Il est presque toujours titulaire et international A. Le 16 mars, Theo Walcott aura vingt ans. Il n'a pas attendu ce cap pour s'imposer dans le onze de base d'Arsenal. Thierry Henry est son idole et peut-être le numéro 14 dont il a hérité cette saison lui donne-t-il des ailes.
...

Il est presque toujours titulaire et international A. Le 16 mars, Theo Walcott aura vingt ans. Il n'a pas attendu ce cap pour s'imposer dans le onze de base d'Arsenal. Thierry Henry est son idole et peut-être le numéro 14 dont il a hérité cette saison lui donne-t-il des ailes. Le jeune Walcott a pourtant commencé tard. Comme il l'a récemment expliqué dans une interview à la BBC, il a découvert le football à dix ans, d'une manière étrange, animé par une motivation spéciale : " J'ai pris place dans le but car j'aimais les tirs au but, qui procurent l'occasion de devenir un héros. " Il s'imaginait se plaire sous la latte mais ce ne fut pas le cas. Il s'y ennuyait et opta pour le champ. Tout s'est alors accéléré : après une saison à Newbury, il a rejoint Swindon puis Southampton. A 14 ans déjà, Nike lui offrait un contrat. A 16 ans, il a abandonné l'école pour se consacrer au football professionnel. Sur ces entrefaites, son père a perdu son travail. " Il me conduisait partout. Un jour, il a appris que j'allais effectuer mes débuts en équipe fanion de Southampton. Il a demandé à son patron un demi-jour de congé pour assister au match. Celui-ci l'a prié de choisir entre son travail et son fils. Il m'a choisi. " Cette fois-là, Walcott a marqué. A la fin de cette saison-là, il a été la surprise de la sélection de Sven- Göran Eriksson pour le Mondial en Allemagne. Walcott n'avait pas encore joué une seconde en Premier League mais avait rejoint Arsenal en janvier. Il a eu vent de sa sélection de manière étrange - une fois de plus. " Je passais mon permis de conduire théorique. Mon père m'y avait amené et attendait la fin de l'examen dans l'auto. Il a appris la nouvelle à la radio. Quand je suis sorti, il a couru vers moi comme un fou. Nous étions tous deux surpris. Nous sommes rentrés à la maison et nous avons joué au monopoly pour retrouver notre calme. " Deux ans plus tard, il est une valeur sûre d'Arsenal, avec lequel il convoite le titre. Walcott affirme être resté le même garçon tranquille, attaché à sa famille. Il a néanmoins deux diamants aux oreilles. " Je porte un piercing depuis longtemps. A New York, j'ai trouvé que je méritais un petit plus. "TONY ADAMS (42 ans), l'ancien international, est le nouveau coach de Portsmouth. Il succède à Harry Redknapp, qui a rejoint Tottenham et l'avait recommandé. L'ancien défenseur était adjoint depuis juin 2006. MARK HUGHES, le manager de Manchester City, a réagi brièvement à l'arrivée éventuelle de Cristiano Ronaldo pendant le mercato hivernal. " Il ne constitue pas une option ", selon le Gallois. " Je ne veux pas de lui et c'est ma décision. " ROBINHO (Manchester City) se sent (trop ?) bien dans sa peau. L'international brésilien a affirmé qu'il visait le cap des trente buts cette saison. FREDRIK LJUNGBERG (31 ans), le médian suédois qui a quitté librement West Ham en été, a signé pour deux ans chez les Américains de Seattle Sounders. DAVID GILL a la lourde tâche de chercher un successeur à Alex Ferguson, qui fêtera ses 67 ans le 31 décembre et mettra normalement fin à sa carrière de manager à la fin de la saison suivante. JOEY BARTON (26 ans) jouit de la pleine confiance de Joe Kinnear, l'entraîneur intérimaire de Newcastle. Le médian a été titularisé contre West Bromwich Albion. TOTTENHAM va déménager. Le club londonien veut construire un complexe de 60.000 places assises à côté de son stade actuel, White Hart Lane. Construit en 1899, celui-ci ne peut accueillir que 36.244 spectateurs. La liste d'attente pour un abonnement compte plus de 30.000 personnes. Le gardien brésilien Gomes ne semble plus infaillible. La presse britannique affirme qu'il est sous pression. " Il ne rayonne aucun calme et il n'est pas fiable ". CRISTIANO RONALDO (Manchester United) a été élu Joueur de l'Année par la FIFPro. Il succède à Kaká. 57.500 footballeurs ont pris part à ce suffrage. PETER T'KINT