"Etes-vous en route pour la prison ? " A l'autre bout du fil, un ange passe. " On peut voir les choses de cette manière, oui. " Nous sommes le lundi 2 juin 2014, le jour où UliHoeness se présente aux portes de la prison de Landsberg am Lech. C'est là que l'ancien patron du Bayern purgera la première partie de sa peine de trois ans et demi de prison pour fraude fiscale. Une journée chargée d'émotion, pourrait-on imaginer.
...

"Etes-vous en route pour la prison ? " A l'autre bout du fil, un ange passe. " On peut voir les choses de cette manière, oui. " Nous sommes le lundi 2 juin 2014, le jour où UliHoeness se présente aux portes de la prison de Landsberg am Lech. C'est là que l'ancien patron du Bayern purgera la première partie de sa peine de trois ans et demi de prison pour fraude fiscale. Une journée chargée d'émotion, pourrait-on imaginer. Mais, sur la route qui le conduit à la maison d'arrêt, peu avant 10 heures du matin, Hoeness prend encore le temps de s'entretenir quelques minutes au téléphone à un journaliste du Bild avec lequel il s'est lié d'amitié. Le ton est calme et posé. " J'ai eu suffisamment de temps pour me préparer à ce jour. Aujourd'hui, j'y suis. En fait, je voulais déjà me présenter vendredi. Mais, comme aucun médecin n'était présent, la direction de la prison m'a demandé d'attendre jusqu'à aujourd'hui.... " La conversation est fascinante, elle rend Hoeness intouchable. Même pendant ses derniers moments de liberté, on sent que la figure du Bayern Munich garde toute son influence. On pourrait le comparer à un patron de la drogue qui, peu avant son arrestation, réalise encore une transaction juteuse depuis sa limousine blindée. Pour ensuite, via son GSM introduit en cachette, continuer à donner ses instructions à son cartel depuis sa cellule. On ne serait pas étonné d'apprendre que Hoeness, après son entretien avec Bild, ait encore téléphoné à PepGuardiola et Karl-HeinzRummenigge pour s'enquérir des dernières nouvelles ou leur donner des directives en matière de transferts... 3 juin 2015, une brève dans l'Express : Pierre-EmileHöjbjerg (19 ans) effectuera tout de même la préparation à la nouvelle saison avec le Bayern Munich. On pensait que le milieu de terrain danois était sur le point d'être prêté au Bayer Leverkusen. Guardiola avait même déjà donné son accord. Mais la transaction ne s'est pas réalisée. Hoeness n'était pas d'accord. Un peu plus d'un an après son voyage à Landsberg am Lech, l'influence du président déchu du Bayern Munich reste grande. De quoi en étonner plus d'un. Hoeness ne devait-il pas se retrouver derrière les barreaux pendant trois ans et demi ? Selon la version officielle, l'ancien patron du Bayern a dissimulé 28,5 millions d'euros au fisc. Hoeness, l'homme qui a combattu pendant des années les clubs qui ne respectaient pas le fair-play financier, a lui-même commis " la faute de sa vie ". Il était censé disparaître complètement du paysage footballistique. Du moins, le pensait-on. Mais Hoeness est revenu aux affaires. Depuis début janvier, l'ancien international est un Freigänger, c'est-à-dire qu'il peut quitter sa prison en journée. Il a d'ailleurs quitté la prison de Landsberg pour la maison d'arrêt de Rothenfeld. Hoeness doit s'y présenter chaque soir avant 18 heures afin d'y passer la nuit. Cette évolution est totalement conforme aux paroles légendaires qu'il a prononcées le 10 mai 2014 lors de l'Assemblée Générale annuelle des actionnaires du Bayern Munich, sa dernière apparition officielle à ce jour : 'Daswar'snochnicht !' (Ce n'était pas encore tout). Et, de fait, le Bayern Munich a offert à Hoeness un job dans la section jeunes du club. Il a perdu une vingtaine de kilos, est devenu grisonnant et a visiblement pris un coup de vieux, mais il est toujours là. En tant qu'autorité au sein