LUNDI 16 AOÛT: Zezeto hors-jeu

Autant la défaite concédée lors de la journée d'ouverture face au Racing Genk avait suscité l'émoi dans le giron des coalisés, surtout dans le chef de leur président, Johan Vermeersch, autant celle endurée contre Lokeren a été acceptée avec philosophie. Nullement inférieurs dans le jeu par rapport aux Waeslandiens, les Molenbeekois ont tout simplement failli, pour la deuxième fois de rang, à la conclusion.
...

Autant la défaite concédée lors de la journée d'ouverture face au Racing Genk avait suscité l'émoi dans le giron des coalisés, surtout dans le chef de leur président, Johan Vermeersch, autant celle endurée contre Lokeren a été acceptée avec philosophie. Nullement inférieurs dans le jeu par rapport aux Waeslandiens, les Molenbeekois ont tout simplement failli, pour la deuxième fois de rang, à la conclusion. Si Aloys Nong et Saïd Makasi, qui découvrent la D1, sont logiquement épargnés par la critique, l'ex-Beverenois et Gantois Venance Zézé Zezeto a droit à nettement moins d'indulgence. En ce début de semaine, l'attaquant ivoirien est d'ailleurs dispensé d'entraînement, au même titre que Saïd Makasi, jusqu'au jeudi. Une sanction sportive liée à leur déception après avoir été tous deux retirés du jeu à Daknam ? L'ancien protégé de Jean-Marc Guillou s'en défend : " En rentrant un beau jour chez moi, j'ai eu la mauvaise surprise de découvrir que l'appartement que la direction des Buffalos avait mis à ma disposition, la saison passée, avait été dépouillé de tous ses meubles. D'un jour à l'autre, je me suis donc retrouvé pour ainsi dire sans toit. Les dirigeants du Brussels se sont multipliés afin de me sortir de cette impasse mais cette situation ne s'est évidemment pas éclaircie en un tournemain. Ces événements m'ont marqué et expliquent, sans doute, la pauvreté de mes prestations à l'occasion de ce début de saison. Dans la foulée de ce deuxième match, à Lokeren, tout s'est heureusement précipité sous la forme d'un nouveau logement dans la périphérie bruxelloise. L'entraîneur Emilio Ferrera, qui me connaît bien pour m'avoir déjà dirigé au Freethiel, a jugé bon de m'accorder trois jours de répit pour que je me mette tout à fait en ordre sur le plan administratif. C'est un beau geste de sa part, ainsi que des responsables du club, et je compte le leur ristourner sous peu sous la forme d'une toute bonne performance sur le terrain. Le véritable Zézé, c'est pour bientôt, je le jure ". Zéro sur six après deux journées : il en faut plus pour déstabiliser le mentor des nouveaux pensionnaires de l'élite, qui en a vu d'autres dans sa jeune carrière. " Je suis satisfait du comportement global de l'équipe sur le terrain ", dit Ferrera. " Pour le même prix, nous aurions pu comptabiliser une, ou même deux unités de plus. Mais la finition a malheureusement laissé à désirer au cours de nos deux premières sorties. Je n'accable nullement ceux en qui j'ai fait confiance jusqu'à présent. Compte tenu de leur jeune âge, ils constituent la richesse en profondeur du club, à l'instar de MusabaSelemani et Christophe Goumotsios, qui ont tous deux déjà eu droit à du temps de jeu également. En profondeur, toutefois, nous sommes un peu justes. Pour bien faire, un voire deux renforts s'imposent dans les domaines tant défensif qu'offensif. Si j'ai bon espoir concernant l'appoint de l'un ou l'autre arrière de qualité, je suis plus sceptique concernant un attaquant. Parmi tous ceux qui sont passés en revue ces derniers temps, aucun n'était susceptible d'apporter un plus, qualitativement parlant. Et les semaines filent ". A l'entraînement, le Mexicain Inigo Rey et le Péruvien Julio Gutierrez, tous deux mis à l'essai, ne sortent pas du lot. Mais par rapport à Maximiliano Estevez, testé plus tôt, ils présentent au moins l'avantage d'être affûtés physiquement. L'indigence offensive des rouge-noir-blanc en cette entame de compétition va bien sûr de pair avec une responsabilité accrue pour le titulaire au poste de gardien. Malgré deux buts encaissés, qui ont coûté autant de défaites à ses couleurs, Patrick Nys reste serein : " Je ressens évidemment une certaine pression mais elle n'est quand même pas comparable à celle que j'ai vécue l'année dernière au même moment. A l'époque, en dépit de notre statut de favori, nous avions été battus d'entrée de jeu à Tirlemont avant de réaliser un nul devant