Anderlecht négocie donc, lui aussi, avec des investisseurs. C'est révélateur de la direction qu'emprunte le football. L'argent est au pouvoir à tous les niveaux, même quand c'est au détriment de l'âme d'un club. Le Bayern Munich, l'adversaire d'Anderlecht ce soir en Ligue des Champions, est un des rares clubs européens qui ne galvaudera jamais son identité. Le grand club bavarois se flatte de n'avoir jamais enrôlé de footballeur qui coûte plus de 50 millions et la direction estime que ça ne peut pas changer.
...