Le médian défensif droitier est issu du vivier de Lyon. Elisha Owusu (21 ans), fin technicien, s'est affilié aux U14 lyonnais en 2010. Son potentiel a été couronné par le titre français en U17 en 2014, après une victoire face au PSG. L'ancien joueur du Sporting Club Air Bel, sis dans les environs de Marseille, a obtenu son premier contrat professionnel le 23 février 2017, un bail de trois ans offert par le président Jean-Michel Aulas, en présence de Stéphane Roche, le directeur du centre de formation, et de Florian Maurice, le responsable du scouting.
...

Le médian défensif droitier est issu du vivier de Lyon. Elisha Owusu (21 ans), fin technicien, s'est affilié aux U14 lyonnais en 2010. Son potentiel a été couronné par le titre français en U17 en 2014, après une victoire face au PSG. L'ancien joueur du Sporting Club Air Bel, sis dans les environs de Marseille, a obtenu son premier contrat professionnel le 23 février 2017, un bail de trois ans offert par le président Jean-Michel Aulas, en présence de Stéphane Roche, le directeur du centre de formation, et de Florian Maurice, le responsable du scouting. Le joueur d'origine ghanéenne, qui a eu l'honneur de poser la première pierre du nouveau complexe des jeunes en 2015, avec Delphine Cascarino, l'internationale française, a été loué au FC Sochaux la saison dernière. Sous la direction d' Omar Daf, il en est devenu un pilier. Bien que le club n'ait terminé que seizième de Ligue 2, il s'est développé physiquement. Owusu est devenu un pion fiable, l'homme idéal à la récupération mais aussi parfait pour accélérer le jeu une fois la transition opérée. Il avait besoin de sortir de sa zone de confort mais aussi de gommer son principal défaut : il n'ose pas assez prendre de risques une fois le ballon récupéré. Gand a versé un million pour le successeur du Diable Rouge Birger Verstraete (25 ans, transféré au FC Cologne). Ce diamant brut a signé un contrat de quatre ans et peut rapporter 20% à Lyon sur une éventuelle revente avec bénéfice, à l'avenir. Pendant ses premières semaines au complexe d'entraînement d'Oostakker, Owusu est apparu comme un garçon souvent de bonne humeur, éveillé, mobile, doté d'un excellent bagage technique. Il a d'emblée prouvé qu'il était capable de jouer seul devant la défense. Véritable produit de l'école française, le médian montre déjà ses qualités. Sa vitesse d'exécution est élevée, il est très mobile, a une bonne touche de balle et un passing soigné. Reste à voir s'il aura suffisamment de force dans les duels ou s'il faut lui adjoindre Anderson Esiti.Il y a un an, trois joueurs ont mal vécu leur préparation. Vadis Odjidja (30)est arrivé le 21 juillet de Grèce, avec un gros retard de condition. Eric Smith a été opéré du pied droit et Giorgi Kvilitaia n'était pas encore rétabli d'une blessure à la cheville droite. Cette fois, ils ont pu suivre le programme de Gino Caen. Moses Simon et Samuel Kalu (FK AS Trencin) ont été des réussites, comme Rangelo Janga. Ibrahim Rabiu, Haris Hajradinovic et récemment Philip Azango ont eu plus de difficultés. Reuben Yem (21) est en concurrence avec Mikael Lustig et Alessio Castro Montes à l'arrière droit. On attend un coach des attaquants. Jess Thorup tente d'innover. Il a refait appel à l'entraîneur danois Thomas Grönnemark pour les rentrées en touche et le spécialiste polonais des tirs Bartek Sylwestrzak a prodigué des conseils à Thomas Matton. Durant son premier mandat, Hein Vanhaezebrouck, qui a conduit les Buffalos à un premier titre historique en 2015, avait un faible pour deux footballeurs dotés d'une grande intelligence de jeu. En pointe, Laurent Depoitre appliquait à la perfection les directives de l'exigeant entraîneur. Cela avait valu à Depoitre de devenir Diable Rouge et d'obtenir un lucratif transfert à l'étranger. Louis Verstraete a effectué ses débuts de manière totalement inattendue à 17 ans, le 22 décembre 2016, contre Anderlecht (défaite 2-3). En février 2017, le joueur, doté d'un énorme abattage et doué pour s'infiltrer entre les lignes, est entré au jeu à Wembley lors de la légendaire qualification en EL contre Tottenham. Après une location - délibérée - d'une saison et demie à Waasland-Beveren, l'international espoir revient, plus mûr, avec plus de temps de jeu dans les jambes, à la Ghelamco Arena. Sa polyvalence et sa condition physique doivent constituer des atouts précieux pour le football en mouvement de Jess Thorup. Verstrate est susceptible de jouer au six ou au huit.1 En 2015, lors de votre premier titre, le président Ivan De Witte rêvait d'un nouveau succès endéans les cinq ans. Cette ambition est-elle toujours réaliste ? Pourquoi pas ? Il faut toujours avoir un objectif et puis regardez Genk, la manière dont il a devancé tous les autres grands clubs et même les candidats traditionnels au titre, comme le Club Bruges et Anderlecht. La concurrence est très forte. Nous ne pouvons pas lutter à armes égales. Notre structure est différente : faute de gros investisseurs, nous devons nous y prendre différemment, être créatifs. Ça ne fait qu'augmenter le défi. Il est encore possible de réussir quelque chose de beau. C'est motivant. 2 Quelle est la plus-value réelle de votre coach danois, Jess Thorup ? Il est l'un des plus parfait gentleman que j'aie jamais rencontré parmi les entraîneurs. Il semble être un excellent people manager. Il parle énormément avec ses joueurs, y compris les jeunes. Jess ne perd jamais son calme et il conserve bien son groupe en mains. Il a déjà compris que le football belge était unique et requérait une approche particulière. Il semble prêt à corriger ce qu'il faut. Ici, on joue avec beaucoup de réalisme. Il a été très surpris par la rudesse et l'intensité des play-offs et de la finale de coupe, perdue, mais il en a tiré des leçons. 3 Il va falloir trimer pour se qualifier pour les PO1. Pourquoi Gand peut-il terminer parmi les trois premiers, comme l'entraîneur l'annonce ? Parce que Jess et le club ont bien compris quels renforts spécifiques étaient nécessaires pour atteindre cet objectif et qu'il les a obtenus. Il avait des demandes précises en défense. Les transferts et le scouting ont donc pallié nos points faibles. Nous allons être plus forts. Nous n'avons jamais été vraiment dominés en PO1 mais nous avons eu du mal à faire la différence. Je suis donc convaincu que nous pouvons terminer parmi les trois premiers, voire en tête !