" Désiré Mbonabucya ne portera plus le maillot de St-Trond et je n'ai pas besoin de donner davantage d'explications ". Marc Wilmots avait été plutôt mystérieux lorsqu'il avait annoncé que le club dont il est désormais le patron sportif se séparait du Rwandais. Depuis, celui-ci a retrouvé de l'embauche à Heusden-Zolder qui, malgré la rupture de l'accord avec Genk, veut retrouver la D1 le plus vite possible et a engagé plusieurs...

" Désiré Mbonabucya ne portera plus le maillot de St-Trond et je n'ai pas besoin de donner davantage d'explications ". Marc Wilmots avait été plutôt mystérieux lorsqu'il avait annoncé que le club dont il est désormais le patron sportif se séparait du Rwandais. Depuis, celui-ci a retrouvé de l'embauche à Heusden-Zolder qui, malgré la rupture de l'accord avec Genk, veut retrouver la D1 le plus vite possible et a engagé plusieurs éléments expérimentés. Le hasard a voulu que, la semaine dernière, le nouveau club de Mbonabucya rencontre les Canaris en match amical. Nos confrères de Het Belang van Limburg l'ont questionné sur ses sentiments. " J'ai eu droit à une soirée d'adieux avec les supporters de St-Trond et cela m'a fait chaud au c£ur ", raconta Mbonabucya. " Ils m'ont couvert de cadeaux et ont chanté ma chanson. J'avoue qu'à ce moment-là, j'ai craqué. Je n'oublierai jamais l'appui des fans trudonnaires ". Manifestement, le Rwandais n'en veut pas non plus à ses anciens employeurs : " Je ne garde que de bons souvenirs de mon passage là-bas et je n'ai rien à reprocher à Marc Wilmots. Il m'a dit sans détour qu'il n'y avait pas de place pour moi dans son système. Ce ne fut pas agréable à entendre mais je dois l'accepter car chaque entraîneur a le droit d'avoir sa façon de travailler. On a dit que j'avais des problèmes de santé mais ce n'est pas du tout vrai : j'ai d'ailleurs passé toute une série de tests médicaux avant de signer à Heusden ". Il aurait également pu atterrir à Zulte-Waregem. " Mais je n'avais pas tellement envie de déménager à l'autre bout du pays ", reconnaît-il. " De plus, Beringen Heusden Zolder, c'est le nouveau nom du club, n'a pas traîné. Lorsque Bram Van Geel a expliqué ma situation à Luc Nilis, ce dernier n'a pas hésité : il m'a immédiatement téléphoné et fait une proposition aussi concrète qu'intéressante. Il m'a aussi proposé de partir en stage avec l'équipe : une réaction très professionnelle. Et j'ai remarqué aux entraînements que le duo PeterBalette-Domenico Olivieri travaille très bien. Nilis s'entraîne aussi très souvent avec nous et fait bénéficier les attaquants de son expérience. Je n'ai pas du tout l'impression d'évoluer dans un club de D2. Avec un tel noyau, nous devons avoir l'ambition de remonter mais il est évident que nous serons l'équipe à battre. " (P. Sintzen) P.Sintzen