Une médaille d'or, deux de bronze et quelques places de finalistes (qui se souviendra de ces places de finalistes dans quelques mois ?), le bilan de la Belgique olympique est tout bonnement désastreux. Justine mérite toutes les félicitations mais c'est une sportive professionnelle entraînée par un coach full time et qui s'est développée physiquement chez un préparateur américain. Pour Axel, c'est un peu pareil, il est également pro et il a pu bénéficier des judicieux conseil...

Une médaille d'or, deux de bronze et quelques places de finalistes (qui se souviendra de ces places de finalistes dans quelques mois ?), le bilan de la Belgique olympique est tout bonnement désastreux. Justine mérite toutes les félicitations mais c'est une sportive professionnelle entraînée par un coach full time et qui s'est développée physiquement chez un préparateur américain. Pour Axel, c'est un peu pareil, il est également pro et il a pu bénéficier des judicieux conseils du champion d'exception qu'est son père. Hormis l'autre médaille et quelques places honorables, les résultats de Kim en athlétisme méritent un coup de chapeau dans une discipline dominée depuis plusieurs olympiades par des athlètes de couleur. Pour le reste, c'est le néant absolu et ne parlons même pas des sports collectifs, nous n'y étions même pas représentés. La position de Robert Vande Walle, en tant que chef de délégation, qui déclare ne pas poursuivre sa mission car il estime prêcher dans le désert, est à ce sujet tout à fait explicite de la situation dans laquelle se trouve le sport belge. Il est engagé pour un one shot alors que le sport doit bénéficier d'un travail en profondeur. Notre champion olympique de 1980 a pu aider les athlètes sur le plan mental mais pour le reste, que peut-il faire par rapport à leur niveau d'entraînement et leurs qualités intrinsèques ? Les politiques doivent intervenir au plus vite car nos résultats sont en régression mais que fait-on pour le développement du sport pour notre jeunesse ? Nous avons un des plus faibles niveaux de forme physique chez les enfants pour toute l'Europe. Ce qui n'est pas vraiment étonnant quand on voit le nombre d'heures d'activité sportive programmées dans les écoles chaque semaine. Nos enfants ne savent plus faire d'effort physique et on ne fait rien pour que cela change. Doubler le nombre d'heures de sport à l'école ne serait pas un luxe. Quant aux clubs, il sont le plus souvent livrés à eux-mêmes et ne bénéficient bien souvent d'aucune aide publique quant à l'entretien des infrastructures ou à l'engagement de pédagogues compétents (et quand il y en a, leur désignation se fait plus par appui politique que par qualité de leur enseignement). PS : J'ai assisté récemment au tournoi des jeunes de mon club et quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'il y a un temps de jeu journalier limité et que les plus petits effectuent les rentrées en touche à la main ! Qui décide de telles aberrations ?Etienne Delangre" Nous avons UN DES PLUS FAIBLES NIVEAUX de forme physique chez les enfants européens "