Fin mai dernier, je vous blablatais du scoop/Kompany sans trop d'enthousiasme, interrogateur plutôt qu'émerveillé : grosso modo, ça pouvait marcher et faudrait pas conclure que Vincent Kompany est un génie ; comme ça pouvait foirer ...et ça ne voudrait pas dire que c'est un incapable ! Bon. Ça a foiré, faut pas tourner autour du pot, ni de Frankie Vercauteren ; ça restera même un des foirages les plus célèbres du coaching en Belgique, il n'y a pas de grande Histoire sans séisme...
...

Fin mai dernier, je vous blablatais du scoop/Kompany sans trop d'enthousiasme, interrogateur plutôt qu'émerveillé : grosso modo, ça pouvait marcher et faudrait pas conclure que Vincent Kompany est un génie ; comme ça pouvait foirer ...et ça ne voudrait pas dire que c'est un incapable ! Bon. Ça a foiré, faut pas tourner autour du pot, ni de Frankie Vercauteren ; ça restera même un des foirages les plus célèbres du coaching en Belgique, il n'y a pas de grande Histoire sans séisme... Ceci s'étant produit, me frappent à présent deux formes d'avis extrêmes. D'une part, celle qui persiste à dire que Kompany n'y est pour rien : " Vincent est trop grand pour Anderlecht ! " ai-je entendu à la télé, et c'est une grosse couillonnade. Personne n'est jamais trop grand face à plus petit que lui : soit le plus grand parvient à l'empathie et la compréhension vis-à-vis des plus petits dont on lui a confié la charge, soit il se plante et il doit chercher à piger ce qui lui a manqué... A l'autre extrême, j'en ai lu qui relèvent à présent " l'ego surdimensionné " de Kompany. Ou qui trouvent que c'est bien fait pour sa pomme, lui qui s'est cru " le fils spirituel " de Pep Guardiola. Wouaw, ça, c'est dur ! Alors que c'est seulement l'histoire d'un caïd tellement caïd comme joueur, tellement adulé, qu'il ne s'est pas imaginé candide en franchissant la barrière : et c'est l'avenir qui nous dira si c'est un vrai malin qui a compris la leçon, au lieu de mourir le nez dans son inattendu caca... En rappelant qu'il ne fut pas le seul à changer trop vite de job au top : en 2015, Daniel Van Buyten n'a pas révolutionné le Standard ; et même Michel Preud'homme n'y a pas rigolé en 2002, quand il s'y est amené comme directeur sportif... " Le football aux footballeurs ! " est un adage revendicatif célèbre ...parfois surdimensionné : je vous renvoie par exemple au salaire et à l'apport effectif de Frank Arnesen enfin remercié ! Je me sens à mi-chemin des extrêmes de par une conviction simple, qui n'engage que moi. Je suis persuadé que si, à l'aube de cette saison, Guardiola avait dû coacher Anderlecht, tandis que Kompany se chargeait de City, les résultats respectifs eussent fort bien pu être similaires : on en aurait conclu que Pep était trop grand pour Anderlecht (alors qu'il est juste trop futé pour s'aventurer à pareil challenge), et l'on aurait dit de Kompany qu'il était le digne successeur de Pep (alors qu'il avait juste sauté dans le bon wagon)... On est tous d'accord sur ceci : on ne prête qu'aux princes, Kompany ne se serait pas maintenu si longtemps s'il s'était appelé Vincent Tartempion. Mais tant mieux pour lui, le syndicat des coaches n'avait qu'à rouspéter s'il considérait ce non-limogeage comme une insulte à la profession ! Avec Tartempion, on n'aurait pas justifié si longtemps le manque de points par ce temps si nécessaire à la reconstruction (sic), comme si l'on avait su dès le départ que le début serait catastrophique. On se serait plus vite énervés de ce que la confiance aux jeunes équivalait souvent à une méfiance envers les joueurs confirmés, considérés comme littéralement in-corrigibles... Perso, j'aurais seulement aimé que Kompany trouve un mot gentil pour Simon Davies, dindon caricatural d'une farce dont The Prince fut au moins co-auteur... Revoilà donc Frankie, et j'ignore présentement s'il a réussi ses débuts face à Saint-Trond. J'aimerais juste que PERSONNE ne l'enquiquine avec des histoires de guardiolage, de possession de ballon ou de philosophie de jeu. En foot, on est beau et philosophe quand on peut, le coach le plus fortiche dépend d'abord des individualités dont il dispose ! Ou alors, j'affirme que la philosophie, c'est aussi parfois du boum-pif-paf-loin-devant-sans-chercher-la passe : quand tu es pressé comme un citron à 10 m de ton gardien, ce n'est pas une lacune technique de vider, c'est être lucide et humble. Y'a même parfois de la technicité plaisante à vider vite et loin : l'autre jour, j'ai vu un défenseur gaucher qui, en une fraction de seconde, sautait, amortissait/poitrine et enchaînait sur un long pif-boum du coup de pied droit. J'ai trouvé ça très beau.