Il n'y pas eu de surprise au referendum du Soulier d'Or : Aruna Dindane l'a emporté haut la main...

La surprise, c'est l'écart entre le premier et le deuxième. Un véritable plébiscite pour l'Ivoirien. Aruna Dindane a démontré, en deux demi-saisons, qu'il était le joueur du championnat de Belgique qui possédait le plus de capacités. En outre, il a su changer sa philosophie. Il est devenu plus pondéré dans ses gestes et ses réactions. Des éléments de sa trempe font du bien à notre championnat. D'un autre côté, on peut se demander si l'énorme écart qu'il a creusé avec ses poursuivants n'est pas révélateur pour notre football. Je fais partie, depuis des années, du jury pour le Soulier d'Ebène, et à chaque fois, on s'aperçoit que le football africain apporte un rayon de soleil dans la grisaille de notre compétition. Cela devient de plus en plus frappant. Les joueurs qui sont arrivés à Lokeren dans un premier temps, à Beveren dans un second temps, et qui maintenant s'en vont chercher fortune ailleurs, ont tous relevé le niveau et apporté ce brin de fantaisie qui manquait.

Ce week-end de reprise mettait aux prises les quatre poursuivants d'Anderlecht. Qu'en avez-vous retenu ?

Qu'il n'y a pas photo avec Anderlecht. Je n'ai pas l'impression qu'un seul de ses quatre poursuivants puisse réellement menacer le Sporting dans sa conquête du titre. Mais cela, j'en étais persuadé dès le départ. Les Bruxellois possèdent le meilleur banc de Belgique et cela n'a pas de prix. Lorsque tous les blessés reviendront, Hugo Broos se verra confronté à un problème de luxe. Mais on peut lui faire confiance pour bien gérer cette situation.

Genk-Bruges a démontré l'importance de posséder un vrai buteur en ses rangs...

Kevin Vandenbergh est, effectivement, un vrai buteur, à l'image de ce que fut son père. C'est presque une copie conforme : dans la mentalité et dans les gestes. Il n'est pas très exubérant, mais diablement efficace. C'est un joyau qui est en train de s'affiner, et lorsqu'il le sera complètement, il fera l'objet de bien des sollicitations. Si j'étais dirigeant de club, aujourd'hui, c'est lui que j'essayerais d'engager pour demain et après-demain, car c'est l'élément du futur. Genk l'avait déjà compris lorsqu'il jouait à Westerlo : il l'a engagé très jeune, pour le laisser mûrir une saison sur le banc. Anderlecht aurait pu le prendre également, mais ce n'est pas tellement dans sa philosophie : au Sporting, il faut être performant tout de suite.

Standard-Mouscron fut un match à rebondissements...

On a eu la preuve que le Standard se passait difficilement de ses pions majeurs, comme Ivica Dragutinovic, Gonzalo Sorondo, Roberto Bisconti et Almani Moreira. Pourtant, les jeunes n'ont pas démérité. Ceux qui ont été introduits en fin de match ont même apporté un souffle nouveau. Comme l'a déclaré Dominique D'Onofrio, ce sont plutôt ceux qui auraient dû porter l'équipe qui ont déçu. On ne peut pas montrer Danny Boffin du doigt, car il n'avait plus joué depuis trois mois, mais il aurait peut-être fallu le remplacer dès la mi-temps. Mouscron, de son côté, a démontré qu'il ne reposait pas uniquement sur Mbo Mpenza. En deuxième mi-temps, son entrejeu a totalement dominé celui du Standard. La réussite de l'Excel repose sur trois facteurs. D'abord, Georges Leekens a remis de l'ordre dans la maison. Ensuite, les joueurs qui sont arrivés sont de vrais renforts. Enfin, cette équipe vit depuis le début de la saison au rythme d'un candidat à l'Europe et se trouve donc dans une spirale positive. Par contre, je ne comprends pas comment on peut se laisser piéger d'une telle façon en fin de match.

Le mercato semble avoir été profitable à Mons...

Davantage qu'à Charleroi, en effet, où la seule venue de Victor Ikpeba semble un peu juste pour camoufler toutes les lacunes. Grâce à l'arrivée de nouveaux joueurs, Mons possède plus de sécurité derrière, plus de répondant dans l'entrejeu et plus d'efficacité devant. Wamberto n'est pas un véritable buteur, mais il est capable de créer des situations de buts pour le Finlandais Niemi, qui à l'image des Nordiques, me semble être un garçon discret mas toujours à l'affût de la bonne opportunité dans le rectangle. Cependant, au-delà des transferts réalisés, je voudrais souligner un aspect : durant le premier tour, l'entraîneur avait trop souvent oublié Jean-Pierre La Placa. Ce joueur est capable de déstabiliser la défense adverse par ses débordements et sa vivacité.

