L'année passée, le KRC Genk n'a abordé l'intersaison qu'avec deux points d'interrogation. Allait-il trouver à temps un remplaçant au défenseur central Omar Colley, parti en Italie, et allait-il atteindre la fin du mercato en conservant Sander Berge, sans qu'un club ne lève l'option sur Alejandro Pozuelo ? La réponse a été positive. Peu avant le début de la compétition, Dimitri de Condé a déniché Jhon Lucumi en Colombie et les deux joueurs précités sont restés dans le Limbourg.
...

L'année passée, le KRC Genk n'a abordé l'intersaison qu'avec deux points d'interrogation. Allait-il trouver à temps un remplaçant au défenseur central Omar Colley, parti en Italie, et allait-il atteindre la fin du mercato en conservant Sander Berge, sans qu'un club ne lève l'option sur Alejandro Pozuelo ? La réponse a été positive. Peu avant le début de la compétition, Dimitri de Condé a déniché Jhon Lucumi en Colombie et les deux joueurs précités sont restés dans le Limbourg. Cette année, De Condé et le nouvel entraîneur, Felice Mazzù, sont confrontés à plus de problèmes. A part la défense, ils doivent reformer toute l'équipe. Le meilleur entrejeu de Belgique a disparu et le meilleur buteur des deux dernières saisons, Ally Samatta, va partir. En plus, les joueurs ne sont pas tous revenus à temps pour la préparation, contraignant Mazzù à recommencer constamment alors qu'il y a un an, Philippe Clement avait pu débuter avec une équipe bien rodée. Exemple : Patrik Hrosovsky, un Slovaque de 27 ans qui doit devenir le nouveau patron de l'entrejeu quand Berge s'en ira, n'arrivera qu'à la mi-août. Genk a réalisé un exploit : le transfert du médian offensif Ianis Hagi, fils du prodige roumain Gheorghe Hagi, qui est l'achat le plus cher de l'histoire du club. On attend également beaucoup du Suédois Benjamin Nygren (17 ans), qui n'a disputé qu'une quinzaine de matches en D1 suédoise. Avec Nygren, Bongonda et Hagi, Genk a transféré trois joueurs qui ont coûté au moins cinq millions chacun, un montant que jamais le Racing n'avait encore dépensé pour un seul joueur. Toujours dans l'entrejeu, Ivan Fiolic, enrôlé la saison passée comme doublure de Pozuelo, et Jakub Piotrowski vont lutter pour une place mais Bryan Heynen, qui s'est épanoui après le départ de Pozuelo, est beaucoup plus avancé qu'eux. L'organisation défensive est intacte. Le gardien Danny Vukovic entame la saison mais ses deux challengers, Gaëtan Coucke et Maarten Vandevoort, progressent. Au coeur de la défense, le duo Sébastien Dewaest-Lucumi est solide. Le nouveau Colombien Carlos Cuesta est une alternative. A gauche, on trouve le chevronné Jere Uronen, tandis qu'à droite, on espère que Joakim Maehle reste un an de plus. Casper De Norre est un excellent remplaçant aux deux positions. Les flancs de Genk sont bons, avec Théo Bongonda, qui doit pouvoir remplacer Leandro Trossard. A droite, on s'attend à ce que Junya Ito confirme son excellente fin de saison. Genk ne manque pas d'alternatives créatives sur les ailes avec Dieumerci Ndongala (à droite), Joseph Paintsil (sur les deux côtés) et Benson Manuel. Les Limbourgeois alignent Stephen Odey, un jeune Nigérian qui a mûri en Suisse, en pointe. Si Samatta s'en va, ils engageront un attaquant expérimenté. Bref, le Racing ne manque pas de jeunes talents mais Mazzù doit former un ensemble soudé. Si toutes les pièces du puzzle s'assemblent et que Mazzù communique son charisme au groupe, Genk peut vivre une nouvelle belle aventure. S'il loupe son départ, sa saison sera difficile.