L'étoile de Ryan Giggs ne pâlit pas mais l'âge est là. Et le petit Pays de Galles, habitué à se trouver un grand joueur par génération ( Ian Rush, Mark Hughes et Giggs), se cherchait un successeur au virevoltant ailier de Manchester United. Alléluia ! Il existe.
...

L'étoile de Ryan Giggs ne pâlit pas mais l'âge est là. Et le petit Pays de Galles, habitué à se trouver un grand joueur par génération ( Ian Rush, Mark Hughes et Giggs), se cherchait un successeur au virevoltant ailier de Manchester United. Alléluia ! Il existe. Son nom : Gareth Bale. 21 ans. Et comme pour Giggs, l'Angleterre s'en veut déjà qu'il soit Gallois. Révélation de la saison passée et pierre angulaire des Spurs qui ont décroché leur première qualification pour la Ligue des Champions et volé à Liverpool son précieux sésame au sein du Big Four. Et comme pour mieux marquer le passage de témoin, Bale a été élu Footballeur gallois de l'année devant Giggs. Bale a mis le pied sur l'accélérateur en deuxième partie de saison. Sans doute parce qu'il avait perdu trop de temps. Trop de temps à cause d'une blessure occasionnée dès son arrivée remarquée de Southampton. Il n'avait alors que 18 ans et Tottenham n'avait pas hésité à débourser 10 millions d'euros. Trop de temps perdu mais pas seulement du temps. Des matches aussi car jusqu'à la saison dernière, Bale détenait une drôle de statistiques avec les Spurs : lors des 25 premiers matches où il fut aligné, l'équipe n'a jamais empoché les trois points. Pas une seule victoire. Alors on peut comprendre qu'il fut gagné par l'euphorie après un début de saison réussi. Résultat : il fut nommé meilleur jeune du club de la saison 2009-2010 par les supporters. Sa chance, il l'a saisie en janvier dernier lorsque le back gauche, Benoît Assou Ekotto se blessa. Davantage utilisé au poste de médian, Bale recula et fit parler ses débordements incessants. Cerise sur le gâteau d'une saison énorme : trois buts dont deux dans les derbies londoniens victorieux face à Chelsea et Arsenal. De quoi vous façonner une réputation. Issu de Cardiff, tout débuta pour lui dans le sud de l'Angleterre lorsqu'il fit ses débuts à Southampton, alors en Championship (D2). Il n'avait que 16 ans et était promis à un avenir radieux. Le Pays de Galles ne s'y trompa en en faisant le plus jeune international gallois de tous les temps face à Trinité & Tobago en juin 2006. Quelques mois plus tard, il était titulaire face au Brésil. Le match avait lieu... à White Hart Lane, le fief des Spurs. Un signe. La chasse au record ne faisait que débuter : plus jeune buteur pour le Pays de Galles (contre la Slovaquie), plus gros transfert d'un joueur gallois. Seul celui de plus jeune joueur de Southampton lui échappa au profit d'un certain Théo Walcott. En 2007, pour sa première saison complète, il est élu, par la BBC, Personnalité Galloise de l'Année dans la catégorie Espoirs et il atteint les play-offs de la Championship avec Southampton. Tottenham se positionna et le signa pour quatre ans. Ses débuts furent là aussi remarqués avec des buts contre Fulham et Arsenal. C'était avant les blessures. Os du pied cassé contre Birmingham : six semaines de repos. Ligaments de la cheville droite touchés : out pour la fin de la saison. Opération du genou en juin 2009 et.... une image de chat noir qui commençait à lui coller à la peau. Heureusement, Burnley passait par là. C'était en septembre 2009. Bale revenait de blessure et rentra au jeu à la place d'Assou Ekotto. Première victoire sous le maillot des Spurs. Depuis lors, plus rien ne l'arrête. De la technique, des buts fantastiques comme celui inscrit récemment contre Stoke City, un volume de course impressionnant, de la puissance et de la rapidité. Une palette complète acquise lors de ses jeunes années lorsqu'il combinait football, rugby et athlétisme, remportant chaque année le 1.500 m lors des championnats interscolaires. Et puis, il y a son pied gauche : magique ! Sans doute un des meilleurs d'Europe. " Lors de certains matches, nous l'obligions à n'utiliser que son pied droit ", expliqua d'ailleurs son entraîneur chez les jeunes, Gwyn Morris. La saison passée, les statistiques de la Premier League ont révélé que Bale était le gaucher qui tentait le plus de dribbles devant Joe Cole, Florent Malouda et Andrei Arshavin. De quoi appâter le chaland. Il n'en fallait donc pas plus pour que les seigneurs de la Ligue des Champions fassent acte de candidature. L'offre la plus sérieuse émana de José Mourinho himself qui en aurait bien fait le successeur de Marcelo sur le flanc. Refus catégorique d' Harry Redknapp qui, pour sa première participation à la reine des compétitions, comptait sur son Gallois. PAR STéPHANE VANDE VELDE" A ses débuts, il portait malchance : 25 matches sans victoire ! "