Dans le volet lierrois de l'affaire Zheyun Ye, la commission de contrôle de l'Union Belge a proposé le 20 août les sanctions suivantes au comité exécutif :
...

Dans le volet lierrois de l'affaire Zheyun Ye, la commission de contrôle de l'Union Belge a proposé le 20 août les sanctions suivantes au comité exécutif : - la rétrogradation du Lierse en fin de saison en D3 avec six points négatifs au départ (2 par tranche) et une amende de 5 % des recettes de 2004-2005 avec au minimum 15.000 euros, - la radiation à vie de l'Union Belge pour l'entraîneur Paul Put, - une interdiction de deux ans d'affiliation à l'Union Belge pour le défenseur HansanKacic, - un an de suspension pour le défenseur Ninoslav Milenkovic avec sursis. La commission a estimé que le gardien Cliff Mardulier a été suffisamment sanctionné puisqu'il n'a pu exercer son métier pendant 18 mois et acquitte l'avant Archie Thompson. Avaient déjà été sanctionnés par l'UB dans cette affaire : Daniel Cruz, Luciano et Mo Massoudi qui auraient oublié de signaler qu'ils avaient été approchés par Ye pour qu'ils truquent un match du GBA. Ils écopèrent d'une amende de 125 euros. La commission a estimé que l'ancienne direction du Lierse - le président était Gaston Vets - était au courant des agissements du Chinois Ye qui payait les joueurs pour truquer des matches et ainsi manipuler des paris sportifs en Belgique ou ailleurs. Elle se base sur différents faits. L'argent de Ye a été versé sur le compte de l'avocat du club Chris De Nijn et a servi à acquitter différentes dettes du club. Le manager lierrois Gaston Peeters était en contact étroit et journalier avec Ye. Put, dans ses aveux à Edward Van Daele (ex-président de Mouscron) a dit que la direction du club lierrois était parfaitement au courant des agissements du Chinois qui avait un bureau au stade. Il est évident que d'autres personnes et clubs comme La Louvière risquent toujours des sanctions, mais l'UB attend le procès pénal. Ye fut interpellé par la police le 30 octobre 2005 puis relâché. La juge d'instruction bruxelloise Silviana Verstreken débuta son enquête le 2 novembre. On sait, de la bouche de la ministre de la Justice Laurette Onkelinckx que 16 personnes sont soupçonnées. Comme le disque dur du portable du Chinois et ses appels de GSM ont été saisis, on peut s'attendre à des surprises lors du procès qu'on prévoit pour 2008. Le volet lierrois n'est peut-être pas isolé.