Il a longtemps été la seule acquisition de Courtrai. Son arrivée a été réglée fin janvier mais Courtrai l'a laissé à la disposition du FK Sarajevo jusqu'à la fin de la saison, ce club luttant pour le titre bosnien, avec succès. A ce moment, le club appartenait encore à Vincent Tan, qui est toujours le propriétaire de Courtrai, mais peu après, le milliardaire malaisien a vendu le FK Sarajevo à un homme d'affaires vietnamien.
...

Il a longtemps été la seule acquisition de Courtrai. Son arrivée a été réglée fin janvier mais Courtrai l'a laissé à la disposition du FK Sarajevo jusqu'à la fin de la saison, ce club luttant pour le titre bosnien, avec succès. A ce moment, le club appartenait encore à Vincent Tan, qui est toujours le propriétaire de Courtrai, mais peu après, le milliardaire malaisien a vendu le FK Sarajevo à un homme d'affaires vietnamien. C'est un transfert qui cadre avec la tradition des Balkans. Ivica Jarakovic, un ancien joueur de Courtrai, est un scout actif dans l'ancienne Yougoslavie. Il y a déjà repéré moult talents. Initialement, Nihad Mujakic était représenté par Ivica Jozic, qui a joué pour l'Antwerp et Waregem dans les années '90 mais il fait désormais appel à Milan Broceta. Mujakic est un gaucher de 1m89. Le défenseur central a grandi à Sarajevo et a été formé par le FK local. Il a la réputation d'être très dur et fort de la tête. Il prend beaucoup de cartes : en 56 matches officiels en équipe première de Sarajevo, il a été averti à dix reprises. En novembre dernier, il a effectué ses débuts avec les U21 bosniens dans un match amical contre l'Azerbaïdjan et en mars, il a participé au match de qualification pour l'EURO contre Malte. Il a chaque fois pris une carte jaune. L'espoir, qui n'a encore que 21 ans, a déjà disputé quatre matches européens complets pour Sarajevo, lors des qualifications pour l'Europa League. Il a même marqué contre les Arméniens du FC Banants. Yves Vanderhaeghe a déjà vanté ses qualités défensives et le considère comme un renfort. Toutefois, la préparation a révélé que le jeune Bosnien aura besoin d'un certain temps pour s'habituer à la vitesse d'exécution. Ezekiel s'est présenté avec deux semaines de retard. " Un petit différend avec la direction à propos des billets d'avion ", d'après Vanderhaeghe. En fait, il s'agissait surtout d'examiner les options de transfert. Chevalier est arrivé à temps à l'entraînement mais pas pour longtemps. Il a présenté un certificat médical valable jusqu'au 22 juillet. On ne sait pas exactement de quelle maladie il s'agit mais le fait est qu'il veut rejoindre Valenciennes, qui ne veut pas payer la somme requise. Vanderhaeghe raffole du team building en dehors du terrain, contrairement à Walem, ancien coach de Courtrai, qui estimait qu'il valait mieux consacrer son temps au football. Cette fois, au programme, une course en vélomoteurs et du ski nautique ! L'éclosion de Tyron Ivanof se fait attendre. Le médian offensif, qui vient de fêter ses 22 ans, a signé un contrat de quatre ans à Courtrai il y a deux ans, juste avant ses vingt ans. Il avait déjà effectué ses débuts, avec succès, sous la direction de Karim Belhocine, mais des blessures et une vive concurrence à son poste ont empêché le talent de Genk d'opérer sa percée. Ty, comme on l'appelle, a été le meneur de jeu des U16 de Genk, champions de Belgique en 2013. Cette équipe alignait notamment Leon Bailey (Bayer 04 Leverkusen), Bryan Heynen, Nordin Jackers et Dries Wouters. Ty a mis le cap sur Lille après le titre, puis s'est retrouvé à Courtrai l'automne 2015. Il a effectué ses débuts en équipe première en mai 2017 par une excellente entrée au jeu dans son ancien stade, la Luminus Arena. Deux ans plus tard, il n'a pas progressé. Il est grand temps qu'Ivanof joue, à Courtrai ou ailleurs. 1 Qu'espérez-vous de cette saison ? Je suis optimiste car nous avons déjà un bon noyau et je sais que le management travaille d'arrache-pied pour essayer de le renforcer. Cette fois, il n'y aura pas un afflux de dix à quinze footballeurs. Pour le reste, j'aimerais que nous poursuivions sur l'élan de la saison écoulée, avec une bonne équipe qui développe un football agréable et qui rétablisse notre réputation à domicile. Nous connaissons notre place : normalement, nous devons être entre la septième et la neuvième, mais nous viserons plus haut si l'occasion s'en présente. 2 Le début de saison n'a pas été bon ces deux dernières années, ce qui a amené le club à changer d'entraîneur en novembre. Courtrai va-t-il enfin se qualifier pour les PO1, ce qu'il n'a plus fait depuis 2015 ? Je reste réaliste car des équipes disposant de plus de moyens, comme l'Antwerp et Saint-Trond, se sont ajoutées aux candidats. La différence avec la sixième place a toujours été minime. Nous voulons conserver cette position, proche des PO1. Mais si nous prenons un bon départ, je pense que nous serons en mesure de lutter pour une place dans le top six. 3 On raconte que Vincent Tan, le propriétaire malaisien du club, ne veut pas investir dans la construction d'un nouveau stade et a chargé le cabinet d'avocats Altius de trouver un acheteur. Quelles en sont les conséquences pour Courtrai ? Je peux vous dire deux choses. Un : Vincent Tan possède suffisamment de parts du club pour pouvoir le vendre sans tenir le management au courant mais je suis convaincu qu'il ne s'y prendra pas de cette façon. Ce bruit refait régulièrement surface et je ne m'en soucie plus. Je n'ai pas reçu de signaux allant dans le sens de changements. Deux : il n'est pas certain que Vincent Tan ne va pas investir dans un nouveau stade. Il n'a pas encore pris de décision définitive. Je ne me tracasse pas non plus à ce sujet car il y a suffisamment d'autre investisseurs décidés à participer à ce projet.