Les gardiens sont toujours des mecs un peu spéciaux. Des barges qui aiment qu'on leur dise qu'ils le sont. Les autres défendent leur but, eux défendent leurs cages. Des vraies bêtes qui prennent leur pied avec leurs mains. Je parle, bien sûr, au boulot. Les footballeurs sont des hommes, ils font ce qu'ils veulent de leur vie privée.
...

Les gardiens sont toujours des mecs un peu spéciaux. Des barges qui aiment qu'on leur dise qu'ils le sont. Les autres défendent leur but, eux défendent leurs cages. Des vraies bêtes qui prennent leur pied avec leurs mains. Je parle, bien sûr, au boulot. Les footballeurs sont des hommes, ils font ce qu'ils veulent de leur vie privée. Des mecs qui mettent leur tête là où d'autres ne mettraient pas leurs pieds ou autre chose. Y en a même un qui a mis son nez et le reste partout. Il est unique au monde. Il n'a jamais rien gagné de ronflant mais son palmarès fait rêver. Son palmarès à lui, c'est celui d'un mec qui aime les autres, et va vers eux. Celui d'un mec qui aime tellement la vie qu'il a décidé de consacrer sa nouvelle à la genèse de toutes les vies. Notre planète Terre. Lui qui a toujours su joindre l'utile à l'agréable, joint maintenant l'utile à l'indispensable. Il s'appelle Lutz Pfannenstiel. Un nom de saucisse qui fait dans le naturel. Il est Allemand et dans le Guinness Book. Son exploit ? Il a été gardien de but pro sur six continents. Il a choisi de relever le gant en Europe, Asie, Amérique, Afrique, Asie et Océanie. Incroyable mais vrai. Forcément, ça laisse des traces. Dans le corps mais surtout dans le c£ur et la tête. 25 clubs. Des pays comme l'Albanie (" Je n'ai pas fermé ma porte une seule fois. Aucune violence "), l'Ouzbékistan (" charmant "), les Maldives (" dur de quitter la plage "), le Brésil (" J'y allais pour le beau jeu, j'ai vu de la discipline et du physique "). Des titres en Finlande et à Singapour. Cette dernière ville va changer sa vie mais pas grâce à ce titre. De champion, il sera surtout celui des cons. Car son parcours enchanté passe par la case prison. 101 jours à l'ombre après avoir brillé. Soupçonné de corruption, il est très vite condamné. Tout le monde n'a pas la chance de tricher en Belgique. Là-bas, on est très vite coupable. A tort ou à raison, faut se battre pour manger, pour survivre. Lutz perd de son crédit mais aussi 16 kilos. Compensé par la carcasse qu'il se forge, par la philosophie qui le portera désormais. Du paradis à l'enfer il n'y a parfois que l'infime fragilité d'une mauvaise décision ou la solidité d'un destin. La vie ne tient parfois qu'à un fil. De retour sur les terrains, il s'en rend compte de très près. Il joue en Angleterre, à Bradford, fait son job de gardien, fait le kamikaze au pays où on ne s'arrête pas dans un duel. Coup de genou dans le plexus et système nerveux paralysé. Par trois fois, il ne respire plus. Trois fois mort et ressuscité, par le kiné. Après la prison, le frisson qui change tout. Le temps de terminer sa carrière en Namibie, il décide de faire don du reste de sa vie. Objectif : sauver la planète. Il forme le FC Global United. Un club de foot à but non lucratif qui vise à récolter des fonds pour sensibiliser l'humanité sur le changement climatique. Pour sa dernière conférence de presse Pfannenstiel a reçu chez lui. Dans l'igloo qu'il s'est construit dans sa Bavière natale. Fallait être original pour présenter un match organisé en Namibie, pour sensibiliser sur la déforestation due à la sécheresse. Il a convaincu Lothar Matthäus de penser à autre chose qu'à son bronzage, Pavel Nedved à autre chose que sa tignasse et Giovane Elber à autre chose qu'à la fête. Y'a que notre Zean Marie national qui ne changera rien. 300 ex-pro forment son noyau... élargi pour aider à élargir les perspectives d'avenir de notre humanité. Son avenir à lui passe aussi maintenant par Hoffenheim car le mec est certes un peu fou mais pas du tout con. Chargé du recrutement, il est aussi représentant du club à travers le monde. Histoire de, maintenant, rejoindre l'utile, l'agréable et l'indispensable. Et même, peut-être, l'inimaginable. Son dernier projet : organiser un match au pôle Sud. Confirmation, les gardiens sont un peu barges. Mais celui-ci est génial. On est tous supporters de Global United. Lutz Pfannenstiel, la confirmation que les gardiens sont un peu barges.