Il a fallu attendre mardi dernier pour que le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, annonce officiellement sur le site de son club que l'entraîneur allemand Thomas Tuchel était remercié. Les négociations entre les avocats du club parisien et le coach de 47 ans ont duré cinq jours avant qu'ils trouvent un compromis sur l'indemnité de licenciement. Le directeur sportif Leonardo avait déjà annoncé la nouvelle au noyau et Kylian Mbappé avait éventé plus tôt que prévu le renvoi de Tuchel sur les réseaux sociaux. Neymar n'a pas non plus dissimulé sa déception.
...

Il a fallu attendre mardi dernier pour que le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, annonce officiellement sur le site de son club que l'entraîneur allemand Thomas Tuchel était remercié. Les négociations entre les avocats du club parisien et le coach de 47 ans ont duré cinq jours avant qu'ils trouvent un compromis sur l'indemnité de licenciement. Le directeur sportif Leonardo avait déjà annoncé la nouvelle au noyau et Kylian Mbappé avait éventé plus tôt que prévu le renvoi de Tuchel sur les réseaux sociaux. Neymar n'a pas non plus dissimulé sa déception. Tuchel, en poste dans la capitale française depuis mai 2018, disposait encore d'un contrat jusqu'en juin, avec à la clé un salaire mensuel brut de 625.000 euros, sans prime spécifique, selon L'Équipe. Les deux parties se seraient mises d'accord sur un montant entre sept et huit millions, une coquette somme pour les six mois restants du contrat. Le 23 décembre, lors de la 17e journée de Ligue 1, le PSG a pris la mesure de Strasbourg (4-0), mais sa troisième place, avec 35 points, soit un de moins que Lyon et Lille, n'a pas satisfait la direction, qui a donc limogé l'ancien du BVB et une partie de son staff technique. Tuchel a remporté deux titres, une Coupe de France et une Coupe de la Ligue avec Paris, et a perdu la finale de Ligue des Champions contre le Bayern il y a quatre mois. Le PSG vient de terminer en tête d'une poule difficile, où on retrouvait Leipzig, Manchester United et Istanbul Basaksehir, mais Leonardo n'en a pas tenu compte: il n'a pas digéré les quatre revers en championnat et le classement de l'équipe, qui ne développe pas un football chatoyant. En fin de compte, il n'y a que des perdants. Le club a usé un nouvel entraîneur, Leonardo a certes remporté sa lutte de pouvoir, mais depuis des mois, les acteurs principaux ne cessent de se disputer et de se lancer toutes sortes d'accusations à la tête. On vantait le professionnalisme de Tuchel, mais il n'a pas fait preuve de plus de diplomatie dans son troisième club qu'à Mayence (2009 à 2014) ou qu'au Borussia Dortmund (2015 à 2017). "Il ne s'agit pas toujours de football", a-t-il récemment déclaré à Sport1. Tuchel a comparé son rôle à celui d'un politicien ou d'un ministre du Sport. Mauricio Pochettino (48 ans), un ancien défenseur qui a joué dans la Ville Lumière de 2001 à 2003, était libre depuis son renvoi de Tottenham en novembre 2019. L'Argentin a signé un contrat jusqu'en 2022. Il amène au moins deux adjoints avec lui, l'Espagnol Jesús Pérez (49 ans) et son compatriote Miguel D'Agostino (48 ans). Les décideurs de Doha l'ont préféré à Massimiliano Allegri et Thiago Motta. Le PSG n'avait plus remplacé d'entraîneur en hiver depuis la saison 2011-2012. Carlo Ancelotti avait alors succédé à Antoine Kombouaré, sacrifié par Leonardo dès ses premiers mois au poste de directeur sportif à Paris. Le PSG était alors en tête, avant de terminer la saison deuxième, derrière Montpellier. Poche sait ce qui lui reste à faire. Les entraînements ont repris dimanche, en prévision du déplacement de ce jeudi à Saint-Étienne. L'Argentin doit rendre sa suprématie au PSG, remporter des trophées et, surtout, s'adjuger la Ligue des Champions dont rêvent les Qataris. Le PSG affrontera Barcelone en huitièmes de finale. La première manche se déroulera le 16 février en Catalogne, tandis que le retour est programmé le 10 mars au Parc des Princes.