Qui gagnera la finale de la Ligue à Glasgow?
...

Qui gagnera la finale de la Ligue à Glasgow?Emilio Ferrera: Je mise sur le Real Madrid. Les Espagnols ont conservé l'ossature de leur effectif et l'ont encore renforcé. Ils peuvent s'appuyer sur un collectif très solide. Prétendre que le secteur défensif constitue le talon d'Achille de l'équipe m'apparaît futile. C'est vrai que Salgado et Karanka ne jouissent pas du même prestige que Zidane, mais ils font leur match. Les mauvaises langues se sont déjà fait entendre après la première défaite du Real en championnat. D'aucuns affirment déjà que Zidane n'apporterait pas ce qu'on attendait. Patience: nous n'en sommes encore qu'au tout début de la compétition. L'Espagne place quatre représentants (Real Madrid, Barcelone, La Corogne et Majorque): est-ce actuellement le pays le plus performant au niveau des clubs?Sans aucun doute. Les résultats des dernières saisons en attestent. L'Espagne a pris la relève de l'Italie. Aujourd'hui, les meilleurs joueurs du monde vont en Espagne. Je crois beaucoup en Barcelone, qui a transféré quelques joueurs très intéressants et qui a l'habitude de gérer plusieurs compétitions en même temps. Je n'en fais pas un favori pour la victoire finale, mais je ne pense pas qu'il subira les affres d'une élimination précoce comme la saison dernière. Valence, après deux finales consécutives, ne sera plus là cette saison, mais La Corogne et Majorque sont aussi des équipes difficiles à manoeuvrer.Autre pays avec quatre représentants: l'Allemagne, avec le Bayern Munich (tenant du titre), Schalke 04, Dortmund et Leverkusen.Je ne crois pas le Bayern capable de renouveler son titre. C'était un coup d'éclat isolé. Les Bavarois ont un très bon groupe, mais il leur manque de brillantes individualités. Or, dans la Ligue des Champions, on doit pouvoir compter sur des joueurs d'exception. Schalke 04 retiendra l'attention en raison de la présence de plusieurs compatriotes, mais le club de Gelsenkirchen est novice à ce niveau et n'a pas l'habitude de courir plusieurs lièvres à la fois. A un moment donné, il lui faudra choisir entre la Bundesliga et la Ligue des Champions.L'Angleterre est bien représentée avec Manchester United, Arsenal et Liverpool. Manchester United sera un dangereux outsider. Sir Alex Ferguson rêve de terminer sa carrière en beauté à Glasgow, sa ville natale. L'équipe a acquis quelques joueurs de renom comme Blanc, Veron et Van Nistelrooij. Toutefois, je me demande si toutes ces retouches lui seront bénéfiques. Là où Manchester United pouvait s'appuyer sur un collectif bien huilé, il devra désormais peaufiner de nouveaux automatismes. Je crois beaucoup en Arsenal. Le club londonien s'est bien rôdé ces dernières années en Ligue des Champions et devrait désormais recueillir les fruits de tout ce travail. En revanche, je crois moins en Liverpool. Les Reds ont remporté la Coupe de l'UEFA mais c'était une compétition par aller-retour. La Ligue des Champions, c'est un mini-championnat. Cela se gère très différemment.L'Italie présente la Juventus, l'AS Rome et la Lazio.L'Italie est un peu en déclin au niveau des clubs. La Juventus ira assez loin, mais pas jusqu'en finale. L'AS Rome n'a pas l'expérience de la Ligue des Champions et c'est la chance d'Anderlecht. Je crois plus en la Lazio, qui se représente pour la deuxième saison d'affilée et saura tirer les leçons de l'échec subi l'an passé.La France présente également trois représentants, mais on a du mal à voir en Lyon, en Lille ou en Nantes un éventuel vainqueur potentiel.L'équipe de France est championne d'Europe et du monde, mais il faut remonter à St-Etienne et à Marseille pour trouver trace de clubs français ayant brillé dans les compétitions européennes. Je me pose beaucoup de questions à propos du championnat de France. Chaque année, on a un champion différent. Le lauréat d'une année se trouve mêlé à la lutte contre la relégation l'année suivante. Ce n'est pas normal. Tous les grands pays s'appuyent sur des valeurs sûres, sauf la France.Et les Belges?Bruges devrait passer sans encombre et Westerlo éprouvera beaucoup de difficultés. Le retour du Standard sur la scène européenne était attendu depuis six ans. Ce serait une petite catastrophe si les Liégeois ne franchissaient pas l'écueil de Strasbourg. Daniel Devos