de la section jeunes, il décide quasiment de l'avenir du club aux multiples titres. Les formations Juniors du club n'ont jamais obtenu de résultats transcendants. Elles avaient besoin d'une nouvelle impulsion, de nouvelles structures. Hoeness s'en charge. Son travail est déjà impressionnant, et à plus ou moins court terme, Guardiola - ou son successeur - en recueillera les fruits. " Même dans sa fonction actuelle, Uli est un phénomène ", constate HeikoVogel, récemment désigné comme coach de l'équipe amateur du Bayern, où il succède à EriktenHag parti au FC Utrecht. " Il connaît tous les talents du centre de formation. Et il demande constamment des nouvelles des joueurs, s'inquiète de leur évolution... " Au début de cette année, le Bild a publié les premières photos du premier jour de travail de Hoeness. A la Säbener Strasse, le complexe du Bayern Munich, on le voit de bonne humeur en train de déjeuner avec le président Karl-HeinzRummenigge et le directeur technique MichaelReschke. Les petits pains tout chauds avaient visiblement meilleur goût que la nourriture servie en prison. " Uli prépare-t-il déjà un nouveau gros transfert ? ", pouvait-on lire dans une légende. Pour tout le monde, au Bayern Munich, la saison dernière a dû sembler bizarre. L'Allianz Arena était pleine à craquer lors de chaque match à domicile. Il n'y avait qu'un siège inoccupé dans la tribune d'honneur : celui réservé à l'homme qui a fait du club bavarois la puissance financière qu'il est aujourd'hui. Au début des années 90, le budget était de 20 millions d'euros. Aujourd'hui, les rentrées son vingt fois supérieures. Grâce à Hoeness. Le FC Bayern était parfois surnommé le FC Hoeness, en hommage au père du club. Tout cela a pris fin. Pour avoir voulu tricher avec l'administration des impôts. La fraude, présumée de 2,5 millions d'euros, est apparue dix fois supérieure. " De 2002 à 2006, j'étais absorbé jour et nuit par les paris, les spéculations. Pas spécialement pour des montants exorbitants. Mais j'avais besoin de cette adrénaline ", a reconnu Hoeness en 2013 au journal DieZeit. D'autres ont sans doute spéculé sur les privilèges que Hoeness a obtenus en tant que prisonnier exceptionnel, comme celui de disposer d'une cellule plus grande que la dimension standard de huit mètres carrés, ou d'avoir droit à des repas plus élaborés que la nourriture servie aux détenus communs. Mais on sait peu de choses sur sa vie entre les murs de l'enceinte. Ce qui est connu, en revanche, c'est que de nombreuses personnalités ont rendu visite à Hoeness en prison. En août de l'an passé, par exemple, on a aperçu Guardiola et l'attaquant FranckRibéry aux abords de la prison de Landsberg. Ils se sont entretenus pendant deux heures avec Hoeness. Guardiola a réagi d'une manière qui lui est propre : " De quoi avons-nous discuté ? De football, de football et encore de football... " JuppHeynckes figure aussi sur la liste des visiteurs. Tout comme, bien sûr, FranzBeckenbauer et Karl-Heinz Rummenigge, ou encore le patron d'Adidas HerbertHainer et l'homme politique de la CSU EdmundStoiber. " Uli m'est apparu très costaud et respire la joie de vivre ", a déclaré Beckenbauer à son retour. " Et, s'il a perdu pas mal de poids, ce n'est pas une mauvaise chose : ces dernières années, il était devenu un peu lourd... " Officiellement, le bureau de Hoeness au Bayern Munich ne se situe plus au siège principal, mais dans la Jugendhaus, la Maison des Jeunes. Sa fonction est celle d'assistant du responsable de la section Junior Team. Mais, dans les faits, c'est lui qui se charge de la restructuration complète du plan de formation. Le Bayern Munich avait laissé entendre, dès le départ, qu'il aiderait Hoeness dans la mesure du possible. Comme il l'avait fait, autrefois, avec GerdMüller, SebastianDeisler et