L'Euro a lieu sans nous et je fais tout comme vous : je guette tout qui je peux pour avoir l'impression, malgré tout, d'être en pays de connaissances ! Mais pourquoi donc ce besoin de nous raccrocher à des gars ayant vaguement quelque chose de belge, comme si notre foot serait encore plus nul sans eux, comme si notre amour du foot serait encore plus flippant sans cela ? Un obscur besoin belge d'exister footballistiquement, coûte que coûte ? Allez savoir... Toujours est-il qu'en début d'Euro-puérilement mais j'ai aimé-je me suis cassé la nénette pour coucher sur papier mon onze belge de l'Euro 2008 ! J'ai d'abord bloqué à neuf gars, vous les aviez repérés comme moi, je vous les rappelle.
...

L'Euro a lieu sans nous et je fais tout comme vous : je guette tout qui je peux pour avoir l'impression, malgré tout, d'être en pays de connaissances ! Mais pourquoi donc ce besoin de nous raccrocher à des gars ayant vaguement quelque chose de belge, comme si notre foot serait encore plus nul sans eux, comme si notre amour du foot serait encore plus flippant sans cela ? Un obscur besoin belge d'exister footballistiquement, coûte que coûte ? Allez savoir... Toujours est-il qu'en début d'Euro-puérilement mais j'ai aimé-je me suis cassé la nénette pour coucher sur papier mon onze belge de l'Euro 2008 ! J'ai d'abord bloqué à neuf gars, vous les aviez repérés comme moi, je vous les rappelle. Il y avait Vedran Runje (en partance de Lens... celui-là ferait mieux d'avoir envie de Champions League rouche plutôt que de fric monégasque !), Christian Wilhelmsson (qui a connu 4 clubs de 4 pays et marqué... UN but depuis son départ du Sporting voici 2 ans !), Marcin Wasilewski (qui avait oublié sa grande faucheuse anderlechtoise face à Lukas Podolski, il l'a payé cash !), Michal Zewlakow (4 cartons jaunes en 4 saisons mauves... à comparer aux 17 cartons du précédent polonais depuis janvier 2007, fallait-il lâcher l'un pour l'autre ? !) et notre quintette tchèque : Daniel Zitka, David Rozehnal, Jan Polak, Stanislav Vlcek, Jan Koller. Vu que j'aurais été ridicule en alignant Runje ou Zitka dans le jeu, me manquaient donc trois gars pour présenter un onze belge bien balancé. Cela m'a énervé, était-ce donc Dieu possible que n'en existassent même pas onze, notre pays d'honneur ô Belgique était-elle donc moribonde à ce point ? J'ai fouiné, lu et relu les 16 x 23 noms... et j'ai dû attendre Italie-Pays-Bas pour me rendre compte qu' Orlando Engelaar était le même grand dégingandé de Batave que celui passé par Genk voici deux ans : plutôt haut dans le jeu, il m'avait alors rappelé Pierre Carteus, lequel ne vous rappelle rien si vous êtes né après 1965, tant pis pour vos souvenirs, tant mieux pour vos artères. Ça m'a étonné de voir Engelaar, un peu comme si René Vandereycken convoquait aujourd'hui Bob Peeters ... et ça m'a plus étonné encore de le trouver éblouissant face aux Italiens : dans un rôle beaucoup plus bas de passeur gaucher sachant passer, il rappelait cette fois l'esthétisme inoubliable et consciencieux de Fernando Redondo ! Et ça me faisait un Belge de plus ! M'en fallait encore deux, je DEVAIS les trouver : en surfant consciencieusement sur le web, parmi les biographies des 368 péquenots, impossible de n'en pas dégotter encore deux qui aient quelque chose de vaguement belge à condition de les prendre par le bon bout ! Surfons, surfons, je me suis mis au boulot en commençant par le Groupe A... Un jour de surf plus tard, après avoir épuisé le Groupe A, le Groupe B et la souris de mon ordi, la France me sauvait ! Notre grande voisine nous tirait du pétrin : car deux Coqs, et non des moindres, sont Belges quelque part ! Si ! Si ! D'abord, l'eusses-tu cru, Nicolas Anelka est Wallon par sa femme depuis qu'en juin 2007, il a officiellement convolé avec une fille de Châtelineau (code postal 6200) nommée Barbara Tausia après s'être appelée Barbara Deluca ! Et je me fous des ragots lus affirmant que Djibril Cissé a failli la convoler avant (ouf qu'il ne l'a pas fait, car Cissé n'est pas à l'Euro !), ou qu'Anelka a déjà mis de l'eau et une autre gonzesse dans le gaz du ménage : tant que le divorce n'est pas prononcé, Anelka est belge par son épouse, et sélectionnable par moi-même. Na ! Last but not least, mon onzième Diable Rouge est Claude Makelele ! Il me permet le onze bien balancé ci encadré, qui fera pâlir d'envie Vandereycken (lequel est déjà bien pâle quand il ne pâlit pas). Car, lecteurs ignares, vous devriez savoir, comme moi depuis dix minutes, qu' André-Joseph Makelele, surnommé "le soucous" (le danseur) tant ses dribbles ondoyaient, fut un grand footballeur au Congo : il conçut le petit Claude à Kinshasa, avant de fuir le régime de Mobutu et de venir achever sa carrière en Belgique dans les années 1974-77 ! D'accord, le petit Claude n'a jamais footballé en Belgique, vu qu'il est resté en Afrique avec sa grand-mère avant qu'André-Joseph ne regroupe sa famille en France. Et c'est vrai, je ne suis pas arrivé à repérer dans quel club (de D2 ?) André-Joseph a évolué chez nous. N'empêche : quelque part, Claude Makelele est Belge par son père ! Une naturalisation magouillée par çi, un mariage/bidon par là,... l'aurait pas fallu grand-chose pour que nous remportions l'Euro 2008. par bernard jeunejean