Avant le coup d'envoi du match Italie-Portugal, Fabrizio Miccoli a-t-il songé à cet après-midi de mai, quand, lors de la dernière journée du championnat de D2, il a dû botter un penalty pour Ternana? Miccoli l'a raté et son club a été relégué en Série C, avant d'être repêché, grâce à la disparition de la Fiorentina.
...

Avant le coup d'envoi du match Italie-Portugal, Fabrizio Miccoli a-t-il songé à cet après-midi de mai, quand, lors de la dernière journée du championnat de D2, il a dû botter un penalty pour Ternana? Miccoli l'a raté et son club a été relégué en Série C, avant d'être repêché, grâce à la disparition de la Fiorentina. Miccoli a également été repêché, par la Juventus. Tous les chasseurs de talents étaient passés à côté de lui. Seul Luciano Moggi, le directeur général de la Juve, a flairé la bonne affaire. Il s'est empressé d'enrôler l'avant de 23 ans et de le prêter à Pérouse, club avec lequel il a effectué ses débuts en Série A cette saison. Une chose est certaine: au terme de cette saison, Miccoli se produira pour la Juventus. L'automne passé, celle-ci a découvert, à sa grande honte, qu'elle avait acquis un véritable talent quand l'avant de 1.68 mètre a éliminé le champion d'Italie de la Coupe, en inscrivant trois buts. L'attaquant a également sévi face à l'Inter et, le lendemain de sa surprenante sélection en équipe nationale, il a également scellé d'un but le sort de Milan.Alors qu'il ne compte pas la moindre sélection en équipes d'âge, il a également placé son empreinte sur le match contre le Portugal, soldé par une excellente prestation et un assist. Originaire du Sud, des parages de Lecce, il a pris le train de Milan à l'âge de 13 ans, en pleurant, pour poursuivre sa formation à l'AC, qui avait longuement insisté. Rongés de chagrin, ses parents l'ont fait revenir au bout de deux ans. Malgré son talent, il n'a pas trouvé refuge à Lecce, le grand club de la région, ex-pensionnaire de Série A: il était trop petit.Il a effectué ses débuts en équipe fanion à l'âge de 17 ans, à Casarano, un club de D3. En deux ans, il y a marqué 19 buts, ce qui lui a valu un contrat à Ternana, une formation de Série B où il a trouvé le chemin du but à 32 reprises en quatre ans. Six mois après ses débuts parmi l'élite, il a dissipé tout doute. Les banderoles qui proclamaient, à Gênes, que sans Roberto Baggio, l'équipe nationale n'avait rien à offrir,ont perdu tout leur impact au terme de la rencontre. En l'absence de vedettes comme Vieri, Del Piero et Totti, l'Italie s'est découvert une nouvelle idole. Maintenant, le principal souci du sélectionneur, Trapattoni, est de trouver une place à Miccoli. Quant à celui-ci, il doit veiller à ne pas se laisser endormir par les louanges. ( G. Foutré)