Breno, des joueurs légendaires et moins légendaires qui sont tombés, un jour, de leur piédestal et qui ont reçu un job chez les jeunes. Hoeness passe, en tant que Freigänger, des journées chargées et intéressantes. Le journal TZ les a décrites en détail. Après que le réveil sonne à cinq heures du matin, un chauffeur vient chercher Hoeness à la maison d'arrêt de Rothenfeld pour l'amener au Bayern Munich, à 35 kilomètres de là. Il refuse de prendre lui-même le volant. S'il était impliqué dans un accident de la circulation, il risquerait de perdre son statut de Freigänger. Arrivé au club vers 8 h 30, il discute des thèmes principaux avec les autres responsables : le développement des jeunes talents avec Reschke, les transferts avec Rummenigge, Sammer et KarstenSchumann. Les coaches de jeunes peuvent aussi demander audience à Hoeness, qui apprécie à sa juste valeur le fait de pouvoir assister aux matches des équipes d'âge. A 17 h 30, sa journée de travail est terminée et le chauffeur le reconduit à la prison. Des situations étranges se produisent. En mars, Hoeness a pu assister à un match de football pour la première fois depuis sa détention : un duel entre le Bayern U19 et le FSV Mayence 05. Il se disputait un dimanche. Or, à cette époque, Hoeness ne pouvait quitter la prison que pendant les jours de semaine. Il a donc dû demander une permission au directeur de la prison, qui a accepté à condition qu'il sacrifice sa liberté un jour de semaine. Hoeness et le Bayern Munich doivent aussi faire preuve de créativité lors des matches de Ligue des Champions, dont le coup d'envoi est donné à 20 h 45. Mais Hoeness a reçu d'autres privilèges. il a, notamment, pu passer la Noël et la Saint-Sylvestre chez lui, à Tergernsee, auprès de son épouse Susi. Et, depuis le mois passé, il a aussi reçu la permission de sortir le week-end. Hoeness ne veut plus se retrouver sous les feux de l'actualité, au Bayern Munich. Son statut actuel ne s'y prête pas. C'est aussi la raison pour laquelle il ne s'adresse plus à la presse, comme il le faisait autrefois. Pourtant, c'est un secret de polichinelle qu'il gère de nouveau, comme jadis, les domaines qui touchent aux professionnels. En s'inspirant du modèle du Parrain, où DonCorleone continue à tirer les ficelles en coulisses après avoir officiellement cédé le pouvoir à son fils " Son passage en prison laissera immanquablement des traces ", reconnaît son frère DieterHoeness, lui-même ancien professionnel. " Lorsque la porte de la prison se referme, le soir, cela me fait quelque chose. Au début, je me suis fait de gros soucis. Je craignais qu'Uli ne supporte pas sa détention. Mais cela lui fait du bien de pouvoir à nouveau s'occuper de football. " Si tout se passe comme prévu, Hoeness sera à nouveau un homme libre au début de 2016. Il aura alors purgé la moitié de sa peine (42 mois). Rien ne semble pouvoir s'y opposer. Il n'y a aucun danger que Hoeness ne retombe dans ses anciens travers et son entourage est stable. Plus ce moment approchera, plus on évoquera une réhabilitation complète. Déjà, au moment de sa condamnation, on évoquait la perspective de revoir, un jour, Hoeness revenir à la présidence. Deux documentaires sont en préparation. Un homme aussi compétent reste très populaire et très important. Son successeur, KarlHopfner, a déjà déclaré que lors de prochaines élections, il ne se présenterait pas contre Hoeness. Comme l'a déclaré Rummenigge : " Chacun peut se rendre compte que le Bayern Munich était une partie de la vie d'Uli et le restera... " PAR VINCENT OKKER" De 2002 à 2006, j'étais absorbé jour et nuit par les spéculations. J'avais besoin de cette adrénaline. " Uli Hoeness " Chacun peut se rendre compte que le Bayern Munich était une partie de la vie d'Uli et le restera à jamais. " Karl-Heinz Rummenigge