Eupen au stade Edmond Machtens. Dans ces conditions, nous savions que nous n'avions plus droit à l'erreur à court terme. A présent, c'est différent. Il n'y a plus de véritable obligation mais plutôt une grosse envie. Et, tôt ou tard, celle-ci sera récompensée, j'en suis sûr. Nous finirons bien par concrétiser un jour au marquoir les bonnes choses que nous laissons entrevoir en cours de partie. Ce n'est qu'une question de temps ". L'ancien portier du Lierse ne regrette nullement de faire toujours partie des meubles aujourd'hui, à la rue Malis, malgré une touche sérieuse en Turquie à l'intersaison : " Sanet Aydaba, qui fut mon entraîneur à Genclerbirligi, me voulait absolument à Ankaraspor. Le dossier n'a pas abouti mais je ne m'en formalise pas. Après avoir remporté le titre en D2, il me plairait de contribuer au maintien du FC Brussels cette saison. A 35 ans, je ne me suis jamais senti aussi bien. J'en suis grandement redevable à Luc Duville, qui s'occupe de ma préparation spécifique depuis mon arrivée au club, en 2003. Je regrette de ne pas avoir croisé sa route plus tôt, sans quoi j'aurais probablement atteint ma plénitude beaucoup plus tôt. A défaut de pouvoir rattraper toutes ces belles années, il faut donc que je m'inscrive dans la durée. Et je souhaite de tout c£ur que ce soit ici. Au plus haut niveau ". Une nouvelle tête sur l'aire d'entraînement qui jouxte la pelouse principale : celle de Stéphane Stassin. Actif à Mönchengladbach l'année passée, l'ex-milieu de terrain d'Anderlecht avait joué de malchance en fin de saison. A l'heure de discuter d'une prolongation de bail chez les Allemands, il fut effectivement victime d'une déchirure des ligaments croisés qui allait le maintenir durant six mois à l'écart de la pelouse. " La direction s'était montrée extrêmement sympa avec moi en me permettant d'effectuer toute ma rééducation au club en dépit du fait que je n'étais plus lié contractuellement là-bas ", remarque Stef. " J'ai même eu droit à un kiné détaché spécialement pour moi. Je ne suis pas près de l'oublier et c'est pourquoi le Borussia occupera toujours une place de choix dans mon c£ur, même si je n'y ai finalement pas rempilé. Depuis le mois de février, je suis redevenu complètement opérationnel. Mon but, dès cet instant, aura consisté à revenir progressivement à mon meilleur niveau afin d'être prêt pour les grandes man£uvres de l'été. J'ai eu quelques contacts au Portugal et en Angleterre, ces dernières semaines, mais ils ne se sont pas concrétisés. Voici peu, le Brussels était venu une première fois à la charge mais l'essai fut reporté. Cette fois, j'ose espérer que ce sera le bon. Je suis parfaitement conscient qu'il risque d'y avoir un écart entre ce que j'ai vécu outre-Rhin et les tâches qui m'attendront, je l'espère, au Brussels. Mais dans les circonstances actuelles, et vu ce que j'ai vécu, je ne puis me montrer trop gourmand. Mon souci est de relancer ma carrière. Et ce serait génial d'y parvenir dans un entourage que je connais très bien. Car si j'ai effectué toutes mes classes au RSCA, j'ai toujours été, aussi, un fervent suiveur de mon cousin Sébastien qui s'est épanoui ici avant de poursuivre sa trajectoire sportive au RBC Roosendaal aux Pays-Bas ". Sitôt la séance de préparation de l'après-midi terminée, Aloys Nong s'accorde en compagnie de Stassin à un petit entraînement individuel supplémentaire, axé sur le marquage. " Tant à Visé, où j'ai débuté la campagne passée, qu'au FC Brussels, où j'ai été transféré durant l'hiver, je n'avais pas éprouvé trop de difficultés à m'exprimer aux avant-postes ", explique-t-il. " Mais la transition est franchement énorme entre ce que j'ai vécu en D2 et la réalité du terrain à laquelle je suis à présent confrontée parmi l'élite. Tant contre Genk que Lokeren, j'ai eu droit à un marquage très serré de la part de mon opposant direct et je n'ai pu m'en dépêtrer. Je me suis déjà tourné vers Alberto Malusci, ancien défenseur dans le Calcio, pour qu'il me tuyaute sur la manière d'opérer face à un arrière. Ici, j'ai voulu profiter des mêmes conseils de la part d'un joueur qui, lui, a non seulement joué au plus haut niveau belge, avec Anderlecht, mais qui a aussi évolué en Bundesliga. J'ai déjà le sentiment d'avoir acquis plus de bagage depuis cette prise de connaissance parmi l'élite que durant tous ces mois passés à l'échelon inférieur. Je