" Il fallait l'acheter maintenant " (le manager Van Holsbeeck)

HermanVanHolsbeeck l'a découvert il y a deux ans : " Alors que je me trouvais en Argentine, quelqu'un m'a dit : - Vajeteruncoup d'oeil là- bas, leclubn'évoluequ'enD2maislejoueurenvautlapeine ! Il faisait partie de l'écurie Cyterszpiler, cette agence de management qui s'occupait autrefois de DiegoMaradona. Matías n'avait encore que 17 ans, mais il valait le détour. J'ai rarement vu un joueur doté d'une telle accélération, d'une telle technique. WernerDeraeve est allé le voir également. Son avis concordait. C'est un joueur que l'on suit depuis deux ans, mais il fallait absolument le prendre maintenant, sinon le prix risquait de grimper en flèche. A partir du moment où de grosses équipes argentines comme Boca Juniors ou River Plate mettent le grappin dessus, on ne peut plus suivre. Et lorsque des grands clubs européens ont un joueur à l'£il, les enchères montent encore. Ajax vient d'acheter un joueur argentin pour six millions, alors qu'il pouvait l'avoir pour un million il y a un ou deux ans. Regardez aussi SergioAgüero : on l'avait suivi également un moment, mais lorsque l'Atletico Madrid s'est manifesté, il est devenu hors de prix. Je crois qu'on a fait une bonne affaire avec Matías. Certes, il n'a encore joué qu'en D2. Il devra s'adapter. Il est aussi issu d'un milieu familial pas nécessairement aisé. Ce sont des aléas. Ma...

HermanVanHolsbeeck l'a découvert il y a deux ans : " Alors que je me trouvais en Argentine, quelqu'un m'a dit : - Vajeteruncoup d'oeil là- bas, leclubn'évoluequ'enD2maislejoueurenvautlapeine ! Il faisait partie de l'écurie Cyterszpiler, cette agence de management qui s'occupait autrefois de DiegoMaradona. Matías n'avait encore que 17 ans, mais il valait le détour. J'ai rarement vu un joueur doté d'une telle accélération, d'une telle technique. WernerDeraeve est allé le voir également. Son avis concordait. C'est un joueur que l'on suit depuis deux ans, mais il fallait absolument le prendre maintenant, sinon le prix risquait de grimper en flèche. A partir du moment où de grosses équipes argentines comme Boca Juniors ou River Plate mettent le grappin dessus, on ne peut plus suivre. Et lorsque des grands clubs européens ont un joueur à l'£il, les enchères montent encore. Ajax vient d'acheter un joueur argentin pour six millions, alors qu'il pouvait l'avoir pour un million il y a un ou deux ans. Regardez aussi SergioAgüero : on l'avait suivi également un moment, mais lorsque l'Atletico Madrid s'est manifesté, il est devenu hors de prix. Je crois qu'on a fait une bonne affaire avec Matías. Certes, il n'a encore joué qu'en D2. Il devra s'adapter. Il est aussi issu d'un milieu familial pas nécessairement aisé. Ce sont des aléas. Mais on ne pouvait pas attendre. Cela n'a toutefois pas été simple : Belgrano a été déclaré en faillite et placé sous curatelle. En plus des managers, il a fallu discuter avec le curateur ". PabloOcampo est journaliste à LaVozdelInterior (La Voix de l'Intérieur), le principal quotidien de la province de Cordoba. Il suit régulièrement Matias Suarez et le décrit comme " un joueur très rapide, habile ballon au pied et capable d'effectuer des changements de rythme assez impressionnants ". Mais aussi comme " un footballeur très jeune, qui manque encore de repères par rapport au football de haut niveau et qui devra élever son niveau s'il veut s'imposer en Europe ". Bref, comme un diamant brut qu'il faut encore polir. " Les qualités individuelles, il les a ", assure notre interlocuteur. " Mais on sait qu'en Europe, c'est souvent le collectif qui prime. Les petits numéros gratuits n'intéressent personne. Suarez est capable de conserver le ballon et d'effacer plusieurs adversaires dans un espace réduit. Si ces caractéristiques sont importantes dans le football argentin, ce n'est pas nécessairement le cas de l'autre côté de l'Atlantique où l'on recherche souvent la longue passe et où l'on ouvre davantage le jeu. Il est aussi capable d'inscrire des buts, mais ce n'est pas sa spécialité. C'est plutôt un créateur. Il sera donc important pour lui de trouver rapidement des automatismes avec ses nouveaux partenaires ". Selon Ocampo, le transfuge d'Anderlecht est un footballeur qui possède certaines qualités intrinsèques, mais qui devra faire ses preuves dans un autre contexte. " A-t-il les capacités pour s'imposer