmi les néo-Zèbres à s'être forgé une place dans le onze carolo. Il s'y est même montré convaincant puisque malgré le faible nombre de buts inscrits par les Hennuyers, personne ou presque n'évoque le départ de Dieumerci Ndongala, qu'il remplace sur la pelouse, pour justifier ces lacunes offensives. S'il a déjà charmé les supporters et que le coach semble lui faire confiance, c'est également le cas du côté de la direction puisque son contrat a d'ores et déjà été prolongé jusqu'en 2018, assorti d'une option de deux ans. Mehdi Bayat, l'administrateur délégué du club, n'a d'ailleurs déjà pas hésité à chanter ses louanges en déclarant qu'il " sera encore plus fort que Ndongala " et qu'il " sera un des meilleurs joueurs de Pro League dès cette saison ". Aujourd'hui au Lierse, le gardien Mike Vanhamel, qui évoluait avec Fall au White Star la saison dernière, n'est pas étonné par l'aisance avec laquelle ce dernier s'est accoutumé à la D1 : " Il a prouvé la saison dernière qu'on pouvait compter sur lui et il continue sur sa lancée. Avec ses buts et ses assists, il a largement contribué à notre titre. Il faisait partie des deux ou trois joueurs qui portaient l'équipe. Sans lui, notre jeu aurait été très différent. Grâce à sa présence, on n'était pas toujours obligé de développer du foot, on savait qu'on pouvait le trouver en profondeur grâce à sa vitesse ". S'il n'est pas le plus technique, Fall a en effet une pointe de vitesse hors-normes, à tel point qu'il était surnommé le TGV chez les Bruxellois. Ajoutez à cela une puissance indéniable et il n'est pas étonnant de le voir martyriser les arrières gauches du Royaume. " Physiquement, il est monstrueux ", confirme Vanhamel. " Dans 99 % des cas, il prend le dessus sur son adversaire direct ". Pourtant, lors de récents tests sanguins, la diététicienne des Zèbres a relevé une... carence de vitamines chez le sprinteur sénégalais. " Je n'ai pas pour habitude de manger des fruits et des légumes. Il y a l'hydratation, aussi. On s'est rendu compte que je ne buvais pas assez ", déclarait-il récemment à L'Avenir. " Je veux être au top physiquement et je réalise que cela ne passe pas uniquement par l'entraînement. Je peux vous dire que désormais, des fruits et des légumes, je vais en manger. Finis, les hamburgers ! ". Fini aussi l'ambiance feutrée du Machtens où le White Star évoluait devant une poignée de fans à peine. Aujourd'hui le numéro 77 peut compter sur le soutien du public carolo qui l'a à la bonne et il a déjà reconnu que ça lui donnait des ailes. Avec 11 goals, 9 assists et 5 penaltys provoqués à son compteur la saison dernière, le Dakarois a prouvé qu'il pouvait se montrer efficace. Les Zèbres auraient d'ailleurs bien aimé le rapatrier dès le mercato de janvier mais ils se sont heurtés au refus de Bico, bien décidé à faire respecter le contrat de prêt et à ne pas lâcher l'un de ses hommes-clés. Preuve du statut qu'il est en train d'acquérir, face au Standard, Yannick Ferrera avait spécialement déplacé Corentin Fiore de l'axe vers le back gauche pour contrer Fall. Le Sénégalais a bien profité des espaces qui s'offraient à lui et aurait d'ailleurs dû obtenir un penalty mais comme depuis le début de saison, il a manqué de lucidité en zone de conclusion, lui qui n'a toujours pas réussi à faire trembler les filets. " C'est vrai qu'il doit encore apprendre à être plus tranquille, posé devant le but ", admet Vanhamel. " Et il doit aussi améliorer son premier contrôle, ce qui lui permettrait d'enchaîner encore plus rapidement. Mais je pense qu'il dispose encore d'une grosse marge de progression : pour l'instant il ne joue que sur ses qualités. Et puis surtout c'est quelqu'un de très humble, un gros bosseur toujours en train de rigoler et de danser. Je l'imagine bien jouer dans un plus grand club encore à l'avenir ". PAR JULES MONNIER - PHOTO BELGAIMAGE" Physiquement, il est monstrueux. Dans 99 % des cas, il prend le dessus sur son adversaire direct. " MIKE VANHAMEL, ANCIEN COÉQUIPIER AU WHITE STAR BRUXELLES