Depuis le départ de DerickTshimanga pour Genk, durant le mercato de janvier, il est devenu l'arrière gauche titulaire d'une équipe de Lokeren qui s'est qualifiée pour la finale de la Coupe de Belgique. LaurensDeBock est un joueur précoce : il a intégré le noyau A du club waeslandien dès l'âge de 16 ans et fut aussi le plus jeune joueur appelé par Jean- FrançoisdeSart lors d'un tournoi en Angleterre avec l'équipe nationale Espoirs, en février 2011.

Il s'y est retrouvé en terrain connu grâce à la présence de son coéquipier NillDePauw, avec qui il a fait chambre commune. Il est toujours présent dans la sélection U21 aujourd'hui et était du voyage, en Angleterre encore, il y a 15 jours. De Bock a de qui tenir : il est le neveu de WillyQuipor, un ancien joueur de Gand qui remporta notamment la Coupe contre le Standard en 1984. Aujourd'hui âgé de 19 ans, Laurens fréquente l'école Top Sport de Gand où il côtoie notamment HannesVanderBruggen, le milieu de terrain des Buffalos, et IgorVetokele, l'attaquant du Cercle Bruges.

Appelé par Georges Leekens

Le petit Laurens n'avait encore que cinq ans lorsqu'il signa sa première carte d'affiliation à Kalken. Le virus lui a été transmis par son père, FrançoisDeBock, qui fut formé à La Gantoise mais joua ensuite pendant dix ans dans les séries provinciales. Le football reste un hobby pour lui, mais comme spectateur : supporter acharné de Chelsea, il se rend régulièrement à Stamford Bridge.

A Kalken, Laurens débute comme attaquant. " Une période que je me remémore parfois avec nostalgie : j'inscrivais trois ou quatre buts chaque semaine. " Cette efficacité lui valut de taper dans l'£il des recruteurs de Wetteren, où il fut transféré à 8 ans. Sa progression n'était pas terminée. Suivi par Gand, le FC Dendre et Lokeren, il fila chez les Waeslandiens à 11 ans et y brûla les étapes. GeertDirinck, un entraîneur de jeunes, l'a reconverti d'attaquant en défenseur central.

" Dans un premier temps, j'ai peu apprécié ", reconnaît Laurens. " Je m'ennuyais à l'arrière : je n'étais jamais fatigué. " Avec le recul, il s'est félicité de cette reconversion car c'est ce nouveau poste qui lui a permis de franchir un palier. C'est notre coach national en personne, GeorgesLeekens, qui l'intégra au noyau A de Lokeren un jour à peine après son 16e anniversaire... et au lendemain d'une grosse prestation avec les Espoirs contre Anderlecht.

De défenseur central, Laurens passa au poste d'arrière gauche, où il s'est senti d'emblée à l'aise car il pouvait y donner plus librement cours à son tempérament offensif. " Arpenter mon flanc, mystifier mon adversaire direct et adresser un bon centre : j'adore ", savoure Laurens. L'entraîneur actuel, PeterMaes, a continué à lui faire confiance tout en insistant sur la nécessité de garder sa concentration durant 90 minutes. Maes et De Bock ont en commun une mentalité de vainqueur.

L'adjoint RudiCossey a suivi toute la progression du jeune homme : " Alors que les arrières gauches constituent une denrée rare, on en possédait trois de grande qualité à Lokeren, avec Tshimanga, De Bock et HassanElMouataz. J'avoue que Laurens m'étonne : je ne pensais pas qu'il pourrait prendre aussi rapidement la relève de Derick. C'est surtout sa maturité qui m'étonne : il n'a pas froid aux yeux, ne craint aucun adversaire, joue toujours à 100 %. Son apport offensif est très important aussi. Il est capable de délivrer de très bons centres. C'est lui, par exemple, qui a délivré l'assist pour De Pauw, en demi-finale retour de la Coupe au Lierse. C'est lui aussi qui a donné deux passes décisives pour DonovanDeekman, lors du match qui nous avait qualifié pour les PO1, l'an passé à Westerlo. "

Suivre les traces d'Overmeire

Pour De Bock, l'exemple à suivre est KillianOvermeire, qui est parti des catégories d'âge du club pour devenir le capitaine et une pièce maîtresse de l'entrejeu. " Ah bon ? Je l'ignorais ", s'étonne le milieu de terrain. " Cela fait toujours plaisir à entendre. Je prédis un bel avenir à Laurens. C'est un vrai gaucher, un arrière latéral moderne qui arpente son flanc mais est aussi capable de réaliser des tackles très propres. Et il garde la tête sur les épaules, ce qui est important aussi. Physiquement, il doit peut-être gagner encore un peu de muscles afin de se montrer plus intransigeant dans les duels, mais cela viendra avec l'âge. "

De Bock est parfois surnommé le petit NicolasLombaerts, en raison de son style de jeu relativement cool. " Je suis flatté de la comparaison, mais je sais aussi que le chemin est encore long pour égaler le niveau de jeu du défenseur du Zenit Saint-Pétersbourg ", constate Laurens. " Je dois travailler mes points faibles : les contrôles dans un espace réduit, la résistance et la vitesse sur les premiers mètres. "

Alors qu'il figurait sur les tablettes de Gand et Heerenveen, De Bock a resigné à Lokeren jusqu'en 2015. Il terminera ses études en juin et pourra alors se consacrer pleinement au football.