à Anderlecht ?", se demande-t-il. " Sans doute, mais probablement pas tout de suite. Un temps d'adaptation lui sera nécessaire. De ce point de vue, la présence d'autres joueurs argentins à Bruxelles lui facilitera certainement la vie. Ce n'est pas un garçon difficile, c'est plutôt un gars très serein, très calme. Il n'a aucun problème avec les journalistes. Mais il est d'un naturel plutôt timide, il ne faut pas attendre de déclarations fracassantes ". Le principal obstacle que devra surmonter Matías Suarez est, selon le journaliste, " son inexpérience du haut niveau. Il a joué cette saison à Belgrano, qui est un club de D2 argentine. Un bon club de D2, mais un club de D2 tout de même ". Et un club qui connaît des difficultés financières ? " Non, bien au contraire ", affirme notre interlocuteur. " Le club a été privatisé et est aujourd'hui l'un des plus sains du pays ". Autre handicap : sa morphologie. " Il est grand, mais de corpulence assez mince. Il devra prendre du muscle, car dans un football beaucoup plus physique que le football argentin, il risquerait de se faire balayer. Il n'a aucune idée de ce qui l'attend en Europe ". Un grand talent malgré tout ? " Un bon joueur. Il vient de fêter ses 20 ans le 9 mai. Mais ce n'est pas LionelMessi ou Sergio Agüero. D'ailleurs, son prix en atteste. Si j'en crois mes sources, Anderlecht aurait déboursé 1,2 million pour s'assurer ses services. Pour ce prix-là, on ne peut pas acquérir une super vedette. Je comprends évidemment qu'un club belge ne peut pas se permettre d'acheter une super vedette. En misant sur Suarez, Anderlecht prend un pari ". Ocampo a appris que, dans le courant de la transaction, un match amical aurait été conclu entre Anderlecht et Belgrano. " En principe, il devrait avoir lieu en Belgique le 17 juillet, mais en fait, la date dépendra d'un autre match amical que Belgrano devrait disputer à Porto dans le cadre du transfert d'un autre joueur du club vers le club portugais, l'an passé ". Belgrano est actuellement classé 3e en D2 argentine, et pourrait accéder à l'étage supérieur. " Le club a déjà évolué parmi l'élite dans le passé, et cherche actuellement à remonter ", précise Ocampo. PabloGianoglio suit Belgrano quasiment au quotidien pour une radio locale. Il fournit la même description du joueur, tout en émettant moins de réserves au sujet de ses facultés d'adaptation au football européen. " Suarez un joueur très intéressant ", affirme-t-il. " Il joue des deux pieds, est habile, a le sens du but. Je pense qu'il a choisi un bon championnat, et a fait preuve d'intelligence en n'optant pas directement pour l'Espagne, l'Italie ou l'Angleterre, des pays où il se révélerait peut-être encore un peu tendre, mais plutôt pour une ligue intermédiaire qui peut lui servir de tremplin. Son handicap, c'est effectivement sa morphologie : il est assez mince, même s'il a une belle taille. J'espère pour lui qu'il réussira en Belgique, et je l'en crois capable. C'est un joueur au futur très prometteur. Beaucoup dépendra de la manière dont il sera entouré. Viendra-t-il accompagné de sa famille, de ses proches ? Mais je crois qu'il y a déjà d'autres joueurs argentins à Anderlecht, n'est-ce pas ? Ceux-ci pourront sûrement l'aider ". Gianoglio confirme le caractère un peu introverti de Suarez : " Effectivement, il est un peu timide, et à la radio, ce n'était pas toujours évident de l'interviewer. En dehors du terrain, avec ses amis, il se montre beaucoup plus ouvert. En Belgique, il se heurtera en plus à la barrière de la langue. J'espère qu'il maîtrisera rapidement quelques mots de français ". Suarez a réalisé un bon championnat, selon Gianoglio : " Son deuxième tour fut réellement impressionnant. Il s'entendait très bien avec le centre-avant Bustos. Il a inscrit sept ou huit buts (tous du pied, jamais de la tête) et Bustos, une douzaine ". Suarez est originaire de Cordoba : " Ce n'est pas un pur produit de Belgrano, car il a débuté à l'Union San Vicente, un petit club local qui dispute le championnat régional. San Vicente, c'est en fait le nom d'un quartier de Cordoba ". Gianoglio confirme que les problèmes financiers de Belgrano sont résolus : " La faillite remonte à 2002. Le club a alors été placé sous curatelle. Depuis 2005, il a été privatisé, et depuis lors, le budget est en équilibre. Il y a même un projet pour agrandir le stade ". par daniel devos