Ce n'est pas un hasard si le rallye de Tartu, en Estonie, intègre le calendrier WRC et a même été choisi pour la reprise de la saison. L'état balte a un énorme atout : le champion du monde, Ott Tänak, est Estonien. Cependant, le nombre de spectateurs sera réduit pendant le rallye, pour éviter toute contamination.
...

Ce n'est pas un hasard si le rallye de Tartu, en Estonie, intègre le calendrier WRC et a même été choisi pour la reprise de la saison. L'état balte a un énorme atout : le champion du monde, Ott Tänak, est Estonien. Cependant, le nombre de spectateurs sera réduit pendant le rallye, pour éviter toute contamination. Le Français Sébastien Ogier (Toyota) emmène le classement intermédiaire, avec huit points d'avance sur son coéquipier gallois Elfyn Evans, et vingt sur notre compatriote Thierry Neuville. Celui-ci a entamé la saison en remportant une victoire prestigieuse à Monte Carlo, avant de terminer sixième en Suède, mais il a été éliminé au Mexique, perdant ainsi des points précieux. Le championnat a été interrompu après la course mexicaine. Début août, Neuville a repris la compétition et s'est imposé au rallye di Alba, en Italie, où il a battu Tänak, son coéquipier chez Hyundai. Il a surtout mis ce rallye à profit pour mettre au point sa i20 World Rally Car en prévision de la manche estonienne de WRC. Chaque point peut être crucial dans la lutte pour le titre. En effet, le rallye d'Allemagne a été annulé la semaine passée et il ne reste plus que trois manches après l'Estonie : en Turquie (où Sébastien Loeb, champion du monde à huit reprises, va devenir le coéquipier de Neuville chez Hyundai), début octobre en Sardaigne et du 19 au 22 novembre en Belgique. Le rallye d'Ypres accueillera une manche du Mondial. C'est une première dans l'histoire du sport automobile belge. Une autre manche va peut-être s'insérer entre la Sardaigne et Ypres, mais nous n'en avions pas encore la confirmation lors du bouclage de ce magazine.