BradFriedel, DanyVerlinden, DinoZoff, EdwinvanderSar... Généralement, les joueurs professionnels qui dépassent la barre des 40 ans en ont également une au-dessus de leur tête, puisqu'ils évoluent dans les cages. Mais de cette règle générale, KazuyoshiMiura n'en a cure : à 48 piges, il joue encore milieu offensif en D2 japonaise, culminant à environ 36 000 minutes de jeu pour 157 buts et aucun carton rouge.
...

BradFriedel, DanyVerlinden, DinoZoff, EdwinvanderSar... Généralement, les joueurs professionnels qui dépassent la barre des 40 ans en ont également une au-dessus de leur tête, puisqu'ils évoluent dans les cages. Mais de cette règle générale, KazuyoshiMiura n'en a cure : à 48 piges, il joue encore milieu offensif en D2 japonaise, culminant à environ 36 000 minutes de jeu pour 157 buts et aucun carton rouge. Originaire de Shizuoka, ville de laquelle est issu le créateur de la première ligue de football junior du Japon, l'enfant Kazuyoshi ne peut donc échapper au football, surtout que son père y met du sien pour que son fils ne se détourne pas de ce sport encore fort peu populaire au Pays du Soleil-Levant, à l'époque. Kazu se voit ainsi contraint de faire des entraînements... où il doit dribbler tout le monde sans faire la moindre passe. Tout au long de sa jeunesse, NabuoMiura insistera sur les capacités individuelles de son rejeton, allant même jusqu'à envoyer des vidéos de lui à la Fédération japonaise pendant ses premières années au Brésil. Car oui, Miura est le premier joueur japonais à avoir foulé les pelouses professionnelles du Pays du Football. Il intègre le centre de formation du Clube Atlético Juventus en 1982, à l'âge de 15 ans. Sur place, Kazu éprouve cependant un fameux mal du pays et a beaucoup de difficultés avec le portugais, qu'il tarde à maîtriser. Il est donc envoyé en prêt au XV de Jaú où il va littéralement éclater, attirant ainsi l'oeil des recruteurs de Santos. Miura a réalisé son rêve en rejoignant un club du top, mais il se réveille bien vite puisqu'il ne joue que deux fois pour le club de Pelé avant de reposer ses bagages au XV de Jaú. C'est là qu'il va finalement se faire un nom. Se démarquant par sa technique - il se vante encore d'avoir envoyé le célèbre Edinho dans les roses grâce à son passement de jambes - et par son parcours atypique, Miura devient une star au Brésil et est même élu meilleur ailier du championnat. Un véritable Brazilian dream qui va inspirer le créateur du dessin animé Olive et TomYoichiTakahashi, qui confiera plus tard au mensuel SoFoot qu'il voulait " vraiment que le personnage d'Olivier Atton ait beaucoup de similitudes avec Kazu Miura parce que c'était le premier footballeur japonais à jouer à l'étranger. " Outre son passage dans sept clubs brésiliens, Kazuyoshi transitera également par l'Europe et l'Océanie pour rentrer dans le cercle très fermé des joueurs ayant évolué sur quatre continents différents. En 1994, alors qu'il a fait son retour au Japon et y casse la baraque depuis quatre saisons, Kazu est attiré par les sirènes de la Serie A et plus précisément de la Genoa, qui voit un double avantage marketo-sportif derrière ce transfert du premier Japonais du championnat. Mais la saison italienne de Miura ne se déroule pas comme prévu : son seul fait d'armes - qui n'est néanmoins pas anecdotique - est son ouverture du score lors du derby face à la Sampdoria, pour une défaite finale (3-2). Ce sera la seule réalisation du milieu offensif, dont les Génois se souviendront plus pour son impact touristique sur la ville que pour ses prestations sur le terrain. Cinq ans plus tard, c'est au tour du Dinamo Zagreb de jouer la carte Miura. Le Japonais a alors 32 ans, mais est encore au top des charts japonais. Lors de la présentation du joueur, le porte-parole du club confie ainsi qu'une télévision japonaise lui a déjà formulé une demande pour diffuser tous les matches de l'équipe durant la saison... Miura ne prendra part qu'à une dizaine de rencontres au total. Trop court pour l'Europe, Miura se sent de toute façon bien mieux chez lui, au Japon, là où il a pris une autre envergure en tant que footballeur. Car après huit années passées en Amérique du Sud, il a en effet déjà décidé de revenir au pays pour le lancement de la toute nouvelle J-League. C'est le Yomiuri SC (désormais appelé Tokyo Verdy) qui tire le gros lot en accueillant Miura dans ses installations, provoquant ainsi l'euphorie des fans. La même année, il se marie avec la chanteuse ShitaraRisako, faisant du même coup son entrée dans la catégorie des 'people' japonais. Un 'people' qui sait comment faire parler de lui, comme ce jour où il marque l'histoire de la mode de son pays en arrivant à une cérémonie d'hommage remplie de bourgeois " costard-cravate " avec une veste rouge cerise. Des hommages et récompenses, Miura en a d'ailleurs reçus un bon paquet depuis ses débuts : footballeur asiatique de l'année, meilleur joueur et buteur du championnat qu'il remporte à deux reprises, il va également être à la fête avec l'équipe nationale, qu'il intègre dès 1990. Avec les SamuraïBlues, il sort vainqueur de la Coupe d'Asie des Nations 1992 tout en étant élu meilleur joueur du tournoi. Mais ce que Kazuyoshi veut vraiment, c'est la Coupe du Monde. En 1994, il passe à quelques secondes de la qualification dans ce qui s'appelle depuis lors la Tragédie de Doha. Miura se montre ensuite efficace durant la campagne pour le mondial français en plantant 14 buts en seulement quatre matchs, aidant ainsi le Japon à acquérir son ticket pour sa première phase finale. Mais alors qu'il participe au stage d'avant-Mondial, Miura est finalement laissé sur le quai par son sélectionneur... créant du même coup un débat national très virulent. Cette frustration lui restera jusqu'à la fin de sa vie, au point que l'idole se proposera en vain à 43 ans au sélectionneur lors de l'édition 2010. Une Coupe du Monde, c'est probablement la seule chose qui manquera vraiment à la carrière sportive de KingKazu. Malgré trois petites piges extérieures - la dernière pour quatre matchs en Australie en 2005 - Miura est ainsi le seul joueur à avoir participé à toutes les saisons de la J-League depuis sa création. À force de vieillir, il s'est bien entendu montré de moins en moins efficace, mais ça ne l'a pas empêché d'inscrire trois buts depuis le début de cet exercice. À 48 ans, Kazu rêve désormais de battre un fameux record, celui du joueur professionnel le plus âgé. Il devra pour cela attendre deux années supplémentaires pour dépasser le légendaire Stanley Matthews. PAR ÉMILIEN HOFMAN - PHOTOS BELGAIMAGEPremier Japonais à avoir joué au Brésil, il est aussi le seul à avoir participé à toutes les saisons de la J-League depuis sa création, en 1993.