Au moment d'aborder les demi-finales de la Coupe de Belgique, on ne sait trop s'il faut saluer en priorité les exploits forgés par les "petits" ou se lamenter sur l'apparent désintérêt affiché par les "grands" pour ce qui reste quand même une épreuve de prestige et un accès direct à une compétition européenne.
...

Au moment d'aborder les demi-finales de la Coupe de Belgique, on ne sait trop s'il faut saluer en priorité les exploits forgés par les "petits" ou se lamenter sur l'apparent désintérêt affiché par les "grands" pour ce qui reste quand même une épreuve de prestige et un accès direct à une compétition européenne. Les dirigeants liégeois n'ont pas tenu des propos désinvoltes à l'issue de leur élimination. Ils ont été beaux joueurs et ont eu à la fois du respect pour la Coupe et pour la déception de leurs chaleureux supporters. Côté brugeois, on a joué les grands seigneurs un peu blasés. En route vers un titre assuré, on n'a pas fait un drame de cette élimination honteuse. Juste un faux pas regrettable mais pas dramatique...même si le doublé était secrètement espéré. A Anderlecht, Michel Verschueren aurait exprimé sa déception en qualifiant la Coupe de compétition de kermesse... Des propos outranciers révélateurs d'une énorme colère intérieure. En fait nos trois grands n'ont absolument pas snobé la Coupe. Bien au contraire! Ils étaient tellement bien appliqués à la rendre moins tributaire aux aléas de "la glorieuse incertitude du sport" que leur élimination collective en devient presque pathétique. Rappel: dès les 16e de finale, on avait préparé deux urnes. La première contenait les 16 clubs de D1 et dans la deuxième les 16 rescapés des 32e, y compris Mons et Beveren, le montant et le repêché. Les risques d'élimination précoce s'en voyaient considérablement réduits vu que les D1 ne s'affronteraient pas nécessairement d'entrée de jeu... Cela n'empêcha pas Gand de passer à la trappe contre Turnhout. En huitièmes de finale, hormis trois rescapés des divisions inférieures, les clubs de D1 devaient en découdre ensemble sur une seule joute en dépit de quoi les grands réussirent à se qualifier. Pour les quarts, le téléguidage destiné à favoriser les grands consistait à revenir à la formule des rencontres aller-retour, soir une possibilité de rattrapage si on est passé à travers lors de la première rencontre. C'était miser aussi sur un postulat selon lequel une grande équipe a plus de chance de finir par s'imposer sur une longue distance. Mais la Coupe est la Coupe et bouleverse toutes les stratégies au profit de la magie de la surprise. Les trois "grands" furent sortis et s'en mordent toujours le bout des godasses. Imaginez un seul instant qu'on en soit resté à la formule apparemment moins protectrice de l'an dernier (à savoir des quarts de finale en une seule manche). Et bien, Anderlecht, Bruges et le Standard se seraient qualifiés pour les demi-finales puisque tous les trois avaient remporté la première joute.André Remy