souhaite inscrire une dizaine de buts cette saison. Avec l'espoir qu'ils nous rapportent un maximum de points. Je sais que le club est à la recherche d'un attaquant, au moins, afin de renforcer le secteur offensif. Mais cette préoccupation ne m'empêche cependant pas de dormir. Au contraire, je suis susceptible de me bonifier tant et plus au contact d'un avant expérimenté. Pour moi, ce gars-là est donc le bienvenu ". En l'absence du président Johan Vermeersch, qui étudie à Istanbul les modalités d'une collaboration avec l'un des trois ténors de la capitale turque, Fenerbahçe, c'est Frans Hauwaerts, manager sportif, qui s'occupe de la gestion des affaires courantes au stade Machtens. " Michel Verschueren, avec qui j'entretenais des rapports extrêmement cordiaux à l'époque où j'étais secrétaire général au FC Strombeek m'avait prévenu : en l'espace de six semaines au plus haut niveau, j'allais apprendre davantage que durant toute une carrière aux étages inférieurs ", annonce-t-il. " Et c'est vrai. A titre d'exemple, j'ai bien cru, par deux fois, qu'une affaire était bien emmanchée : dans les cas du défenseur hongrois Attila Dragoner et de son compère serbe Alexandar Ilic. Et pourtant, à autant de reprises je me suis retrouvé les mains vides : le premier fait l'objet d'un litige auprès de la FIFA et, pour ce qui est de l'autre, c'est un manager qui a fait capoter l'affaire. Certains ont manifestement les yeux plus grands que le ventre et croient pouvoir demander le Pérou (NDLR: l'ex-Anderlechtois avait un contrat de 300.000 euros brut par an à Vitesse Arnhem et désirait que le club s'aligne sur ces chiffres, idem pour le Mouscronnois Geoffrey Claeys). Désolé, mais nous devons garder l'église au milieu du village. Personnellement, je m'inquiète un peu devant le temps qui passe, sans débouchés concrets, mais Johan Vermeersch se veut confiant. D'après lui, pas mal de choses se décanteront au cours de la semaine qui précède la date fatidique du 31 août. D'ici là, nous aurons par exemple rencontré le Standard, et il est permis de supposer qu'un terrain d'entente aura alors été trouvé concernant Alexandar Mutavdzic, qui pourrait nous être d'un précieux concours sur le flanc gauche. Et le même raisonnement vaut pour l'attaquant gantois Ivica Jarakovic. La direction des Buffalos n'a pas été très souple dans la gestion du cas de Venance Zézé Zezeto, mais elle pourrait se racheter vis-à-vis de nous en faisant un geste pour son avant excédentaire. Il a l'avantage de connaître à la fois le championnat belge ainsi que la maison molenbeekoise pour y avoir déjà été prêté à l'époque où il militait encore chez les voisins du RSCA ". Pour les besoins du rendez-vous face aux Loups, Ferrera choisit de modifier son approche tactique : pour la première fois de la saison, la paire composée d'Aloys Nong et Saïd Makasi est dissociée. A la place de ce dernier, c'est Venance Zézé Zezeto qui meuble la division offensive au côté de l'ancien Visétois. Mais le nouveau tandem ainsi constitué à l'avant ne réussit pas à résoudre l'épineux problème de l'efficacité. Pourtant, les opportunités ne manquent pas puisque tous deux se présentent seuls, tour à tour, face au portier des Vert et Blanc, Silvio Proto. Mais ils butent autant de fois sur lui. Finalement, c'est sur un coup de réparation transformé par Christophe Kinet que les Bruxellois engrangent leur première unité de la saison, après que Michael Klukowski eut porté les siens au commandement en première période. " Compte tenu des occasions que nous nous sommes créées, nous aurions pu prétendre à davantage qu'un point ", juge l'auteur du premier buteur bruxellois en D1. " Mais la finition n'était malheureusement pas au rendez-vous, comme il en va depuis le début de la compétition. Il est urgent de pallier cette lacune si nous voulons nous donner un peu d'air au cours des semaines à venir. Qu'on me comprenne bien : je ne jette nullement la pierre aux attaquants. Mais vu leur jeunesse, je me fais la réflexion qu'avec un joueur expérimenté à leur côté, il leur sera plus facile d'apprendre le métier. Quoi qu'il en soit, nous avons forgé un beau résultat devant La Louvière. C'est important avant le déplacement périlleux qui nous attend au Standard en fin de semaine ". Bruno Govers" LE CLUB EST à LA RECHERCHE D'UN ATTAQUANT mais cela ne m'empêche pas de dormir " (Aloys Nong)