Cela n'a pas encore recommencé et ça m'énerve déjà. Nous voilà repartis pour un championnat à nouveau dépourvu de sens, ou en tout cas déficient quant aux valeurs valant la peine que le foot reste autorisé : solidarité, esprit d'équipe et gnagnagna... Mon £il en parachute, tout le monde s'en fout ! De ce point de vue-là au moins, le football professionnel est pire que le cyclisme professionnel, cette activité physique où le plus fort est celui qui se dope le plus intelligemment,... je pourrais presque dire le plus créativement ! Et plus on sait désormais que les pédaleurs d'élite ont de tout temps " salé la soupe " (pour reprendre une expression née dans les pelotons voici... un demi-siècle !), plus on se déplace pour encourager ces androïdes : pour preuve l'immense succès populaire que fut le récent passage du Tour chez ...

Cela n'a pas encore recommencé et ça m'énerve déjà. Nous voilà repartis pour un championnat à nouveau dépourvu de sens, ou en tout cas déficient quant aux valeurs valant la peine que le foot reste autorisé : solidarité, esprit d'équipe et gnagnagna... Mon £il en parachute, tout le monde s'en fout ! De ce point de vue-là au moins, le football professionnel est pire que le cyclisme professionnel, cette activité physique où le plus fort est celui qui se dope le plus intelligemment,... je pourrais presque dire le plus créativement ! Et plus on sait désormais que les pédaleurs d'élite ont de tout temps " salé la soupe " (pour reprendre une expression née dans les pelotons voici... un demi-siècle !), plus on se déplace pour encourager ces androïdes : pour preuve l'immense succès populaire que fut le récent passage du Tour chez nous. Le cyclisme pro est l'antithèse/vitrine et caricaturale du sport/santé, et ça ne l'empêche pas d'exciter le Peuple du Sport : pourquoi donc aime-t-on le spectacle cycliste, qu'y vient-on vénérer ? On vient s'y ébahir du triomphe de la volonté, quels qu'en soient les adjuvants pas trop propres. On vient admirer les forçats qui méritent bien leur nom, mais faut faire gaffe : le Triomphe de la Volonté, c'est aussi un film des années 30 de Leni Riefenstahl, film/propagande et esthétique d'un nazisme alors en plein boom... J'ai beau ne plus croire à la gauche depuis longtemps, j'ai toujours la trouille des dérives de la droite : et faut bien admettre que le sport/business déborde plutôt à droite... C'était une échappée idéologique sur deux roues, revenons à nos moutons, ceux du ballon rond. Je disais que le Tour de France avait au minimum ceci de mieux que le foot : une fois le coup d'envoi donné, ce seront les mêmes jusqu'au bout, dans la même équipe et à chaque étape ! Alors que dans nos championnats pourris, la désertion est institutionnalisée, le changement d'équipe est permis, de nouveaux renforts débarquent à chaque étape : s'il avait aimé le foot, Charles d e Gaulle ressortirait de sa tombe pour refaire une crise de chienlit ! Comment les coaches osent-ils nous faire gober que les automatismes se travaillent et que le travail est important : alors que toute leur phase de préparation englobe des joueurs en instance de départ (qu'ils alignent !), alors qu'ils continuent de geindre pour obtenir encore de nouveaux oiseaux prétendument rares ? ! Cirque pour tout le monde, le championnat démarre demain ! RenéVandereycken a osé trouver CédricRoussel un peu gras, Roussel veut se tailler en Russie parce qu'il n'entre plus dans les plans de Vandereycken. Anderlecht nous la joue Arunaor not ? après avoir bâti sa pub 2004/2005 sur le duo Mbo Mpenza/Dindane. Le Standard pique JariNiemi à Mons pour envisager maintenant de céder AlexandrosKaklamanos à l'Albert, cherchez la différence. Bruges rêve de refiler NastjaCeh avec plus-value pour pouvoir ressortir JonathanBlondel du frigo, ne parlons plus d' AlinStoica déjà faisandé. Charleroi va se demander jusqu'à la semaine des onze jeudis s'il pourra disposer d' YzetAgkül et d' AdekanmiOlufade. Wamberto sait qu'il commencera le championnat, mais il ignore où. MarcoCasto sait qu'il ne le commencera pas, et redoute qu'on le vire du noyau C pour créer un noyau D. De RafikDjebbour à Stejpan Skocjbusic, les va-et-vient ne s'estomperont qu'après plusieurs journées, pour reprendre de plus belle au mercato de m... et d'hiver. Une vraie ménagerie. Un cirque, je vous le disais, mais dont nous, spectateurs, sommes les premiers clowns. En tant que coach ou dirigeant, prester une saison, ce n'est plus gérer au mieux un noyau préalablement constitué : c'est le décomposer et le recomposer sans cesse. Dans toute la presse, votre magazine préféré inclus, les suppléments d'avant-saison, ces bases de données fouillées qui donnent tant de mal sont périmées avant même leur parution : pour qui aime les saisons, tout est foireux et inexact... jusqu'à nos albums Panini ! Et le pire, c'est que ça va quand même arriver à nous exciter. par Bernard Jeunejean" Dans nos CHAMPIONNATS POURRIS, la désertion est institutionnalisée et le changement d'équipe est permis "