PAR DANIEL DEVOS - PHOTO: IMAGEGLOBE

" C'est le prototype de l'arrière gauche moderne " (Killian Overmeire)

Depuis le départ de DerickTshimanga pour Genk, durant le mercato de janvier, il est devenu l'arrière gauche titulaire d'une équipe de Lokeren qui s'est qualifiée pour la finale de la Coupe de Belgique. LaurensDeBock est un joueur précoce : il a intégré le noyau A du club waeslandien dès l'âge de 16 ans et fut aussi le plus jeune joueur appelé par Jean- FrançoisdeSart lors d'un tournoi en Angleterre avec l'équipe nationale Espoirs, en février 2011. Il s'y est retrouvé en terrain connu grâce à la présence de son coéquipier NillDePauw, avec qui il a fait chambre commune. Il est toujours présent dans la sélection U21 aujourd'hui et était du voyage, en Angleterre encore, il y a 15 jours. De Bock a de qui tenir : il est le neveu de WillyQuipor, un ancien joueur de Gand qui remporta notamment la Coupe contre le Standard en 1984. Aujourd'hui âgé de 19 ans, Laurens fréquente l'école Top Sport de Gand où il côtoie notamment HannesVanderBruggen, le milieu de terrain des Buffalos, et IgorVetokele, l'attaquant du Cercle Bruges. Le petit Laurens n'avait encore que cinq ans lorsqu'il signa sa première carte d'affiliation à Kalken. Le virus lui a été transmis par son père, FrançoisDeBock, qui fut formé à La Gantoise mais joua ensuite pendant dix ans dans les séries provinciales. Le football reste un hobby pour lui, mais comme spectateur : supporter acharné de Chelsea, il se rend régulièrement à Stamford Bridge. A Kalken, Laurens débute comme attaquant. " Une période que je me remémore parfois avec nostalgie : j'inscrivais trois ou quatre buts chaque semaine. " Cette efficacité lui valut de taper dans l'£il des recruteurs de Wetteren, où il fut transféré à 8 ans. Sa progression n'était pas terminée. Suivi par Gand, le FC Dendre et Lokeren, il fila chez les Waeslandiens à 11 ans et y brûla les étapes. GeertDirinck, un entraîneur de jeunes, l'a reconverti d'attaquant en défenseur central. " Dans un premier temps, j'ai peu apprécié ", reconnaît Laurens. " Je m'ennuyais à l'arrière : je n'étais jamais fatigué. " Avec le recul, il s'est félicité de cette reconversion car c'est ce nouveau poste qui lui a permis de franchir un palier. C'est notre coach national en personne, GeorgesLeekens, qui l'intégra au noyau A de Lokeren un jour à peine après son 16e anniversaire... et au lendemain d'une grosse prestation avec les Espoirs contre Anderlecht. De défenseur central, Laurens passa au poste d'arrière gauche, où il s'est senti d'emblée à l'aise car il pouvait y donner plus librement cours à son tempérament offensif. " Arpenter mon flanc, mystifier mon adversaire direct et adresser un bon centre : j'adore ", savoure Laurens. L'entraîneur actuel, PeterMaes, a continué à lui faire confiance tout en insistant sur la nécessité de garder sa concentration durant 90 minutes. Maes et De Bock ont en commun une mentalité de vainqueur. L'adjoint RudiCossey a suivi toute la progression du jeune homme : " Alors que les arrières gauches constituent une denrée rare, on en possédait trois de grande qualité à Lokeren, avec Tshimanga, De Bock et HassanElMouataz. J'avoue que Laurens m'étonne : je ne pensais pas qu'il pourrait prendre aussi rapidement la relève de Derick. C'est surtout sa maturité qui m'étonne : il n'a pas froid aux yeux, ne craint aucun adversaire, joue toujours à 100 %. Son apport offensif est très important aussi. Il est capable de délivrer de très bons centres. C'est lui, par exemple, qui a délivré l'assist pour De Pauw, en demi-finale retour de la Coupe au Lierse. C'est lui aussi qui a donné deux passes décisives pour DonovanDeekman, lors du match qui nous avait qualifié pour les PO1, l'an passé à Westerlo. " Pour De Bock, l'exemple à suivre est KillianOvermeire, qui est parti des catégories d'âge du club pour devenir le capitaine et une pièce maîtresse de l'entrejeu. " Ah bon ? Je l'ignorais ", s'étonne le milieu de terrain. " Cela fait toujours plaisir à entendre. Je prédis un bel avenir à Laurens. C'est un vrai gaucher, un arrière latéral moderne qui arpente son flanc mais est aussi capable de réaliser des tackles très propres. Et il garde la tête sur les épaules, ce qui est important aussi. Physiquement, il doit peut-être gagner encore un peu de muscles afin de se montrer plus intransigeant dans les duels, mais cela viendra avec l'âge. " De Bock est parfois surnommé le petit NicolasLombaerts, en raison de son style de jeu relativement cool. " Je suis flatté de la comparaison, mais je sais aussi que le chemin est encore long pour égaler le niveau de jeu du défenseur du Zenit Saint-Pétersbourg ", constate Laurens. " Je dois travailler mes points faibles : les contrôles dans un espace réduit, la résistance et la vitesse sur les premiers mètres. " Alors qu'il figurait sur les tablettes de Gand et Heerenveen, De Bock a resigné à Lokeren jusqu'en 2015. Il terminera ses études en juin et pourra alors se consacrer pleinement au football. PAR DANIEL DEVOS - PHOTO: IMAGEGLOBE" C'est le prototype de l'arrière gauche moderne " (Killian Overmeire)