" Nous voudrions aller très haut mais quand la perche reste petite, c'est impossible ". Il y a deux ans, après le titre, Guus Hiddink avait usé de cette métaphore. Après l'exode survenu l'été, les attentes n'étaient guère élevées cette saison mais Hiddink a prouvé ses qualités d'entraîneur et de directeur technique. Il a transféré des joueurs inconnus du grand public, à l'exception de Phillip Cocu, devenu le moteur du PSV, avec Mark van Bommel. Pendant la trêve hivernale, il décla...

" Nous voudrions aller très haut mais quand la perche reste petite, c'est impossible ". Il y a deux ans, après le titre, Guus Hiddink avait usé de cette métaphore. Après l'exode survenu l'été, les attentes n'étaient guère élevées cette saison mais Hiddink a prouvé ses qualités d'entraîneur et de directeur technique. Il a transféré des joueurs inconnus du grand public, à l'exception de Phillip Cocu, devenu le moteur du PSV, avec Mark van Bommel. Pendant la trêve hivernale, il déclarait à Voetbal International : " Il fallait voir comment ça allait se passer. Nous n'avons pas de données auxquelles nous raccrocher. Un transfert ne constitue pas une garantie, qu'il s'agisse de Beasley ou de Farfàn. Mais les nouveaux se sont intégrés incroyablement vite et ont immédiatement été performants ". Hiddink a formé un bloc soudé à partir de sa sélection internationale (avec les Brésiliens Gomes et Alex en verrous de la défense). Le PSV est non seulement difficile à surprendre mais en plus, il marque facilement. C'est ainsi que Jan Vennegoor of Hesselink, longtemps sous-estimé, est devenu un des piliers du succès d'Eindhoven. Hiddink, qui achève sa troisième saison à Eindhoven, est sans conteste l'architecte de ce titre, le premier trophée de la saison. Le PSV reste en lice en Coupe des Pays-Bas et en Ligue des Champions. Indépendamment des résultats, Hiddink a accompli des progrès à long terme. Malgré l'assainissement obligatoire des finances du club, il a obtenu quelques millions pour attirer le Brésilien Robinho à Eindhoven. Il n'y est pas parvenu mais l'effort souligne les ambitions et le pouvoir de persuasion du directeur Hiddink. Il a aussi l'art de déléguer. Ainsi, il a laissé ses adjoints Fred Rutten et René Eijkelkamp diriger la demi-finale de la Coupe des Pays-Bas contre Feyenoord pour visionner lui-même l'AC Milan. " Il faut veiller à s'entourer des bonnes personnes, sur lesquelles on peut s'appuyer ", dit-il. " Nous essayons de porter un regard critique les uns sur les autres, avec un succès réel car ici, il n'y a pas d'ego ". ( F. Vanheule) COUPE. Demi-finales : Feyenoord - PSV 1-1 (t.a.b. 4-2), Willem II û Ajax 1-0. Finale le 29 mai. MARTIN STURKENBOOM va bientôt quitter la présidence du FC Utrecht. Il estime sa mission accomplie : l'assainissement est terminé et il a trouvé en Phanos un nouveau sponsor principal pour quatre saisons. Sturkenboom avait été nommé directeur intérimaire en 2002. MAXWELL (Ajax) s'est tordu le genou contre Willem II. Le Brésilien devra suivre une rééducation de huit mois. BUTEURS : 1. Kuijt (Feyenoord) 23 buts ; 2. Kalou (Feyenoord) 19 ; 3. Vennegoor of Hesselink (PSV), Huntelaar (Heerenveen) 15 ; 5. N'Kufo (Twente) 14.