Propos recueillis par Daniel Devos

La surprise, c'est l'écart entre le premier et le deuxième. Un véritable plébiscite pour l'Ivoirien. Aruna Dindane a démontré, en deux demi-saisons, qu'il était le joueur du championnat de Belgique qui possédait le plus de capacités. En outre, il a su changer sa philosophie. Il est devenu plus pondéré dans ses gestes et ses réactions. Des éléments de sa trempe font du bien à notre championnat. D'un autre côté, on peut se demander si l'énorme écart qu'il a creusé avec ses poursuivants n'est pas révélateur pour notre football. Je fais partie, depuis des années, du jury pour le Soulier d'Ebène, et à chaque fois, on s'aperçoit que le football africain apporte un rayon de soleil dans la grisaille de notre compétition. Cela devient de plus en plus frappant. Les joueurs qui sont arrivés à Lokeren dans un premier temps, à Beveren dans un second temps, et qui maintenant s'en vont chercher fortune ailleurs, ont tous relevé le niveau et apporté ce brin de fantaisie qui manquait. Qu'il n'y a pas photo avec Anderlecht. Je n'ai pas l'impression qu'un seul de ses quatre poursuivants puisse réellement menacer le Sporting dans sa conquête du titre. Mais cela, j'en étais persuadé dès le départ. Les Bruxellois possèdent le meilleur banc de Belgique et cela n'a pas de prix. Lorsque tous les blessés reviendront, Hugo Broos se verra confronté à un problème de luxe. Mais on peut lui faire confiance pour bien gérer cette situation. Kevin Vandenbergh est, effectivement, un vrai buteur, à l'image de ce que fut son père. C'est presque une copie conforme : dans la mentalité et dans les gestes. Il n'est pas très exubérant, mais diablement efficace. C'est un joyau qui est en train de s'affiner, et lorsqu'il le sera complètement, il fera l'objet de bien des sollicitations. Si j'étais dirigeant de club, aujourd'hui, c'est lui que j'essayerais d'engager pour demain et après-demain, car c'est l'élément du futur. Genk l'avait déjà compris lorsqu'il jouait à Westerlo : il l'a engagé très jeune, pour le laisser mûrir une saison sur le banc. Anderlecht aurait pu le prendre également, mais ce n'est pas tellement dans sa philosophie : au Sporting, il faut être performant tout de suite. On a eu la preuve que le Standard se passait difficilement de ses pions majeurs, comme Ivica Dragutinovic, Gonzalo Sorondo, Roberto Bisconti et Almani Moreira. Pourtant, les jeunes n'ont pas démérité. Ceux qui ont été introduits en fin de match ont même apporté un souffle nouveau. Comme l'a déclaré Dominique D'Onofrio, ce sont plutôt ceux qui auraient dû porter l'équipe qui ont déçu. On ne peut pas montrer Danny Boffin du doigt, car il n'avait plus joué depuis trois mois, mais il aurait peut-être fallu le remplacer dès la mi-temps. Mouscron, de son côté, a démontré qu'il ne reposait pas uniquement sur Mbo Mpenza. En deuxième mi-temps, son entrejeu a totalement dominé celui du Standard. La réussite de l'Excel repose sur trois facteurs. D'abord, Georges Leekens a remis de l'ordre dans la maison. Ensuite, les joueurs qui sont arrivés sont de vrais renforts. Enfin, cette équipe vit depuis le début de la saison au rythme d'un candidat à l'Europe et se trouve donc dans une spirale positive. Par contre, je ne comprends pas comment on peut se laisser piéger d'une telle façon en fin de match. Davantage qu'à Charleroi, en effet, où la seule venue de Victor Ikpeba semble un peu juste pour camoufler toutes les lacunes. Grâce à l'arrivée de nouveaux joueurs, Mons possède plus de sécurité derrière, plus de répondant dans l'entrejeu et plus d'efficacité devant. Wamberto n'est pas un véritable buteur, mais il est capable de créer des situations de buts pour le Finlandais Niemi, qui à l'image des Nordiques, me semble être un garçon discret mas toujours à l'affût de la bonne opportunité dans le rectangle. Cependant, au-delà des transferts réalisés, je voudrais souligner un aspect : durant le premier tour, l'entraîneur avait trop souvent oublié Jean-Pierre La Placa. Ce joueur est capable de déstabiliser la défense adverse par ses débordements et sa vivacité. Propos recueillis par Daniel Devos