La Canebière peine à se remettre du traumatisme laissé par la perte du titre après une saison pleinement réussie (2e de Ligue 1 et quart de finaliste en UEFA). Le départ d' Eric Gerets laisse les supporters marseillais plein d'amertume. Ni le président Pape Diouf, ni l'actionnaire majoritaire Robert Louis-Dreyfus ne sont sortis grandis de cette saison. A tel point que Diouf a été mis sur la sellette. Pourtant, la venue de Didier Deschamps au poste d'entraîneur est synonyme d'espoir, tant le professionnalisme de l'ancien technicien de la Juventus et de Monaco est unanimement reconnu.
...

La Canebière peine à se remettre du traumatisme laissé par la perte du titre après une saison pleinement réussie (2e de Ligue 1 et quart de finaliste en UEFA). Le départ d' Eric Gerets laisse les supporters marseillais plein d'amertume. Ni le président Pape Diouf, ni l'actionnaire majoritaire Robert Louis-Dreyfus ne sont sortis grandis de cette saison. A tel point que Diouf a été mis sur la sellette. Pourtant, la venue de Didier Deschamps au poste d'entraîneur est synonyme d'espoir, tant le professionnalisme de l'ancien technicien de la Juventus et de Monaco est unanimement reconnu. Deschamps a annoncé que 30 % de l'effectif seraient renouvelés. Neuf joueurs sont donc priés de se chercher un club ( Renato Civelli, Sylvain Wiltord, Modeste Mbami, Boudewijn Zenden, Tyrone Mears, Ronald Zubar, Gaël Givet, prêté à Blackburn, Mamadou Samassa et Eliott Grandin, prêté à Grenoble). A ces noms s'ajoutent ceux de Mathieu Valbuena qui ne cadre pas avec le système que le nouveau coach veut mettre en place, de Mamadou Niang, courtisé par de nombreux clubs et de Lorik Cana, pisté par Hambourg. En termes d'arrivées, certains noms ont été évoqués ( Raul Meireles ou Lucho Gonzales de Porto, Servet Cetin de Galatasaray). Le défenseur de Newcastle, Fabricio Coloccini s'est quant à lui proposé. " Je veux quelqu'un au milieu capable de marquer des buts et d'être décisif sur les coups de pied arrêtés ", a dit Deschamps dans France Football. Mais il sait que ce type de joueur coûte cher. " Il y a la solution de se faire prêter ce type de joueur barré dans un grand club. " Pour développer quel football ? " On ne peut pas jouer la défense au Vélodrome. Impossible. Toutes proportions gardées, on imagine mal le Barça décrétant, soudain, que la priorité, c'est la défense. Ce n'est pas culturellement envisageable. Ce n'est pas non plus dans ma philosophie de diriger une équipe attentiste, plus réactive qu'active. " Deschamps a également pointé quelques carences. " L'OM a perdu 22 points au Vélodrome. Quand on sait l'impact psychologique que le visiteur doit ressentir quand il sort du tunnel, on était loin du compte. Il y avait un problème de déséquilibre entre la phase offensive et défensive. Je vais corriger cela. "Deschamps a annoncé vouloir jouer en 4-3-3 mais hésitait encore à mettre sur les côtés des milieux excentrés ou des attaquants. Le bon de sortie accordé à Valbuena montre que le coach semble avoir opté pour des attaquants. BOULOGNE-SUR-MER n'a pas traîné pour désigner le remplaçant de Philippe Montanier au poste d'entraîneur. Il a opté pour le directeur du centre de formation de Nantes, Eric Guyot (39 ans). Celui-ci avait claqué la porte des Canaris, une semaine plus tôt, ulcéré par le comportement du président Waldemar Kita. Il sera aidé dans sa tâche par son adjoint et ami, Serge Le Dizet, ancien joueur et entraîneur de Nantes, qui officiait comme T1 à Concarneau (CFA). NANTES, qui a été relégué, a trouvé un successeur à Elie Baup. Le président Kita qui avait avancé l'idée d'entraîner lui-même, a jeté son dévolu sur Gernot Rohr, ancien entraîneur de Bordeaux, Nice, Ajaccio et de l'Etoile du Sahel. Cette nomination a fait bondir les supporters qui voient dans le nouveau coach, l'ancien défenseur rugueux qui officiait chez l'ennemi bordelais il y a vingt ans. On est bien loin du jeu à la nantaise. Le FCNA a eu en effet beaucoup de mal à attirer un entraîneur après avoir essuyé les refus de Christian Gourcuff (Lorient), de Daniel Sanchez (Tours) et de Jean-Pierre Papin. CARLO MOLINARI, le président emblématique de Metz (L2), passe la main à Bernard Serin après avoir pris la présidence en 1967. LYON flingue tous azimuts pour retrouver le titre de champion de France. La tactique de Jean-Michel Aulas est simple : faire venir une ou deux stars et approcher le plus possible de joueurs de l'Hexagone afin de pousser les clubs rivaux à augmenter leur salaire. C'est ainsi que les noms de Mamadou Niang (Marseille), André-Pierre Gignac (Toulouse) et Guillaume Hoarau (PSG) ont été cités. SAINT-ÉTIENNE a annoncé un budget de 55 millions d'euros pour la prochaine saison. En attendant son sponsor maillot, Konica-Minolta qui avait été signé jusqu'en 2010, s'est retiré. L'Asse cherche un partenaire disposé à verser 2,5 millions d'euros par an. MONACO va dégraisser et vendre cinq à six joueurs. JEAN-CLAUDE HAMEL, président d'Auxerre pendant 46 ans, a annoncé qu'il quittait la présidence du club bourguignon. FAHID BEN KHALFALLAH (Caen) a signé un contrat de trois ans avec Valenciennes. STÉPHANE VANDE VELDE